BNP Paribas

Néobanque : Morning reprise par la banque du groupe E.Leclerc

Enseigne d'un supermarché E.Leclerc

En difficulté financière, la néobanque toulousaine Morning va être reprise par la banque Edel, filiale du groupe E.Leclerc, selon une information de La Tribune. La Maif reste au capital. Le fondateur Eric Charpentier, lui, s’en va.

C’est la fin, sans doute, d’un projet ambitieux : celui de créer en France, et qui plus est en province, une véritable offre alternative à la banque de détail traditionnelle. Un projet porté par un établissement de paiement basée près de Toulouse, Payname devenu Morning, et son créateur, Eric Charpentier, mais qui s’est brutalement heurté au réel.

Début décembre, le régulateur du secteur financier, l’ACPR (1) décidait de suspendre les activités de Morning. En cause, l’usage, jugé illicite, fait par la fintech des dépôts de ses clients cantonnés sur un compte détenu par le Crédit Agricole.

Lire à ce propos : Compte sans banque : la fintech Morning mise en cause dans une décision du gendarme financier

Dans la foulée de ces révélations, on découvre rapidement que la fintech est à court de trésorerie. La faute à la Maif, son principal actionnaire, qui se soutient pas suffisamment le projet, estime Morning. La faute à Eric Charpentier, trop dépensier, répond l’assureur.

Suite à une réunion de concertation suivie d’une assemblée générale, le 16 décembre dernier, un plan de sauvetage soutenu par la Maif avait vu le jour. Le 30 décembre, l’ACPR autorisait finalement Morning à reprendre ses activités, et ses clients à récupérer leur argent, bloqué depuis un mois. Ce plan de sauvetage, toutefois, intégrait une contrepartie : l’entrée au capital d’un nouvel actionnaire issu de l’industrie bancaire.

Eric Charpentier s’en va

Selon La Tribune, cet actionnaire majoritaire sera la Banque Edel, filiale du groupe de grande distribution E.Leclerc. L’établissement de crédit, basé près de Toulouse, impulserait un changement de stratégie. Exit le projet de néobanque à destination du grand public, avec carte bancaire, IBAN et appli smartphone : Morning va se recentrer sur une activité jugée plus facile à rentabiliser, la fourniture, en marque blanche, de sa plateforme de services de paiement à d’autres acteurs, notamment dans le secteur de la grande distribution.

La prise de contrôle de la Banque Edel, qui communiquera prochainement sur le sujet, a pour première conséquence le départ d’Eric Charpentier, fondateur-CEO de Morning et instigateur du projet de néobanque. Elle devrait aussi entraîner des réductions d’effectif au sein de la société, qui emploie aujourd’hui une cinquantaine de personnes.

(1) Autorité de contrôle prudentiel et de résolution

Partager cet article :

© cbanque.com / VM / Février 2017