BforBank

Compte bancaire enfant : les points forts de Nickel, Boursorama et Morning

Un jeune face à un choix
© mantinov - Fotolia.com

Après les comptes pour particuliers et pour professionnels, les formules pour les 12-18 ans sont-elles le prochain créneau porteur des nouveaux acteurs de la banque ? Plusieurs ouvrent en tout cas leurs portes aux adolescents, comme Boursorama qui a récemment lancé Kador, Nickel qui a décliné son offre pour les mineurs ou Morning avec son forfait Jump. Zoom sur les petits plus de ces comptes pour enfants !

Si, enfant, la tirelire est un passage obligé pour matérialiser l’argent, à l’adolescence le compte et la carte bancaire se révèlent plus commodes pour gérer les dépenses. Enjeu de fidélisation oblige, les banques traditionnelles sont présentes sur ce créneau. Dès les 12 ans de l’enfant, elles proposent aux parents de lui confier une carte de retrait, puis, aux alentours de ses 16 ans, une carte à autorisation systématique. Mais si ces offres - que l'on retrouve à La Banque Postale, à la Société Générale ou dans les caisses régionales des banques mutualistes - sont généralement peu onéreuses, voire gratuites, elles sont aussi dénuées de contrôle parental.

Pour pallier ce manque, mais aussi étendre leurs services et diversifier leur clientèle, plusieurs acteurs en ligne ont lancé des formules de compte dédiées aux 12-18 ans. Elles aussi intègrent une carte de paiement à contrôle de solde. Mais leurs interfaces en ligne facilitent aussi la gestion budgétaire et la rendent plus ludique, tout en permettant aux parents de garder le contrôle.

Parmi ces établissements en ligne, attardons-nous sur trois offres - Boursorama et son compte Kador, Nickel et son offre jeune et Morning qui propose Jump – ainsi que sur trois fonctionnalités particulièrement adaptées aux enfants.

Nickel JeuneKador de BoursoramaMorning Jump
Conditions d'accèsAucuneUn parent doit être client de Boursorama BanqueUn parent doit détenir un compte Morning Pay
Coût du forfait20 € par anGratuit18 € par an (+ 24 € par an pour le compte adulte)
Espace client parents

oui

oui

oui

Paramétrage des plafonds cartes

oui

oui

oui

Blocage de la carte bancaire

oui

oui

oui

Désactiver le paiement en ligne

oui

non

oui

Personnalisation du code confidentiel

non

non

oui

Associer une image à une opération

non

oui

non

Demande d'argent

non

oui

oui

Alertes SMS personnalisables

oui

oui

non

Un compte co-piloté

Afin de garder un œil sur les finances de son ado, Boursorama, Morning et Nickel permettent à leurs ainés de consulter ses opérations. Pour Nickel, il y a deux possibilités. Soit l'un des parents est déjà client de l’ex-compte sans banque : il peut alors se connecter à son propre espace utilisateur et « switcher » sur celui de son enfant. Soit c’est la première fois que la famille ouvre un compte Nickel : dans ce cas, le représentant légal reçoit un e-mail indiquant un identifiant virtuel qui lui permet d’accéder au compte jeune.

En revanche, pour prétendre aux offres juniors de Boursorama Banque et de Morning, il n’y a pas le choix : les parents doivent également y détenir un compte. De fait, le suivi des opérations se fait directement depuis l’espace personnel des parents-clients.

Ces offres 12-18 ne permettent pas seulement aux parents de consulter les finances de leur enfant, elles permettent également d’encadrer ses dépenses.

Une carte bancaire paramétrable

A l’image de ce que proposent dans leur version standard les néobanques, ainsi que de plus en plus d’établissements de paiement, il est également possible, dans le cadre des offres pour mineurs, de piloter la carte de paiement. Nickel, Boursorama et Morning permettent ainsi tous les trois aux parents d’ajuster les plafonds de retrait et de paiement de la carte, tout en ne pouvant pas dépasser certaines limites fixées par les établissements.

Des limites qui, à l’exception de Morning Jump, sont plus basses que celles des cartes « adultes ». Concrètement, l’offre Nickel 12-18 ans plafonne à 350 euros par mois les paiements et à 150 euros par semaine les retraits. Du côté de Morning Jump, les retraits peuvent atteindre 500 euros par semaine et les dépenses – achats et retraits compris – sont plafonnées à 5 000 euros par mois. Quant à Boursorama, les paiements par carte ne peuvent excéder 200 euros par semaine et les retraits aux distributeurs 200 euros par mois.

Qu’ils choisissent Nickel, Boursorama Banque ou Morning pour leur enfant, les parents pourront aussi bloquer temporairement son moyen de paiement. Pratique pour stopper toute fièvre acheteuse ou, en cas de perte, lui laisser le temps de le retrouver sans prendre de risque. Autre fonctionnalité qui peut être désactivée : le paiement en ligne. Elle n’est cette fois-ci possible qu’avec Nickel 12-18 ans et Jump. De même, seule la néobanque Morning propose de personnaliser le code secret de la carte.

Outre l’intérêt de limiter le risque que l’ado dépense à outrance, ces fonctionnalités permettent de rendre le compte évolutif. En toute logique, les habitudes de consommation et les besoins ne sont pas les mêmes à 12 ans qu’à 16 ans.

D’autres acteurs en ligne tentent d’attirer à eux les adolescents

C’est le cas par exemple d’Orange avec son offre Orange Cash Jeune. Il s’agit d’un compte prépayé gratuit mais conditionné à la détention d’un forfait mobile maison et d’un smartphone compatible avec le paiement sans contact. Cette offre, en effet, ne donne pas accès à une carte bancaire physique. Pour régler en magasin, le jeune doit payer avec son smartphone. En ligne, il a accès à des cartes virtuelles.

Demander de l’argent à distance

« Au secours papa, je suis à la caisse et mon compte est à sec ! » ou « Maman, je veux faire un cadeau à Julie, peux-tu me faire une avance sur mon argent de poche ? ». Ces situations vécues par la plupart des familles sont prises en compte par Boursorama et Morning. Génération smartphone oblige, ces derniers permettent aux adolescents de formuler ces demandes « urgentes » directement depuis leur application mobile.

Le « dépannage » est alors immédiat, à condition bien sûr que les parents soient réactifs. La somme virée depuis le compte de ces derniers est en effet créditée immédiatement sur celui de leur enfant, et donc utilisable sur le champ.

Partager cet article :

© cbanque.com / MEF / Juin 2018