Orange Bank : tout savoir sur le compte et la carte bancaire gratuite

Carte bancaire Orange Bank
© Laurent Chamussy/SIPA/Orange

L’opérateur télécom Orange lancera le 6 juillet prochain Orange Bank, son offre de banque de détail à destination du grand public. Les détails de l’offre ont été dévoilés ce matin. Au programme : de la banque 100% mobile, comme attendu, et une surprise : la gratuité de la carte bancaire sans condition de revenus.

Fin du suspense : c’est le 6 juillet prochain qu’Orange lancera l’offre de compte bancaire grand public (1) annoncée depuis maintenant près de 2 ans. Stéphane Richard, le patron du 1er opérateur français, en a dévoilé en personne les contours ce matin, à l’occasion du Show Hello, un rendez-vous annuel destiné à dévoiler les lancements à venir du groupe spécialisé dans les télécoms. Orange Bank a d’ailleurs un peu éclipsé les autres annonces, celle notamment de l’assistant virtuel Djingo. Et pour cause : son lancement fera date. C’est la première fois en France, en effet, qu’un opérateur télécom engage une diversification sur le marché de la banque de détail, et le fait avec un grande ambition : 2 millions de clients espérés à terme.

Pour y parvenir, Orange a fait le pari de la rupture avec l’offre existante. « Le secteur bancaire français n’a pas encore fait sa véritable transformation numérique », a ainsi commenté Stéphane Richard, seul sur la scène du Show Hello, dans la plus pure tradition des keynotes des géants technologiques. « Les grands acteurs se sont contentés de transférer leurs services sur internet, avec les mêmes contraintes que dans le monde physique ». Orange espère lui ouvrir « une nouvelle ère pour la banque », rien que ça, avec un enseigne « nativement digitale et prioritairement mobile », « pensée par des experts du numérique ».

Une carte au design innovant

A quoi va réellement ressembler Orange Bank à son lancement, le 6 juillet prochain ? Pas forcément à la révolution annoncée, au moins pour ceux qui suivent l’émergence, depuis deux ans, des « néobanques », incarnées en France par le Compte Nickel ou en Europe par l’Allemande N26, dont l’opérateur français semble s’être beaucoup inspirée.

L’offre Orange Bank s’articulera ainsi autour d’une application mobile, qui permettra d’accéder à l’ensemble des services, y compris l’ouverture de compte, et d’une carte bancaire internationale Visa, dont la principale innovation réside dans le design, dévoilé sur Twitter par Marc Rennard, directeur général adjoint chargé d’Orange Bank.

Le paiement mobile en tête de gondole

Chez Orange Bank, pas de Premier ou d’Infinite : la nouvelle enseigne proposera, dans un premier temps au moins, un type de carte unique, dont Marc Rennard promet qu’elle aura « toutes les fonctions d’une carte haut de gamme ». Elle devrait toutefois être à autorisation systématique, condition nécessaire pour permettre l’instantanéité du report des opérations sur le solde, promise par Orange. Comme les autres cartes des néobanques, et de plus en plus souvent des banques traditionnelles, la carte pourra être bloqué et débloqué en temps réel depuis l’application mobile.

La carte ne sera pas, par ailleurs, l’unique moyen de paiement rattaché au compte. On ne sait pas encore si Orange Bank proposera des chéquiers à ses clients. En revanche, l’enseigne compte bien capitaliser sur l’expérience acquise grâce à Orange Cash, en plaçant le paiement mobile sans contact au même niveau que la carte bancaire.

Autre standard des banques nouvelle génération adopté par Orange : les virements pourront être initiés par l’envoi d’un SMS au destinataire, à qui il sera proposé de renseigner lui-même les coordonnées de son compte bancaire.

Une « banque apprenante »

Voilà pour les points communs avec les néobanques. Mais Orange Bank va, dès son lancement, aller un peu plus loin. Forte de l’agrément bancaire complet acquis grâce au rachat de Groupama Banque, l’enseigne va en effet proposer dès son lancement à ses clients un découvert autorisé et un livret d’épargne rémunéré, dont on ne connait pas encore le rendement. Pour accéder à un catalogue de produits bancaires encore plus large - du crédit et de l’assurance notamment -, il faudra attendre.

Stéphane Richard a promis une « banque apprenante », dont les « services ne cesseront de s’enrichir » en fonction des besoins affichés par les clients. Le patron d’Orange a ainsi d’ores et déjà annoncé dans un futur proche un « service prédictif de gestion de compte », de « l’épargne sur mesure » et de l’assurance pour des besoins ponctuels, comme un voyage à l’étranger. Orange Bank devrait également prendre le train de l’Open Banking, en permettant à des services tiers, développés par exemple par des fintechs, de s’arrimer à son offre.

Enfin, les clients d’Orange Bank pourront compter sur un accès 24/7 à un conseiller bancaire, via le tchat. Mais il s’agira d’un conseiller virtuel : la nouvelle enseigne va en effet s’appuyer, comme le Crédit Mutuel notamment, sur Watson, l’intelligence artificielle développée par l’américain IBM. Celle-ci, promet Stéphane Richard, sera capable d’effectuer des opérations de base (des virements par exemple), mais aussi de donner des conseils d’épargne et de gestion de compte. Et si Watson ne suffit pas, Orange a prévu une équipe « de plus de 100 personnes appartenant au centre de la relation client d’Orange Bank », détaille un communiqué de l’opérateur.

La gratuité, une bonne surprise

Comme toute keynote qui se respecte, celle d’Orange s’est achevée par un One More Thing, une annonce de dernière minute. Elle a concerné le prix d’Orange Bank. Les quelques indiscrétions sur le sujet évoquaient en effet des tarifs hyper-compétitifs, de l’ordre de quelques euros par mois. Il s’agissait en fait d’une fausse piste : l’accès au compte et à la carte Orange Bank sera gratuit. Et contrairement aux banques 100% en ligne, Orange Bank n’imposera pas de conditions de revenus ou de dépôts.

Gratuit, à condition d’utiliser le compte : Orange demandera à ses clients d’effectuer au moins 3 paiements (par carte ou mobile) ou retraits (par carte) par mois. A défaut, des frais de tenue de compte, à hauteur de 5 euros par mois, seront perçus. Pour ce qui est des autres lignes tarifaires (retraits en espèces, paiements en devises, taux appliqués aux découverts, etc.), il faudra attendre : Orange Bank n'a pas encore dévoilé sa grille.

(1) Avant cela, le service sera ouvert mi-mai uniquement aux collaborateurs d’Orange.

Partager cet article :

© cbanque.com / VM / Avril 2017

Commentaires

Publié le 21 avril 2017 à 20h35 - #2PhC34
  • Homme
  • Montpellier
  • 60 ans

Quelle crédibilité doit-on accorder à la Bank d'Orange quand la maison mère demande encore dans l'enrôlement de ses clients Code Banque + Code Guichet + Numéro de compte + Clé RIB, soit un bon vieux RIB français... alors que l'IBAN est la norme...

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10
Publié le 22 avril 2017 à 07h59 - #3Boby M.

Bof... Rien de bien nouveau.
Depuis plusieurs années l'offre Soon d'Axa propose déjà une CB (une vraie, pas à autorisation systématique) gratuite sans condition de revenus, sans minimum d'utilisation mensuel, et avec une gestion en ligne.
Par contre pas de découvert autorisé comme ici avec Orange Bank.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10
Publié le 28 avril 2017 à 12h41 - #4Kévin

Mouais pas vraiment convaincu non plus. En plus j'ai lu hier que seuls 2/3 des français étaient prêts à confier leur argent à leur opérateur téléphonique... Un futur flop ?
Pour ma part je préfère largement utiliser les services de Fintechs qui se concentrent exclusivement sur les services bancaires de base, comme Sogexia ou Revolut, avec de la qualité et un vrai service d'experts derrière.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?

Ajouter un commentaire