Hello Bank!

Compte bancaire : ces applis qui vous aident à éviter les découverts

Une femme surfe sur une application mobile bancaire dans un parc
© georgejmclittle - Fotolia.com

Mettre son compte dans le rouge peut coûter très cher. Un problème sur lequel tente de surfer une poignée d’applications mobiles, qui promettent à leurs utilisateurs de les aider à éviter les dépassement de découvert, et l’avalanche de frais qui va avec.

De 16% à plus de 20% d’agios, jusqu’à 8 euros de commission d’intervention à chaque opération débitrice, plus d’éventuels frais de lettre d’information et de rejets de chèque ou de prélèvement : qu’ils soient la conséquence de difficultés financières chroniques ou d’un dérapage ponctuel, les dépassements de découverts peuvent coûter cher. Très cher !

Heureusement, pour ça aussi, il y a des applications ! Plusieurs sociétés de la fintech française s’intéressent en effet de près au problème. Parmi elles, deux sont un peu plus connues que les autres : Bankin et Linxo. Lancées au début de la décennie, elles ont popularisé en France une fonctionnalité, l’agrégation de comptes bancaires, qui permet de visualiser dans une même interface la situation de l’ensemble de vos comptes bancaires. Petit à petit, elles se sont métamorphosées en assistant budgétaire complet, enrichissant les fonctionnalités proposées : la catégorisation automatique des opérations par type de dépense, les alertes en temps réel, les conseils budgétaires et plus récemment la prévision du solde en fin de mois, calculée en fonction de vos charges récurrentes et de l’analyse de vos habitudes de consommation.

A la suite de ces deux pionniers, d’autres applications tentent de proposer des solutions plus spécifiquement tournées vers la prévention des découverts. Avec deux approches différentes : le calcul du reste à vivre pour les unes, les avances d’argent pour les autres.

Pour calculer son reste à vivre

Le reste à vivre, c’est ce qu’il reste sur votre compte une fois que vous avez payé vos charges fixes (factures, impôts, transport, etc.) et vos mensualités de crédit. L’argent disponible, en somme, pour vous alimenter, vous habiller, vous divertir ou pour épargner.

Lire sur le sujet : Reste à vivre : comment maîtriser son budget

Le calcul du reste à vivre est au cœur du processus d’octroi des crédits immobiliers, lorsqu’il s’agit pour la banque de déterminer si l’emprunteur pourra supporter le poids des mensualités. Mais tout le monde a intérêt à garder un œil sur cet indicateur, qui permet d’adapter son train de vie à l’évolution de ses revenus et de ses charges. Voici des applications qui peuvent vous y aider.

Fastoche - Lancée en 2017, Fastoche a été développé par Payboost, une filiale de Veolia spécialisée dans le paiement des factures. L’application vous aide à calculer votre reste à vivre mensuel et présente, sous la forme d’un compteur, la somme maximum que vous pouvez dépenser chaque jour sans risquer de tomber dans le rouge. Elle va même plus loin : Fastoche est capable de déterminer, en fonction de vos revenus et de votre situation familiale et professionnelle, si vous avez le droit à des aides sociales que vous n’avez pas encore sollicitées. Disponible sur Iphone et Android, Fastoche est gratuite au téléchargement, mais s’appuie sur un abonnement sans engagement, facturé 0,99 euro par mois après un premier mois gratuit.

Pilote Budget - La Banque Postale est une banque à part : elle compte 1,6 million de clients financièrement fragiles, presqu’autant que toutes les autres enseignes réunies. Elle est en effet dépositaire d’une mission d’accessibilité bancaire confiée par l’Etat, qui lui impose notamment d’ouvrir un Livret A à toute personne qui en fait la demande. C’est dans ce cadre que la filiale de la Poste a développé, avec une dizaine d’associations d’insertion sociale, Pilote Budget, disponible sur Iphone et Android. Gratuite, l’application permet de calculer, une fois renseignées ses ressources et ses charges, son reste à vivre mensuel et hebdomadaire.

Budget Grande Vitesse - Accompagner les personnes en difficultés financières et prévenir les risques de surendettement, c’est la raison d’être de Cresus. Une expertise que l’association a en projet de partager grâce à une application mêlant calcul du reste à vivre et conseils budgétaires. Baptisée « Budget Grande Vitesse », elle est encore en cours de développement, sans date de sortie pour l’instant.

Pour bénéficier d’une avance d’argent

A côté de ces applications tournées vers l’éducation budgétaire et la prévention des incidents de paiement, d’autres ont choisi une autre approche : avancer de l’argent à leurs utilisateurs, pour éviter qu’ils passent dans le rouge en fin de mois.

Finfrog - Lancée en 2016, Finfrog accorde des micro-prêts : de 100 à 600 euros remboursables en deux, trois ou quatre échéances. Elle s’appuie pour cela sur un agrément d’intermédiaire en financement participatif (IFP). Parmi les usages suggérés figure l’anticipation d’un découvert. Le déblocage du prêt se fait en moins de 24 heures, sans justificatif autre qu’une pièce d’identité. Pour apprécier votre capacité de remboursement, Finfrog s’appuie en effet sur votre historique bancaire : il est donc indispensable de lui confier les identifiants de votre espace bancaire en ligne (comme Linxo ou Bankin). Le prêt, évidemment, n’est pas gratuit : Finfrog prélève une commission, qui va de 1 à 3% du montant emprunté, selon le montant, la nature et la durée du prêt. Pour l’instant uniquement disponible sur le web, Finfrog promet la sortie prochaine d’une application Iphone et Android.

Moneezen - Bâti sur le même principe que Finfrog - des micro-prêts entre particuliers, octroyés rapidement grâce à l’accès à votre historique bancaire -, Moneezen promet également d’anticiper les découverts. Le service vous envoie ainsi un SMS quand votre compte s’approche du rouge, et vous propose d’emprunter entre 50 et 300 euros, remboursables en une fois dans un délai maximum de 25 jours. Son prix ? 1,99 euro par mois d’abonnement au service, plus le coût du crédit : 1,50 euro pour 50 euros empruntés, 2,50 euros pour 100 euros, 2,80 euros pour 200 euros, 3,80 euros pour 300 euros.

Sherwood - Dernier arrivé sur ce petit marché, Sherwood s’appuie également sur l’analyse de votre historique bancaire pour détecter un risque de découvert et vous proposer une avance d’argent. Son montant (250 euros maximum) dépend de la régularité et du montant de vos revenus, ainsi que de vos habitudes de consommation. A votre demande, l’argent est versé par virement SEPA instantané (si votre banque est compatible) ou traditionnel. Le remboursement se fait automatiquement, et en une fois, par un prélèvement effectué lorsque Sherwood constate que votre salaire a été versé. Dans l’immédiat, Sherwood est gratuit mais accessible au compte-gouttes, en s’inscrivant sur une liste d’attente, le temps que la société finalise l’obtention des agréments nécessaires à son activité de prêt. A terme, l’accès au service sera facturé 4,99 euros par mois, mais uniquement les mois où l’avance aura été utilisée.

Partager cet article :

© cbanque.com / MoneyVox / VM / Novembre 2019

Commentaires

Soyez le premier à réagir à cette actualité !

Ajouter un commentaire

Me prévenir en cas de nouveau commentaire