Néobanque : Shine veut devenir le « kit de survie » des indépendants

Nicolas Reboud, CEO de Shine
DR

Lancée en février dernier, Shine veut libérer les travailleurs indépendants de l’angoisse des démarches administratives, en plus de leur fournir un compte de paiement et une carte bancaire. Présentation du service avec Nicolas Reboud, co-créateur et CEO.

Nicolas Reboud, comment vous est venue l’idée de lancer Shine ?

Nicolas Reboud : « De l’expérience personnelle du co-fondateur de Shine, Raphäel Simon, qui a expérimenté, en tant que développeur freelance, l’angoisse des démarches administratives au quotidien. D’où l’idée de Shine, un service hybride qui mêle compte de paiement et services simples, conçu comme un kit de survie pour les indépendants. »

Qu’est-ce qui fait votre spécificité ?

N.R. : « Shine est 100% dédié aux indépendants, ce qui n’est pas le cas ailleurs. Aujourd’hui, les freelances ne sont qu’une clientèle secondaire pour les enseignes dédiées aux particuliers. Et les comptes pro, souvent chers, ne sont pas adaptés à leurs besoins, qui sont variés mais aussi assez simples. »

Quels sont ces besoins couverts par Shine ?

N.R. : « Payer et être payé, pour commencer, grâce à un compte de paiement et une carte MasterCard intégrant toutes les fonctionnalités modernes : temps réel, blocage instantané, etc. Etre assisté ensuite dans la conduite des tâches administratives. Shine est par exemple capable d’estimer, en temps réel, le montant des charges à payer et d’envoyer une notification lorsqu’il est temps de le faire, ou encore d’éditer rapidement des factures. »

Quelle est votre clientèle cible ?

N.R. : « Potentiellement, tous les travailleurs non salariés, quel que soit leur métier. Des livreurs à vélo aux professions intellectuelles, en passant par les commerçants, la cible est large : on estime à 13 millions le nombre de Français qui disposent de revenus non salariés. Il y a là un vrai mouvement de société. Certains sont contraints de se mettre à leur compte, mais on se rend compte aussi que de plus en plus de travailleurs, ceux notamment qui exercent dans des secteurs où l’offre d’emploi est supérieure à la demande, aspirent à sortir du salariat traditionnel. Et ce malgré la persistance de freins : la complexité administrative, le manque de protection sociale, les difficultés d’accès au crédit… Nous espérons contribuer à la levée de ces freins. »

L’accès à Shine est gratuit. Comment comptez-vous gagner votre vie ?

N.R. : « Effectivement, notre offre est sans abonnement. Pour l’instant, notre modèle économique repose sur les commissions perçues lors des paiements ou des encaissements par carte de nos clients. »

Pour fonctionner, votre modèle nécessite un gros volume de transactions. Combien comptez-vous de clients à l'heure actuelle, et envisagez-vous de vous internationaliser rapidement ?

N.R. : « Depuis notre lancement, fin février 2018, nous avons réussi à convaincre près de 15 000 indépendants, à raison de 200 ou 300 par jour. Le tout sans communication ou presque. C’est une croissance très rapide, plus rapide que les autres acteurs du secteur, et elle va contribuer à rassurer nos futurs clients. Nous espérons ouvrir le service dans d’autres pays dès l’année prochaine. Il n’y a pas qu’en France, en effet, que le besoin de service comme le nôtre se fait sentir. »

Fiche d'identité : Shine
ActivitéCompte de paiement pour les indépendants
Site webwww.shine.fr
Date de créationMars 2017
Date de lancement26 février 2018
Clientèle viséeTravailleurs indépendants
Marché viséFrance, ouverture prochaine à l'international
AgrémentAgent prestataire de service de paiement, enregistré auprès de l'ACPR
Capital2,8 millions d'euros
Chiffre d'affaires0
Nombre de clients13 000
Effectif actuel12 salariés
Partager cet article :

© cbanque.com / Propos recueillis par VM / Juin 2018