Hello Bank!

Découvert autorisé : ce qu'il vous coûte réellement

Courbe avec passage dans le rouge
© Nady - Fotolia.com

Vous avez une autorisation de découvert ? Ce service proposé par votre banque vous permet de continuer à utiliser votre compte quand il passe dans le rouge. Attention toutefois : contrairement à ce que le terme d'autorisation peut laisser croire, cette « facilité de caisse » n'est pas gratuite et engendre même des frais avant toute utilisation.

L’autorisation de découvert, c’est le solde négatif maximum, en montant et en durée, que votre banque tolérera sans considérer que vous êtes en situation d’incident de paiement. Son montant est négociable, mais dépendra de la régularité et de l’importance de vos revenus. Quant à sa durée, le découvert n'est en général autorisé que pendant 30 jours consécutifs : les banques demandent donc que votre compte redevienne créditeur (solde du compte positif) au moins une journée dans le mois.

Ce montant et cette durée sont contractuels, et peuvent donc prendre la forme d’un contrat de service séparé, ou être inclus dans votre convention du compte, ou encore dans l’offre groupée de service que vous avez souscrite.

Des frais avant toute utilisation

Pour autant, l’autorisation de découvert n’est pas un crédit gratuit. Elle peut même être payante avant toute utilisation. Certaines banques facturent en effet des frais de mise en place, voire des frais annuels récurrents. Ces derniers sont compris entre 8 et 31,80 euros, selon notre relevé des tarifs au 1er mars 2019.

D’autres banques appliquent des frais proportionnels. Ils sont parfois fixés en fonction du montant de l’autorisation de découvert. C’est le cas par exemple du CIC : 1% de ce montant, avec un minimum de 20 euros. Exemple : une autorisation de découvert de 1 000 euros coûtera 20 euros par an, une autre de 2 500 euros sera facturée 25 euros.

Plus rarement, certaines facturent en fonction du montant de découvert utilisé. Exemple à la Banque Populaire, qui prélève 0,07% du montant du plus fort découvert, et 0,08% des mouvements débiteurs.

Attention au dépassement de découvert !

Le coût d’un découvert autorisé est réel mais négligeable au regard de l’avalanche de frais qui s’abattent lorsque le solde de votre compte devient inférieur au montant autorisé ou que le découvert persiste trop longtemps. Ce dépassement de découvert peut en effet entraîner des rejets de prélèvement ou de chèque, ainsi que la facturation de commissions d’intervention.

Agios : de 7% à 19,23%

Rappel : le découvert autorisé fonctionne comme un crédit. Lorsque le solde devient négatif, la banque perçoit ainsi des intérêts débiteurs, ou agios. Leur montant est calculé en fonction de la durée du découvert et du montant réellement utilisé.

Calcul des agios : Intérêts débiteurs = montant du découvert × taux débiteur × nombre de jours ÷ 365

Ainsi, un découvert de 200 euros pendant 15 jours au taux de 7% ne représente au final que 58 centimes d'agios.

Les taux de découvert autorisé varient globalement de 7% à 19,23% selon les établissements. Certaines enseignes calent leur taux sur un autre indicateur : le taux de base bancaire ou le seuil de l’usure, c’est-à-dire le taux maximum réglementaire autorisé pour ce type de crédit, remis à jour tous les trimestres.

La transparence n’est toutefois pas la norme en la matière : 6 enseignes sur 10, en effet, n’indiquent pas les modalités du découvert autorisé dans leurs brochures tarifaires. Il faudra alors rencontrer un chargé de clientèle pour en savoir plus. Un fois le service souscrit, le taux applicable sera rappelé sur le relevé de compte.

Des minimums forfaitaires d'agios

Les agios sont généralement perçus trimestriellement, mais certaines enseignes les facturent mensuellement. Il existe aussi des cas particuliers : certaines banques intègrent ainsi dans leur packages une franchise d’agios, c’est-à-dire un montant d'agios en dessous duquel ils ne sont pas facturés. D’autres à l’inverse imposent, généralement aux clients n'ayant pas souscrit de forfait de compte, un minimum forfaitaire d’agios, c’est-à-dire un montant minimum de facturation dont la facturation se déclenche au premier euro dans le rouge. C’est le cas par exemple à La Banque Postale (1,50 euro par trimestre) ou à la Société Générale (7 euros par trimestre). Une pratique légale, mais qui peut être considérée comme abusive.

A consulter : le classement cBanque des banques les moins chères

Partager cet article :

© cbanque.com / VM avec Marie de BEAUDRAP / Mars 2019

Commentaires

Me prévenir en cas de nouveau commentaire
Publié le 4 mars 2019 à 16h46 - #1la chouette
  • PREAUX
  • 65 ans

la banque postale facture 1,50 euro pour ensuite rend cette somme quand le compte redevient positif

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 14 avril 2019 à 11h35 - #2Lulu22
  • Femme
  • France
  • 24 ans

Bonjour je suis à la banque postale et là je suis à découvert de 3 euros est-ce que je vais avoir des agios ? Et quand vont-ils me les prélever si il y en a? Merci

Trouvez-vous ce commentaire utile ?

Ajouter un commentaire