Compte Eko

Nickel a 5 ans : le compte des buralistes a-t-il tenu ses promesses ?

Paiement avec une carte Nickel
DR

Il y a cinq ans jour pour jour, le Compte Nickel faisait son apparition dans un soixantaine de bureaux de tabac. Il compte aujourd’hui 1,2 million de clients et vise les 7 000 points de vente fin 2019. Retour sur la saga Nickel.

Une carte bancaire, reliée à un compte avec IBAN, disponible immédiatement, moyennant 20 euros par an. Accessible non pas dans une banque, mais dans un bureau de tabac. Le 11 février 2014, une entreprise quasi-inconnue, la Financière des paiements électroniques (FPE), lançait, grâce à un agrément d’établissement de paiement, le Compte Nickel. Un produit « unique au monde », selon les mots d’un de ses cofondateurs, Hugues Le Bret, l’ancien patron de Boursorama Banque qui a rejoint l’aventure initiée par l’ingénieur Ryad Boulanouar. Un produit qui, alors, suscite aussi un certain scepticisme : qui irait ouvrir un compte bancaire chez son buraliste ?

Beaucoup de monde, peut-on répondre 5 ans plus tard. Près de 1,2 million de comptes Nickel ont ainsi été ouverts, selon le décompte mis à jour en temps réel sur sa vitrine web. Dont 85% environ sont à jour de la cotisation annuelle de 20 euros et donc considérés comme actifs. Un indéniable succès, qui a attiré l’œil de BNP Paribas : la banque parisienne a fini par racheter 95% de Nickel, en avril 2017, pour une somme estimée (mais jamais confirmée ) à plus de 200 millions d’euros.

Un mix de 3 ingrédients

Quels en ont été les ingrédients ? « Ce succès tient au mix de trois éléments », estime Arnaud Giraudon, président de FPE, ancien d’Arkéa qui a rejoint l’entreprise en septembre 2016. « Cibler la population des mal-bancarisés ; permettre l’ouverture du compte sans découvert en 5 minutes, avec disponibilité immédiate de la carte ; distribuer le produit dans un réseau populaire ouvert tout le temps. »

« Un réseau populaire et ouvert tout le temps »

C’est donc sur cette intuition initiale que s’est construit le succès de Nickel : plutôt que de proposer un service 100% numérique, comme la plupart des autres néobanques, mieux vaut s’appuyer sur un réseau de distribution physique, celui des buralistes et leurs 25 000 commerces, particulièrement motivés car confrontés à un recul des ventes de deux de leurs marchandises historiques, le tabac et la presse papier. La FPE a ainsi fait entrer à son capital la Confédération des buralistes et signé avec elle un contrat d’exclusivité à long terme : jusqu’en 2035…

Rentable depuis 18 mois

En étant présent dans les bureaux de tabac plutôt que sur le web, Nickel s’est ainsi mis à la portée de sa clientèle cible initiale : les personnes fragiles financièrement. Selon les dernières statistiques disponibles, environ 40% de ses clients sont de fait inscrits sur un des trois fichiers d’incidents de la Banque de France (1). Et 39% sont au chômage ou sans revenus réguliers. « Nous aidons les gens à payer et à être payés : cette proposition de valeur est sincère et nous sommes fiers du produit », revendique Arnaud Giraudon.

Tous les clients Nickel, toutefois, ne sont pas interdits bancaires. Beaucoup viennent aussi parce qu’ils ont besoin d’un compte secondaire, par exemple pour leurs achats en ligne ou pour voyager. Pour répondre à cette demande, Nickel a lancé en mai dernier Chrome, une carte premium équipée d’un package d’assurances calqué sur celui des cartes Gold ou Premier. Là encore, un succès, malgré les 30 euros par an supplémentaires : plus de 60 000 cartes vendues depuis. Une stratégie de premiumisation - qui est aussi celles d’Orange Bank ou de N26 - qui n'est toutefois pas centrale dans le modèle économique du service de paiement : il est en effet rentable, en rythme mensuel, depuis août 2017.

La qualité de service, une priorité

La seule ombre au tableau, au final, est venue de la qualité de service. Une priorité, pourtant, pour Nickel : « Je suis persuadé que sur notre marché, il y aura une grosse prime à celui qui saura le mieux assurer la qualité de service et la maîtrise des risques, au-delà de l’expérience client », explique ainsi Arnaud Giraudon. Avec une offre basée sur le temps réel et l’absence de découvert, la néobanque n’a pas vraiment le choix : chaque dysfonctionnement est immédiatement visible, et subi, par l’usager.

Confronté à une croissance exponentielle de ses usagers depuis son lancement, et donc à une montée en charge ininterrompue, Nickel a néanmoins connu quelques soucis ces derniers temps, à l’occasion notamment de migrations informatiques. Et, malgré l’ouverture d’un plateau dédié à Nantes, son service clients, fort de 220 conseillers, a parfois eu du mal à suivre le rythme des réclamations, reportant une partie du mécontentement sur les buralistes.

Reproduire le succès à l’international

A quoi va ressembler la suite pour Nickel ? En France, la néobanque veut maintenir, voire consolider, un rythme de croissance plutôt ébouriffant : autour de 30 000 comptes ouverts par mois, en moyenne, sur 2018. L’objectif affiché est donc désormais de 2 millions de clients en 2020. Pour y parvenir, Nickel espère atteindre les 7 000 points de vente fin 2019, et les 10 000 en 2020. Un chiffre qui lui permettrait de rivaliser, en termes de réseau, avec La Banque Postale, plus grand réseau en France.

Mais l’avenir de Nickel se fera aussi à l’international. Contrairement à d’autres néobanques, elle n’a pas encore utilisé son passeport européen pour ouvrir des succursales dans d’autres pays de l’Union, comme elle en a la possibilité. La raison en est simple : pour exporter son modèle, il lui faut trouver un réseau de distribution aussi dense et fiable que celui des buralistes en France. Pas une mince affaire, mais un dossier sur lequel Nickel travaille activement.

(1) Fichier central des chèques (FCC), fichier national des chèques irréguliers (FNCI) et fichier des incidents de remboursement des crédits des particuliers (FICP).

Partager cet article :

© cbanque.com / VM / Février 2019

Commentaires

Me prévenir en cas de nouveau commentaire
Publié le 12 février 2019 à 13h00 - #1marc breiz
  • Homme
  • La bas
  • 65 ans

Bonjour depuis qq mois j'essaie d'activé ma carte bancaire sans résultat? pour être précis le 31/01/2019 j'ai reçus un mail du compte Nikel clientRemarque: si ce n'est pas compltétée, nous serons contraint de bloquer votre compte
indfiniment, car il tres utile pour illégal.
Nous vous remercions de votre coopération dans le dossier de ce dossier.
voila le beau mail que j'ai reçus....je me pose qq questions Bien a vous .M.N.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 15 février 2019 à 12h34 - #2Lalagnier
  • Homme
  • BOURG EN BRESSE
  • 71 ans

Ce commentaire est difficilement compréhensible ....!!!

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10
Publié le 15 février 2019 à 14h14 - #3grattezlevernis

C'est dommage de ne pas parler de la Fraude. Nickel est du pain béni pour les fraudeurs de tous poils. Un virement n'est pas encore validé au débit sur la banque confrère que NICKEL vous répond qu'il est déjà reparti de chez eux !!!

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 15 février 2019 à 16h51 - #4Dionysos h
  • Homme

Passionné nickel que ça

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 15 février 2019 à 19h19 - #5Nicos
  • Homme

Soyons réaliste, le compte Nickel coûte généralement plus cher à l'année qu'un compte courant dans une banque "en dur" et avec un vrai conseiller financier.
Deuxièmement, Nickel est une belle entourloupe pour les buralistes qui sont le seul interlocuteur physique pour le SAV et ils ne sont pas formé pour ça (on leur a vendu le projet d'une simple machine a placer dans un endroit du magasin, sur laquelle les clients se débrouilleraient seuls)... La réalité est différente car clientèle très fragile et souvent incapable de se débrouiller seule.
Enfin... et là c'est le comble, Nickel a été présenté il y a 5 ans en grande pompe avec des hommes politiques, comme étant une banque anti-banque et ... citoyenne !
Au final, les créateurs ont revendus 95% de leurs parts et sont repartis (avec les 200 Millions d'Euros) au bled dans leur pays d'origine. Et au final, c'est l'une des banques les moins citoyennes (Banque Française ayant connue parmi le plus de condamnations ces dernières années par les autorités financières) qui est à la tête de cette poule aux oeufs d'or en profitant de la naïveté de cette clientèle très fragile.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10

Ajouter un commentaire