BNP Paribas

DAB : les retraits des clients des banques en ligne vont-ils coûter plus cher ?

Automate de dépôts de billets
© Banque centrale européenne

A en croire Les Echos, les banques traditionnelles veulent durcir la commission facturée aux enseignes concurrentes lorsque leurs clients utilisent leurs distributeurs. Objectif : faire payer les banques à distance qui n’entretiennent pas de réseaux de DAB.

Les banques traditionnelles s’apprêtent-elles à taper au portefeuille des néobanques et des banques en ligne ? C’est en tout cas ce que présagent Les Echos ce 17 mai. Comment ? En augmentant les commissions que les établissements avec agences facturent lorsqu’un client d’une enseigne concurrente retire dans leurs réseaux.

Ce sont notamment les propos de Nicolas Théry, président du Crédit Mutuel Alliance Fédéral, qui ont mis la puce à l’oreille au quotidien. Dans un entretien publié le 10 mai dernier, celui-ci expliquait que « ceux qui assurent le développement des infrastructures ne sont pas toujours ceux qui les utilisent. Pourquoi les banques qui ne font rien pour le réseau de distributeurs - comme les banques directes - peuvent-elles les utiliser au même tarif ? ». En effet, à l’exception d’Orange Bank qui disposent de quelques automates à Arcueil, Paris ou encore Rennes, les banques en ligne (Boursorama, ING, Fortuneo…) et les néobanques (N26, Revolut…) ne disposent pas de distributeurs à leur nom. Du coup, leurs clients sont obligés d’utiliser les automates des banques traditionnelles pour retirer de l’argent.

Cet acte n’est déjà pas sans conséquence financière pour les enseignes à distance qui se voient facturer une commission interbancaire de retrait à chaque opération. Elle est ainsi de 0,57 euro pour le réseau CB. Mais cette dernière n’a pas changé depuis 2011, soit avant l’émergence réelle de ces nouveaux acteurs. Pour l’heure, cette commission est la plupart du temps indolore pour les clients des banques en ligne qui bénéficient, le plus souvent, d’une carte gratuite et de retraits illimités et gratuits.

Partager cet article :

© cbanque.com / MEF / Mai 2019

Commentaires

Me prévenir en cas de nouveau commentaire
Publié le 17 mai 2019 à 17h46 - #1pipoux
  • Homme
  • Albi
  • 55 ans

Client d'une banque en ligne, je viens de regarder mes relevés bancaires 2018 : 2 chèques émis, et 5 retraits de 40 € en 1 an.
Quand je vois que des gens payent encore en liquide à la caisse des hypers, vivement la disparition des espèces, ca ira plus vite aux caisses.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?06
Publié le 20 mai 2019 à 03h41 - #2Ezerian
  • Homme
  • Nouméa
  • 25 ans

Pas encore le retrait d'espèces. Les enfants, les interdits bancaires ont besoin des espèces. Et puis, pour voyager, c'est l'unique moyen d'avoir une autre monnaie en échange dans le pays d'arrivé.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?30
Publié le 21 mai 2019 à 07h16 - #3Stunt38
  • Homme

Ce serait une excellente initiative et un juste rééquilibrage des choses quant on voit le coût d'entretien d'1 DAB....

Trouvez-vous ce commentaire utile ?02
Publié le 21 mai 2019 à 19h00 - #4Sharko
  • Homme
  • Paris

L'entretien des DAB....? Si il n'y avait pas autant de dégradations et de tentatives de bidouillage pour tenter de voir le code tapé par les clients, ça serait moins onéreux à entretenir...et qui paye au final...ben les clients...logique. Ceux qui dégradent et Cie....bof non....

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 22 mai 2019 à 12h17 - #5Gamo2902
  • Homme
  • 60
  • 67 ans

Ras le bol des pleurnicheries des banques. Leurs affaires sont florissantes mais elles ne cessent de geindre et de nous soutirer du fric par tous les moyens.
Elles ont utilisés les DAB pour virer du personnel et maintenant elles veulent virer les DAB.
En réalité, leur plan à terme, est de nous rendre totalement dépendants d elles pour tous les gestes de la vie courante.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10

Ajouter un commentaire