Accueil > Crédits > Crédit consommation

Le Prêt Étudiant

Louer un logement, s’acquitter des frais d’inscription, s’équiper en informatique : la poursuite d’études supérieures est souvent synonyme de dépenses importantes. Beaucoup de jeunes doivent ainsi avoir recours à un prêt étudiant pour y faire face. Présentation.

Les prêts étudiants sont plutôt attractifs car leurs taux restent bien inférieurs aux prêts à la consommation classiques. La plupart des établissements bancaires proposent ces crédits comme produits d’appel afin d’attirer puis fidéliser une nouvelle clientèle.

Comment obtenir un prêt étudiant ?

Pour bénéficier d’un crédit étudiant, il faut en général :

  • être majeur,
  • justifier de son statut d’étudiant en apportant une carte ou une attestation de l’école ou de l’université fréquentée,
  • avoir (ou ouvrir) un compte bancaire dans l’établissement où vous désirez souscrire un crédit.

L’obtention du baccalauréat n’est pas un critère obligatoire. Certaines banques ajoutent une condition d’âge, mais pas toutes. Certaines offres de prêts étudiants, par exemple, sont accessibles à des personnes de plus de 30 ans reprenant une formation.

Il n’y a, enfin, aucun justificatif à fournir quant à l’utilisation du prêt mais celui-ci ne peut pas servir à financer l’achat d’un logement.

Les conditions du prêt

Comme pour n’importe quel prêt, tout est affaire de négociation. Le montant, la durée, le taux d’intérêt et les options d’un prêt étudiant sont étudiés au cas par cas.

Le taux d'intérêt

En septembre 2013, les taux d’intérêt appliqués aux prêts étudiants dans les banques, affichés notamment sur leurs sites internet, étaient compris entre 1,90% (dans le cadre d’une promotion de rentrée) et 3,76%. Certaines enseignes, cherchant à capter cette clientèle jeune, proposent également des prêts à 0%, mais portant uniquement sur de petits montants.

La plupart des banques disposent également d’offres spécifiques pour les étudiants de certaines écoles ou universités, souvent dans le cadre de partenariats avec les établissements concernés. Il existe également des partenariats entre les banques et certaines mutuelles étudiantes. Les étudiants des grandes écoles (commerce, IEP, ingénieurs) ou des filières réputées pour avoir des débouchés ont ainsi plus de chances d’obtenir un taux intéressant.

Le montant du prêt

Comme pour le taux, le montant du prêt accordé varie en fonction du projet de l’étudiant, de son niveau d’études et des débouchés supposés de sa formation. Il peut ainsi varier, selon les cas et les enseignes, entre 1.000 euros et 50.000 euros, voire plus.

Les établissements exigent le plus souvent la caution d’un tiers (de préférence la famille proche). Parfois, il est donc plus facile d’obtenir un prêt intéressant auprès du banquier de la famille qui, rassuré par les comptes des parents, peut consentir plus facilement à un geste commercial pour l’étudiant.

Certains établissements laissent le choix à l’emprunteur, qui peut opter pour un versement en une fois, ou un déblocage progressif des fonds. Par exemple, si vous suivez des études qui durent trois ans, vous pouvez demander un versement chaque année pour vous acquitter des frais de scolarité. Cette option est souvent payante.

La souscription d’une assurance Décès, PTIA (Perte Totale et Irréversible d'Autonomie) voire IT (Incapacité de Travail) reste facultative mais elle est souvent fortement recommandée par les banques.

Le remboursement du prêt étudiant

Quelle que soit la somme d’argent empruntée, elle devra être remboursée à l’échéance, diplôme en poche ou non.

La durée de remboursement peut varier de 1 à 10 ans. En général, l’étudiant commence à rembourser son crédit à la fin de ses études, lorsqu’il a trouvé un emploi. Pendant la durée de ses études, le souscripteur bénéficie d’une période de franchise, également appelée phase de différé. Elle peut être partielle ou totale. Lorsqu’elle est totale, l’étudiant ne paye que les éventuelles primes d’assurance ; si la franchise est partielle, il doit rajouter les intérêts. La durée de la franchise est généralement comprise entre 4 et 7 ans.

Au terme de celle-ci commence le remboursement du crédit lui-même. Plus la période de franchise a été longue, plus celle du remboursement sera courte, entraînant de fait des mensualités plus importantes. A tout moment, il est possible de rembourser le prêt de manière anticipée, généralement sans pénalités (voir les conditions réglementaires des lois Scrivener et Lagarde).

Décrypter et comparer les offres

Voici quelques conseils pour mieux comparer les différentes offres de prêt :

Intéressez-vous d’abord au Taux Annuel Effectif Global (TAEG) qui donne une vision du coût total de votre crédit (intérêts, assurance, frais de dossier). Attention aussi à comparer ce qui est comparable : le TAEG sur une publicité sera toujours exprimé hors assurance ; celui de votre offre de prêt comprendra ces frais éventuels.

Examinez les frais en détails. Ils sont variables d’une banque à l’autre. En général, les enseignes ne facturent pas les frais de dossier, mais il peut y avoir des exceptions.

Lorsque les banques sont organisées en caisses régionales indépendantes, comme les Caisses d'Épargne ou le Crédit Agricole, il peut exister des disparités entre les établissements. N’hésitez pas à comparer les offres des agences situées sur votre lieu de résidence mais aussi là où vous faites des études.

Prenez aussi en compte les petits avantages qui peuvent accompagner l’offre de prêt comme une carte bancaire gratuite, des tarifs privilégiés dans des magasins ou sur des services. L’avance de rentrée et l’avance réservée aux élèves boursiers sont également des services en vigueur dans certains établissements bancaires. Elle peut prendre la forme d’une avance ou d’un découvert autorisé, accordé à l’étudiant en attente d’une rentrée d’argent (bourse d'étude, allocations) à un taux et sur une durée fixés d’avance.

Les prêts étudiants garantis par l’Etat

Pour faciliter l’accès à l’emprunt des étudiants, l’Etat a mis en place depuis octobre 2008 un système de prêts garantis par l’Etat. Le prêt, d’un montant maximal de 15.000 euros est accordé sans condition de ressources ni demande de caution. Il est réservé aux étudiants de moins de 28 ans, français ou ressortissant de l'UE (sous certaines conditions de résidence en France). En cas de défaillance de l'étudiant, 70% de la garantie sont pris en charge par l'État et 30% par les banques. Il est distribué par des établissements ayant passé une convention avec l’Etat. En 2013, elles étaient au nombre de 4 : Crédit Mutuel, CIC, Caisse d'Épargne et Société Générale (contre 5 en 2012 avec la Banque Populaire).

Selon les statistiques du ministère (au 29 septembre 2011 et non remises à jour en mai 2014), 20.000 prêts avaient été accordés depuis la rentrée 2008 pour un montant total de 155 millions d'euros. En moyenne, les étudiants empruntent 7.840 euros sur une durée de 6 ans.

© cbanque.com / CP octobre 2008 - VM - FC / mis à jour le 26 mai 2014 / Droits réservés.