Orange Bank : la première année en 5 chiffres

Chéquier Orange Bank
© Orange

Première bougie soufflée pour Orange Bank : lancée le 1er novembre 2017, la banque mobile de l’opérateur télécom s’est déjà fait une place sur le marché, sans pour autant en rebattre complètement les cartes. Retour sur cette première année en 5 chiffres.

Un an, 200 000 comptes

Dans un entretien accordé au Parisien, Paul de Leusse, qui a récemment remplacé André Coisne à la tête d’Orange Bank, dresse un premier bilan quantitatif. Avec 200 000 comptes ouverts en un an - dont 5 à 10% ont déjà été fermés - la banque mobile se situe tout juste dans les temps de passage. L’objectif affiché de l’opérateur télécom est en effet de conquérir 2 millions de clients en 10 ans.

On est donc loin du raz de marée annoncé. Malgré l’effet nouveauté et la puissance de la marque Orange, la banque mobile a sans doute pâti des multiples reports de son lancement et de quelques problèmes de fiabilité… Elle avance d’ailleurs moins vite que Boursorama Banque, le leader du marché de la banque en ligne, qui a capté 242 000 clients supplémentaires… sur les 6 premiers mois de 2018. Côté néobanques, elle fait également moins bien que Nickel, qui convainc actuellement de 85 à 90 000 nouveaux clients par trimestre.

De 30 à 40% de clients actifs

Orange Bank a l’ambition de devenir la banque principale de ses clients, en leur proposant une gamme complète de produits : moyens de paiement, épargne (un livret est déjà disponible), prêts (l’offre de crédit conso a été lancée) . Y parvient-elle ? Pas totalement : selon Paul de Leusse dans Le Parisien, seuls « 30 à 40 % des clients utilisent Orange Bank très fréquemment ».

Autre enseignement : Orange Bank, qui a beaucoup communiqué sur son caractère innovant, n'attire pas particulièrement les jeunes : ils ne représentent que 20% de la base clients. Le gros des troupes est formé par ce qu’Orange appelle les « familles », c’est-à-dire les 35-45 ans. « Aujourd'hui, deux tiers de notre base a entre 35 et 55 ans », explique ainsi Elisabeth Sabbah, directrice marketing, dans un entretien publié par le Journal du Net.

6 comptes sur 10 ouverts en agence

C’est surprenant pour une banque mobile : la majorité (60%) des comptes a été ouverte, non pas à distance, mais dans des boutiques Orange. Il s’agit toutefois d’une « bonne surprise » pour Paul de Leusse. Outre sa présence prochaine dans les agences de l’assureur Groupama, le patron d’Orange Bank va chercher d’autres réseaux physiques de distribution pour son produit. « Cela aurait du sens d’avoir pour partenaires un acteur issu du monde de l’immobilier, à qui nous pourrions proposer des prêts à l’habitat, et un acteur de la grande distribution », expliquait-il fin septembre.

160 euros de prime, 94 millions d’euros de pertes

Le chiffre impressionne : en 2018, Orange Bank va de nouveau afficher 94 millions d’euros de pertes, après les 94 millions d’euros déjà perdus en 2017. La conséquence d’une politique de conquête clients très dispendieuse, calquée sur celles des banques en ligne traditionnelles. Orange Bank « subventionne » ainsi ses nouveaux clients à hauteur de 80 euros de prime de bienvenue, auxquels s’ajoutent actuellement 80 euros supplémentaires pour les clients téléphonie ou internet d’Orange et de Sosh, sa marque low-cost.

Certes, Orange, leader français du fructueux marché des télécoms, a les poches profondes. Mais il ne devrait pas pouvoir poursuivre longtemps à ce rythme. L’équilibre est ainsi annoncé pour 2023. Pour y parvenir, Orange Bank va devoir couper dans ses dépenses. « Nous réduirons certainement les primes d'acquisition au bout de deux ans », annonce ainsi Elisabeth Sabbah.

Carte premium, crédit mobile, assurance-vie : 3 nouveautés pour 2019-2020

Toujours dans Le Parisien, Paul de Leusse a dévoilé une partie de la feuille de route d’Orange Bank en matière d’offre de produits. Première étape début 2019, avec le lancement d’une carte bancaire haut de gamme. Elle sera payante, mais offrira la gratuité sur les paiements et retraits effectués à l’étranger, en devises. Pour sécuriser les paiements en ligne, elle intégrera également un cryptogramme dynamique, rafraîchi toutes les heures. Une technologie déjà déployée en France par la Société Générale et BNP Paribas.

Trouver des synergies avec les télécoms, l’activité historique d’Orange, était un des objectifs stratégiques du lancement d’Orange Bank. Concrétisation en 2019 : l’enseigne va déployer une offre de financement pour les mobiles, dont Orange vend 5 millions d’exemplaires par an. Du prêt « très court, de quelques mois », précise Paul de Leusse. Enfin, Orange Bank dispose dans ses tiroirs de projets concernant le crédit immobilier et l’assurance-vie. Mais il faudra attendre 2020 pour en savoir plus.

En savoir plus que le compte Orange Bank

Partager cet article :

© cbanque.com / VM / Novembre 2018