Fintech : Treezor décolle grâce aux néobanques

Logo Treezor / Février 2019
DR

+640% : c’est la progression en 2081 du chiffre d’affaires de Treezor, startup française spécialisée dans la fourniture de services de paiements aux néobanques, signe d’un engouement certain pour ces nouveaux acteurs.

Lydia, Qonto, Yeeld, etc. : toutes ces marques, et bien d’autres, s’appuient sur Treezor pour proposer leurs services. C’est même la principale raison d’être de l’établissement de monnaie électronique racheté en septembre dernier par la Société Générale : fournir à des fintechs - mais pas seulement - son « moteur de paiements » dernier cri.

Le succès, semble-t-il, est au rendez-vous. Souvent considérée comme une « petite Wirecard », du nom de la banque allemande également spécialisée dans les services de paiement en marque blanche, Treezor a « multiplié par 20 son volume de transactions gérées et par 3 le nombre de cartes de paiement émises en 2018 », détaille un communiqué.

Résultat : son chiffre d’affaires a explosé (+640%). « 2018 a été une année intense sur le plan stratégique et a vu la croissance fulgurante de nos activités », confirme Éric Lassus, CEO et co-fondateur. « Les équipes ont réalisé un travail remarquable pour doter l’API de fonctionnalités majeures qui simplifient l’expérience de paiement des utilisateurs tout en garantissant un niveau de sécurité élevé ».

Google Pay et l’encaissement de chèques au menu

Treezor compte poursuivre en 2019 « l’enrichissement technologique du produit et [va] proposer des nouveaux services à forte valeur ajoutée, notamment pour l’international », poursuit le communiqué. Déjà, elle est la première fintech française à proposer le support du service de paiement mobile sans contact Google Pay, désormais disponible chez Lydia, son partenaire historique.

Mais Treezor s’intéresse également à des moyens de paiement moins modernes. A la demande de ses partenaires fintechs, elle a ainsi développé un service d’encaissement de chèques. En effet, « le chèque représente encore une part importante des flux financiers sur le marché français, notamment chez les professionnels indépendants et (...) permet aussi d’offrir un service de paiement différé ».

Partager cet article :

© cbanque.com / VM / Février 2019