Crédit Mutuel-CIC : le bénéfice net 2015 en hausse de 3,6%

  • cBanque avec AFP
  • ,
Siège du Crédit Mutuel à Strasbourg
Siège du Crédit Mutuel à Strasbourg - CC J-Elle / Wikimedia Commons

Le groupe CM11-CIC, composé du CIC et de 11 des 18 caisses régionales du Crédit Mutuel, va prolonger jusqu'en 2018 son plan de développement actuel, après la hausse de 3,6% de son bénéfice net en 2015. Le résultat net s'est établi à 2,3 milliards d'euros, tiré par l'assurance.

Lors d'une conférence de presse, le directeur général, Alain Fradin, a relevé que le résultat avant impôt avait progressé de 11,8%, à 4 milliards d'euros mais que le groupe avait dû dans le même temps faire face à un bond de 28% de l'impôt sur les sociétés, à 1,5 milliard d'euros. Cette forte hausse de la charge fiscale est liée notamment à des reprises de provisions sur des portefeuilles d'activités de marché à New York qui avaient permis de minorer l'impôt en 2014 et à une nouvelle règle n'ayant pas permis de déduire fiscalement la taxe systémique que paient les banques en 2015.

Le produit net bancaire (PNB, équivalent du chiffre d'affaires) est ressorti en hausse de 6,8%, à 12,8 milliards d'euros, malgré l'environnement de taux bas qui pèse sur les résultats. Il a profité d'une meilleure activité commerciale du groupe, aussi bien dans la banque avec une hausse de 5,7% des encours de crédits que dans l'assurance (27,8 millions de contrats en stock, +5,9% en un an) ou la téléphonie (environ 200.000 abonnés de plus en 2015, soit un total de 1,5 million).

« Plus de clients, plus d'encours, plus de services et plus d'innovations »

« Dans un contexte de réduction des marges financières, l'enjeu est celui du développement. Il nous faut plus de clients, plus d'encours, plus de services et plus d'innovations », a insisté le président du CM11-CIC, Nicolas Théry. Le groupe a donc décidé de prolonger jusqu'en 2018 son plan de développement qui couvrait initialement la période 2014/2016. Le détail des objectifs pour les deux années ajoutées à ce plan sera divulgué au second semestre.

Au niveau de l'assurance, le résultat net a augmenté de 7,1%, à 728 millions d'euros. Le chiffre d'affaires est resté inchangé, à 10,5 milliards d'euros, mais le groupe souligne que cette stabilité est liée à une « légère baisse de la collecte en assurance-vie (qui) masque l'excellent niveau d'activité en assurances de risques ».

Le résultat net de la banque de financement a aussi grimpé (+10,1% à 166 millions d'euros), à l'inverse de celui de la banque privée (-9% à 79 millions d'euros) qui a notamment pâti d'un doublement de l'impôt sur les sociétés, de 32 à 64 millions d'euros.

Fin décembre 2015, le groupe revendiquait 24,1 millions de clients, soit environ 600.000 de plus qu'un an auparavant.

Le résultat net du CIC en léger repli

Au niveau du seul CIC, le résultat net comptable a légèrement reculé de 0,6%, à 1,1 milliard d'euros. Si le résultat avant impôt a grimpé de 14,8%, à 1,7 milliard d'euros, l'impôt sur les sociétés a dans le même temps fortement progressé de 57%, à 562 millions d'euros.

Au titre de 2015, il sera proposé un dividende de 8,50 euros par action, contre 8 euros un an auparavant.

Partager cet article :
Par la rédaction avec AFP

Reproduction interdite.