BforBank

La Banque Postale : un excès de zèle pour limiter les retraits en espèces ?

Guichet de la Banque Postale
© André Tudela – photographe Le Groupe La Poste

A La Banque Postale, les clients doivent-ils justifier leurs retraits importants ? Cette question a été soulevée début mai sur les réseaux sociaux, suite à la publication de la photo d’une affichette, prise dans une agence de la Poste, invitant les clients à fournir un justificatif de dépense pour retirer plus de 1 500 euros.

Excès de zèle généralisé ou erreur isolée ? Quelques jours après la publication sur Twitter de la photo d’un écriteau prise dans une Poste située dans le 15ème arrondissement de Paris indiquant que, pour les retraits d’un montant égal ou supérieur à 1 500 euros, les clients doivent justifier de l’usage de l’argent, la polémique continue…

Un usager de la Banque postale de Savigny-sur-Orge a expliqué à cBanque, n’avoir pas pu retirer la somme voulue. Ainsi, dans une vidéo qu'il a posté ce 9 mai sur le réseau social, on peut effectivement entendre une chargée de clientèle répondre ne pas pouvoir délivrer plus de 1 500 euros en une seule fois à cause d’une « réglementation interne » au moins active dans toute l’Essonne.

Un contrôle obligatoire pour les retraits de plus de 10 000 euros

Que dit la réglementation bancaire ? D’après le Code monétaire et financier, les banques sont effectivement tenues d’exercer « une vigilance constante » et de pratiquer « un examen attentif des opérations effectuées en veillant à ce qu'elles soient cohérentes avec la connaissance actualisée » qu’elles ont de leurs clients. Ce faisant, face à une opération inhabituelle, comme une demande de retrait dont le montant dénote, l’établissement bancaire est en droit de se renseigner sur la destination de la somme.

Toutefois, c’est uniquement lorsque les retraits dépassent 10 000 euros – en une seule opération ou cumulés sur un mois - que les banques doivent systématiquement en informer Tracfin, la cellule rattachée à Bercy dont la mission est de lutter contre le blanchiment d’argent, la fraude fiscale et le financement du terrorisme. En-deçà de 10 000 euros, le contrôle n’est pas systématique mais est réalisé au cas par cas si l’enseigne suspecte une malversation. Autrement dit, en cas de suspicion, la banque peut, à sa guise, faire une déclaration de soupçon à Tracfin. D’ailleurs, dans son dernier rapport, la cellule constate la recrudescence de ces déclarations : 68 661 ont été reçues et analysées en 2017, nous a ainsi rappelé Tracfin, un chiffre en hausse de 59% par rapport à 2015.

Du coup, ce qui peut être reproché aux agences de la Banque Postale épinglées est d’avoir systématisé l’obligation de délivrer des pièces justificatives : « billet d’avion, devis… », comme l’exposait l’affichette à l’origine de la polémique.

Un préavis nécessaire en cas de retrait supérieur à 1 500 euros

Contactée, La Banque Postale, qui a depuis fait retirer l’écriteau, évoque une erreur isolée due à une interprétation forte et restrictive de la réglementation. Selon l’enseigne, il ne s’agit donc aucunement d’une particularité départementale, propre à la région parisienne, comme cela a pu être évoqué sur Twitter.

En revanche, la raréfaction de l’argent liquide dans les agences bancaires pourrait expliquer l’impossibilité de se présenter spontanément pour retirer de grosses sommes. Pour des raisons de sécurité, les établissements limitent la quantité de cash hébergée dans les coffres-forts des agences. C’est pourquoi la plupart des enseignes exigent d’être prévenues plusieurs jours à l’avance avant de venir retirer une somme d’argent importante. Ce délai permet à l’agence de commander les fonds nécessaires. Il lui permet aussi, en cas de suspicion d’un acte frauduleux, d’interroger le client sur l’usage de cet argent.

A La Banque Postale, pour une opération réalisée dans un bureau autre que son agence principale, un préavis est nécessaire dès 800 euros retirés. Dans l’agence où son compte est hébergé, la limite est fixée à 1 500 euros… Est-ce que les guichetiers ont donc confondu obligation réglementaire et contrainte liée à la mise à disposition des fonds pour justifier le refus du retrait ? Pas de commentaire de La Banque Postale.

Partager cet article :

© cbanque.com / MEF / Mai 2019

Commentaires

Me prévenir en cas de nouveau commentaire
Publié le 10 mai 2019 à 07h13 - #1Stunt38
  • Homme

Toujours les mêmes qui râlent. A l 'heure du numerique et de la dématérialisation on se demande bien qui a la nécessité de faire plus de 1500€ de retraits ? Même la generation des grands-parents s'est mise à la CB et au smartphone !
Quand on regarde les profils de ceux qui font ça : artisans qui font leur black et leurs clients, ceux qui partent en vacance à la joncquera et autres endroits similaires, ceux qui ont des saisies et ATD en cours et qui veulent pas payer

Trouvez-vous ce commentaire utile ?28
Publié le 10 mai 2019 à 16h17 - #2Compte anonyme

Avis no 1 : Bonne analyse, merci.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?13
Publié le 10 mai 2019 à 17h15 - #3tristanyseu
  • Homme
  • Saint-Denis 93

Il n'y a pas qu'à la Banque postale que cette pratique existe . Et si l'on veut retirer plus de 1 500 euros , il faut prévenir pour une bonne gestion de l'encaisse . C'est aussi simple que cela . Et je croyais aussi que les clients de cette banque étaient tous " à problème "!

Trouvez-vous ce commentaire utile ?03
Publié le 11 mai 2019 à 07h40 - #4Atelier77
  • Homme
  • 77160
  • 59 ans

Et dire qu'il y a des personnes pour trouver cette pratique "honteuse" tout à fait normale !! C'est affligeant !
Qu'il faille prévenir quelques temps à l'avance le banquier d'un retrait important d'espèces… passe encore. A l'heure du tout numérique, ces gens-là ont encore vingt ans de retard. Sauf quand il s'agit de vous prélever des frais de toute sorte.
Mais avoir le culot de réclamer un justificatif - et pourquoi pas - un mot des parents pour expliquer ce que l'on envisage de faire avec NOTRE argent est tout simplement INSUPPORTABLE.
Quand allons-nous mettre tous ces braves gens au pas ?
"Charité bien ordonnée commence par soi-même… dit le vieil adage. Que les banquiers commencent donc par nous expliquer comment ils ont ruiné la France depuis la crise des subprimes. Et ça continue !!

Trouvez-vous ce commentaire utile ?51
Publié le 12 mai 2019 à 10h27 - #5ricou7422
  • Homme
  • 58290
  • 63 ans

La bonne question serait " Comment des gens peuvent ils encore être encore client de la banque postale" .
Surtout lorsqu'il existe des banques en ligne, sans frais, avec CB gratuite qui vous permettent de vous faire livrer, un montant d'espèce de votre choix, à domicile, ou effectuer un retrait important dans un distributeur comme chez Boursorama.
La poste étant toujours un organisme au système archaïque, très cher, des frais facturés sur tout, au service à la clientèle déplorable.
Depuis 2 décennies tout augmente à la poste , surtout pour l'affranchissement, alors que le service diminue.
Il n'y a qu'à voir la nonchalance légendaire du personnel aux guichets, plus prompt à faire grève que vraiment travailler au service du client

Trouvez-vous ce commentaire utile ?30
Publié le 14 mai 2019 à 09h11 - #6zyxel22
  • Homme
  • Mul
  • 52 ans

et moi qui croyait la France un pays de Liberté !

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10
Publié le 15 mai 2019 à 07h21 - #7Stunt38
  • Homme

@Atelier77 : non seulement beaucoup de gens (comme moi) cautionnons mais on devrait même durcir cela !
Le liquide alimente la plupart du temps toute l'économie souterraine (cf. mon 1er post, j'en passe et des meilleurs...!) et tout ce qui n'est pas légal.
La bonne question à se poser c'est comment on peut encore de nos jours avoir autant besoin de liquidité et croire que c'est pour un usage sain.
C'est comme penser qu'on pourrait acheter une arme juste pour se donner un style ou croire que le diesel à un avenir...soyez un peu réaliste et cessons donc de nous larmoyer sur une époque révolue.
Perso ça ne me dérange pas le moins du monde et je suis rassuré de voir qu'à chaque fois que toutes celles et ceux qui ne peuvent faire leur retrait magouilleux c'est un attentat qui n'aura pas lieu, du traffic qui ne se fera pas ou dans une moindre mesure de l'économie souterraine en moins !

Trouvez-vous ce commentaire utile ?03
Publié le 15 mai 2019 à 09h34 - #8Atelier77
  • Homme
  • 77160
  • 59 ans

@STUNT38
C'est chaque fois le même refrain :
Pour justifier, expliquer… et même théoriser les actes les plus odieux (comme le vol à grande échelle ou les privations de liberté), on nous sert systématiquement le couplet sur l'évasion fiscale, les magouilleurs de tous poils et autres trafics suspects…
On se croirait revenu en 1792 au temps de la terreur et de la sinistre loi des suspects.
Et dire que vous souhaitez aller encore plus loin Monsieur STRUNT38 ! Mais jusqu'où ? Seriez-vous comblé si après nous avoir contraint à placer nos économies chez vous (argent que vous gérez si mal… dans votre seul intérêt et non celui des clients) ; si après avoir fait de nous des clients captifs que l'on pénalise à tour de bras (frais exorbitants et pénalités de toutes sortes en cas de retrait…), on nous obligeait demain à justifier la moindre sortie d'argent (NOTRE argent, je le rappelle et non le vôtre) ?
Pas sûr !!
Dans votre commentaire, vous parlez de tout ce qui n'est pas légal ! Moi, je m'en tiendrai aux dispositions de la Loi… rappelées très justement par CBanque : "Ce n'est uniquement que lorsque les retraits dépassent 10 000 euros – en une seule opération ou cumulés sur un mois - que les banques doivent systématiquement en informer Tracfin…" Informer ne signifie pas "exiger un justificatif des clients… sinon circulez".
Tous les jours, dans le cadre de mon activité, je vois les banques franchir allègrement la ligne jaune. C'est vrai quand elles "fourguent" des PEL ou CEL à des personnes âgées de plus de 70 ans. Ou quand elles obligent des emprunteurs à souscrire des garanties "incapacité de travail" alors qu'ils sont à la retraite ou sans emploi. Et je ne vous parle même pas des petits arrangements maison avec les différés de remboursement systématiques qui rapportent - ni vu, ni connu - 1 ou 2 mois d'intérêts ; la mise en place de paliers particulièrement lucratifs ou bien encore l'obligation à peine dissimulée de souscrire une assurance-vie si vous voulez avoir votre prêt. Etc, etc…
Alors attention à ne pas vous tromper de cible : les magouilleurs ne sont peut-être pas ceux que vous dénoncez. A ce titre, je vous renvoie à la dernière affaire en date : celle de la "CumEx Files" ou comment les banques françaises (BNP, Crédit Agricole, Société Générale… en tête) se sont de nouveau fourvoyées dans un scandale financier qualifié de crime organisé.
CQFD

Trouvez-vous ce commentaire utile ?20

Ajouter un commentaire