Hello Bank!

Le Crédit Coopératif affiche un produit net bancaire 2015 en recul de 2,4%

  • Par
  • ,
Logo Crédit Coopératif
DR

La banque membre du groupe BPCE, a terminé l'année 2015 avec un produit net bancaire à 401,0 millions d’euros en repli de 2,4 % à cause de la baisse de la marge d'intérêts. Il est compensé, en partie, par des commissions nettes perçues en hausse de 8,8% à 13,9 millions d’euros. Le Crédit Coopératif a par ailleurs affiché d'importantes ambitions pour 2016 et les années suivantes.

Au 31 décembre 2015, le Crédit Coopératif affiche un coefficient d'exploitation à 78,4% et un résultat brut d'exploitation de 86,7 millions d'euros. Les frais généraux progressent de 4,1% à 314,3 millions d’euros. « Cette progression prend en compte de nouvelles taxes bancaires européennes, le chantier de rénovation des agences et les dépenses exceptionnelles liées à la mise en place du nouveau système informatique », explique le réseau bancaire dans son communiqué de presse. Au final, après impôts et déduction des intérêts minoritaires, le bénéfice net part du groupe est de 37,8 millions d’euros contre 55,0 millions en 2014.

Lancement de livrets d'épargne et d'une assurance-vie

Le groupe bancaire rappelle que « ces comptes seront soumis entre le 19 avril et le 19 mai 2016 aux sociétaires lors des 23 assemblées générales régionales du Crédit Coopératif, puis le 31 mai 2016 à l’assemblée spéciale des personnes physiques porteuses de parts sociales, et enfin à l'assemblée plénière des sociétaires ». Durant ces assemblées, les sociétaires seront également amenés à se prononcer sur la mise en place d'un livret d'épargne régional, copie du livret REV3 développé en région Nord-Pas-de-Calais, et élargi à la Picardie dans le cadre de la nouvelle grande région. Ce livret a été mis en place en partenariat avec la région et la Chambre de commerce et de l'industrie concernées. La banque annonce « vouloir mettre en place cette démarche dans toutes les régions, avec ou sans les partenaires locaux. Les projets financés seront en lien avec la politique d'emploi décidée par chaque région ». Un premier petit frère du livret REV3 est attendu pour le mois d'avril.

La présentation des comptes 2015 a aussi été l'occasion d'annoncer l'arrivée prochaine d'un contrat d'assurance-vie pour les personnes sous protection « en partenariat avec l'Unapei et la Carac », révèle Jean-Louis Bancel, président du Groupe Crédit Coopératif. « A ce jour, près 120.000 personnes sous tutelle ou curatelle ont un compte auprès du Crédit Coopératif », précise-t-il.

Lancement d'une seconde e-agence

En 2015, le Crédit Coopératif a connu une augmentation globale du nombre de clients sur tous les segments de clientèle : « 337.100 clients actifs, dont près de 80.000 entreprises et structures du secteur de l'économie sociale et solidaire (coopératives, mutuelles, associations, etc.). Le nombre des clients particuliers affinitaires progresse de 3,6% », annonce Christine Jacglin, la directrice générale. Devant la montée en puissance des clients particuliers, la banque prévoit « le lancement d'une seconde e-agence, qui sera basée à Bordeaux », souligne la directrice générale. Les clients auront donc le choix entre l'e-agence de Nanterre et celle-ci.

Christine Jacglin insiste sur « le lien humain entre les clients et la banque. Nous souhaitons que nos clients ne perdent pas le contact avec leur agence ». Aussi, lorsque le groupe aura basculé son informatique sur une nouvelle plateforme (celle des Caisses d'Epargne en 2018) plus adaptée aux besoins des particuliers, le Crédit Coopératif entend mettre en place un plan de digitalisation des agences. Et sans attendre, il annonce que « la moitié des agences vont être rénovées et transformées autour d'un nouveau concept d'agence d'ici 3 à 4 ans. » La première agence sous ce nouveau concept sera lancée à Angers. Il est aussi prévu trois fermetures d'agence avec un redéploiement du personnel (et sans réduction de poste) dans les autres agences : Paris, Bordeaux et Lille. « Ces transferts vont nous permettre de répondre aux besoins des clients avec des tranches horaires d'ouverture plus larges tout en gardant une gestion du personnel de qualité », explique le Crédit Coopératif.

Partager cet article :
Baptiste Julien BLANDET

© cbanque.com / BJB / mars 2016