fortuneo
Fortuneo-

Crédit et épargne : les banques en ligne sont-elles à la hauteur ?

Chéquiers des banques en ligne
© cBanque / FV 2016

A force de campagnes publicitaires, les banques en ligne ont largement promu leur compte et leur carte gratuite. Une stratégie qui leur permet d’accroitre le nombre de leurs clients, mais qui se fait aujourd'hui au détriment des produits d’épargne. Qui se souvient qu’ING Direct a fait son entrée en France grâce à son livret ? Pour autant, conscientes que ce sont davantage les placements et le crédit qui fidélisent les clients, elles ont étoffé leur catalogue. Mais toutes n’en sont pas au même stade.

Même si elles restent minoritaires, les banques en ligne gagnent progressivement des parts de marché. 1 Français sur 10 y détient désormais au moins un compte, contre 7% en 2014 (1). Principale motivation : profiter d’un compte et d’une carte bancaire à prix réduit. Mais la quasi gratuité des frais bancaires n’est pas suffisante pour convaincre leurs clients d’y transférer leurs avoirs. Pour y parvenir, elles étoffent leur palette de produits bancaires.

Une gamme de produits d’épargne digne d’une banque traditionnelle

Côté placements, les banques en ligne disposent généralement d’une offre développée. Il faut dire qu’avant d’ouvrir des comptes courants, les ING Direct, Boursorama et autres BforBank ont d’abord commercialisé des produits d’épargne. Résultat, à l’exception d’Orange Bank, dernière venue sur le marché bancaire, toutes proposent des livrets d’épargne réglementée : au moins le Livret A et le Livret de développement durable et solidaire (LDDS). De même, le livret bancaire, l’assurance-vie ou encore les produits boursiers – compte-titres et PEA - font partie de la panoplie standard des pure players, à l’exception toujours de la banque mobile de l’opérateur téléphonique.

L'écart qui subsiste entre banques en ligne et banques de réseaux se voit davantage avec l’épargne-logement. Sur les 7 enseignes, seules Boursorama et Hello Bank permettent à leurs clients de souscrire ou de transférer un Plan d’épargne logement (PEL) ou un Compte épargne logement (CEL). En cause, un produit complexe et coûteux pour des établissements qui, en quête de rentabilité, traquent le moindre frais. Le PEL nécessite en effet un suivi réglementaire important avec ses versements périodiques et ses plafonds de dépôts.

BoursoramaING DirectHello BankFortuneoBforBankMonabanqOrange Bank
Crédit
Crédit immobilier / Rachat de crédit

Oui

Oui

Oui

Oui

Oui

Non

Non

Crédit à la consommation

Oui

Oui

Oui

Non

Oui

Oui

Oui

Crédit renouvelable

Oui

Non

Oui

Non

Non

Oui

Non

Épargne réglementée
Livret A

Oui

Oui

Oui

Oui

Oui

Oui

Non

LDDS

Oui

Oui

Oui

Oui

Oui

Oui

Non

LEP

Non

Non

Oui

Non

Non

Non

Non

Livret Jeune

Non

Non

Oui

Non

Non

Oui

Non

PEL / CEL

Oui

Non

Oui

Non

Non

Non

Non

Épargne non réglementée
Livret bancaire

Oui

Oui

Oui

Oui

Oui

Oui

Oui

Assurance-vie

Oui

Oui

Oui

Oui

Oui

Oui

Non

Compte-titres

Oui

Oui

Oui

Oui

Oui

Oui

Non

PEA

Oui

Oui

Oui

Oui

Oui

Oui

Non

PEA-PME

Oui

Non

Oui

Oui

Oui

Non

Non

Le LEP ne fait pas recette dans les banques en ligne

Autres grands absents de leur catalogue : le Livret d’épargne populaire (LEP) et le Livret Jeune. Les conditions d’éligibilité des banques en ligne peuvent justifier cette absence. Ces deux livrets réglementés concernent en effet une partie de la population – les étudiants et les foyers modestes - qui n’est pas leur cœur de cible. Pour rappel, les établissements sans agence s’adressent historiquement à des clients justifiant d’un certain niveau de revenus ou d’épargne. Résultat, les jeunes et les personnes n’ayant pas de ressources fixes ou suffisamment élevées y ont difficilement accès.

Toutefois, ces critères ont tendance à s’amenuiser, au moins chez Boursorama et ING Direct, les banques en ligne leaders. Dans le cadre de Welcome, Boursorama Banque ouvre gratuitement ses portes aux personnes sans avoir à justifier ses revenus. Et ING Direct permet aux personnes ne souhaitant pas y domicilier leurs ressources d’ouvrir un compte moyennant 5 euros par mois. Mais, pour l’heure, aucune d’elles n’ouvrent de LEP ou de Livret Jeune. L’explication : le coût vraisemblablement. Le LEP entraine des formalités administratives comme le suivi de l'éligibilité du client. Et proposer ces deux livrets les obligerait à assumer et verser aux épargnants un taux d'intérêt à la fois supérieur au marché et à celui du Livret A.

Orange Bank : la seule banque en ligne sans Livret A

En tant qu’établissement de crédit, Orange Bank bénéficie d’un agrément bancaire complet, lui permettant, au même titre que ses consoeurs, de proposer un catalogue complet de produits bancaires. Or, la banque d’Orange fait pour l’heure l’impasse sur les livrets d’épargne réglementée. 8 mois après son lancement, elle propose uniquement, en sus de son compte courant, son livret maison, rémunéré à 1% brut (0,70% net une fois la fiscalité prise en compte). Depuis fin mars, Orange Bank commercialise également du prêt à la consommation.

Concernant le LEP et le Livret Jeune, deux banques en ligne font toutefois figure d’exception. Monabanq, tout d’abord, a intégré à son catalogue le livret réservé aux 12-25 ans. Avec 2% d’intérêts annuels, la banque en ligne sert d’ailleurs l’une des meilleures rémunérations de la Place. De son côté, Hello Bank est l’établissement offrant la gamme de produits la plus complète. Assurance-vie, bourse, livrets bancaires mais aussi l’épargne réglementée, tout y est ! Ce large catalogue est permis par la nature même de Hello Bank. Il s’agit en effet d’une marque exploitée par BNP Paribas et non d’un acteur autonome. A ce titre, tous les produits commercialisés par le réseau national sont accessibles aux clients de Hello Bank. Ces derniers ont donc eu accès très rapidement au crédit.

Le crédit immobilier devient incontournable

Côté financement, c’est encore chez Hello Bank et chez Boursorama que les clients sont les mieux lotis. Ces derniers peuvent aussi bien solliciter un crédit pour acheter leur résidence principale, leur résidence secondaire ou faire de l’investissement locatif Pinel, que réaliser un prêt à la consommation. De plus, ces deux établissements sont les seuls à proposer du crédit renouvelable.

En revanche, ni Orange Bank, ni Monabanq ne financent les projets immobiliers de leurs clients. Monabanq nous a toutefois indiqué que le crédit immo arriverait en 2019. Chez Fortuneo, c’est le prêt de trésorerie qui manque. Pour financer des travaux ou une automobile, ses clients devront se tourner vers un organisme spécialisé. ING Direct, quant à elle, réserve son offre de prêt conso aux clients jugés éligibles. En fonction de leur capacité de remboursement, ces derniers peuvent se voir proposer un crédit.

D’ici 2019, toutes les banques en ligne, à l’exception probable d’Orange Bank, proposeront du crédit et du rachat de crédit immobilier. Toutefois, dans le détail, ces offres de prêts ne permettent pas de financer tous les projets d’acquisition. L’achat d’un terrain nu, la construction ou les travaux seuls ne sont pas éligibles aux offres de prêt des banques en ligne. Par ailleurs, à l’exception de Hello Bank et Boursorama, les banques en ligne ne financent pas non plus les opérations en VEFA. Ces dernières refusent également les montages intégrant des prêts réglementés (PTZ ou PAS).

En savoir plus sur les prêts immo de Boursorama, ING Direct, Fortuneo et BforBank

(1) Etude online Simon-Kucher - Research Now menée sur un échantillon de 1.054 Français âgés de 18 à 65 ans en février 2017

Partager cet article :

© cbanque.com / MEF / Juillet 2018

Commentaires

Publié le 13 juillet 2018 à 23h44 - #1Trot
  • Homme
  • Paris
  • 45 ans

Erreur dans l'article : Le Livret jeune est disponible chez Boursorama Banque.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 18 juillet 2018 à 16h32 - #2Frédéric (cBanque)

@Trot : Bourso propose effectivement un livret bancaire pour les jeunes, mais ce n'est pas un Livret Jeune défiscalisé.
Voir www.cbanque.com/livret/jeune.php

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 20 juillet 2018 à 08h35 - #3bernardw
  • Homme
  • Budapest
  • 67 ans

J'avais besoin de 50 mille euros pour un achat immobilier. Impossible m'a-t-on répondu à Boursorama, nous ne prêtons pas moins de 100 mille euros !

Trouvez-vous ce commentaire utile ?

Ajouter un commentaire