BforBank

Revolut : la licence bancaire sur le grill en Lituanie

Carte de paiement Revolut
DR

La néobanque britannique Revolut risque-t-elle de perdre l’agrément bancaire obtenu en décembre dernier ? La question est posée dans un récent article du site irlandais Silicon Republic.

Installée à Londres, Revolut a fait le choix de déposer sa demande d’agrément d’établissement de crédit en Lituanie. Un choix lié à la perspective du Brexit - qui risque de remettre en cause la possibilité pour les établissements financiers agréés au Royaume-Uni d’exporter librement leurs services dans l’Union européenne - mais aussi par l’existence dans ce pays d’une procédure simplifiée, destinée justement à attirer les fintechs de toute l’Europe vers la République balte. Cette demande a abouti en décembre 2018, ouvrant la voie au lancement par Revolut de nouveaux produits, notamment du crédit.

Lire aussi : Revolut prête à devenir « l'Amazon de la banque »

Revolut réfute tout lien avec le Kremlin

Ce choix, toutefois, pourrait se retourner contre Revolut. Selon Silicon Republic, le parlement lituanien examine en effet un projet de résolution, visant à enquêter sur la compatibilité des activités de Revolut avec les intérêts du pays. Une démarche qui pourrait aboutir au retrait de la fameuse licence.

Pourquoi cet inquiétude du parlement ? Elle tient notamment à l’existence de liens supposés du patron de Revolut, Nikolay Storonsky, avec le pouvoir russe. Né et formé en Russie, l’ancien trader, qui a pris depuis la citoyenneté britannique, est en effet le fils du directeur d’une filiale de Gazprom, première entreprise russe, spécialisée dans l’extraction de gaz naturel et contrôlée par le Kremlin. Dans un pays qui a passé plusieurs siècles sous le joug de l’emprise russe, puis près de 5 décennies (de 1945 à 1990) sous celui de l’Union soviétique, le parlement s’interroge ainsi sur la « vulnérabilité politique » de la néobanque vis-à-vis de son puissant voisin.

Dans sa réponse à Silicon Republic, Revolut a réfuté tout lien de son patron avec le pouvoir russe, et s’est dite prête à travailler avec les autorités lituaniennes pour éclaircir toute interrogation soulevée par le projet de résolution.

Partager cet article :

© cbanque.com / VM / Mai 2019

Commentaires

Soyez le premier à réagir à cette actualité !

Ajouter un commentaire

Me prévenir en cas de nouveau commentaire