Hello Bank!

Bénéfices en baisse pour BPCE, à cause de Natixis

  • cBanque avec AFP
  • ,
Siège du groupe BPCE à Paris
© Thomas Gogny / BPCE

Le groupe bancaire BPCE, qui réunit les réseaux Banque Populaire et Caisse d'Épargne, a accusé une baisse marquée de ses bénéfices au deuxième trimestre, sous l'effet entre autres de turbulences dans la banque de financement et d'investissements.

D'avril à fin juin, le groupe a dégagé un bénéfice net en repli de 8% à 956 millions d'euros, selon un communiqué financier publié jeudi. Le produit net bancaire, qui fait office peu ou prou de chiffre d'affaires pour le secteur, a quant à lui atteint un peu moins de 6,2 milliards d'euros, en recul de 2%.

Durant ce trimestre, le groupe BPCE a notamment été confronté à une baisse marquée des bénéfices dégagés par sa filiale Natixis, où sont logées les activités d'assurance, de paiement, de gestion d'actifs et de « grande clientèle » (qui intègre les activités de marché). Cette filiale a vu son bénéfice net chuter de 40%, à 346 millions, en raison de turbulences dans les activités de grande clientèle.

En baisse mais mieux que prévu

Natixis fait toutefois légèrement mieux que ne l'attendaient les analystes interrogés par le fournisseur de données financières Factset. Ceux-ci tablaient sur un bénéfice net de 310 millions d'euros.

En gestion d'actifs et de fortune, Natixis a vu son bénéfice avant impôt progresser, en dépit des difficultés de sa filiale H2O, fragilisée en juin par une vague de sorties de capitaux à la suite d' inquiétudes concernant la liquidité de certains actifs détenus dans ses fonds. Ce trou d'air s'est traduit par une décollecte de 6 milliards d'euros mais « les flux des fonds H2O se sont normalisés rapidement » avec un retour de la collecte en juillet, a fait savoir le groupe dans un communiqué.

« Bonne dynamique au sein des réseaux »

En banque de détail, le groupe BPCE explique avoir profité d'une « bonne dynamique au sein des réseaux Banque Populaire et Caisse d'Epargne » et d'une « réduction des coûts », selon le communiqué.

BPCE se félicite par ailleurs d'avoir « conforté son modèle multi-partenariat » avec l'assureur CNP Assurances, pierre angulaire du futur grand pôle public de bancassurance sous l'égide de la Banque Postale qui doit voir le jour en 2020. Dans le cadre de ce dispositif, BPCE et CNP Assurances vont étendre, dès le 1er janvier 2020, la date d'échéance d'un accord de coopération conclu en 2015 dans les secteurs de l'assurance emprunteur, la prévoyance et la santé collective notamment. Cette date d'échéance sera portée du 31 décembre 2022 au 31 décembre 2030, précise le communiqué.

BPCE et La Banque Postale ont par ailleurs annoncé vendredi la création d'une société de gestion commune, qui sera dotée de plus de 400 milliards d'euros d'actifs sous gestion.

Partager cet article :
Par la rédaction avec AFP

Reproduction interdite.