psa

Calculatrice d'impôts sur les revenus de placements

La calculatrice, dont le fonctionnement et le mode d'emploi sont présentés sur cette page, permet de simuler le calcul de l'impôt sur le revenu et de mesurer l'impact des placements à revenu fixe (livrets, PEL, comptes à terme, obligations, etc.) et des revenus ou plus-values des valeurs mobilières.

Dans quel cas utiliser cette calculatrice ?

Cette calculatrice permet de déterminer, d'une façon simple et rapide, le montant de l'impôt sur le revenu et des cotisations sociales. Elle permet de mesurer l'impact de l'imposition des revenus de placements, qu'il s'agisse des intérêts de placements bancaires ou des revenus ou plus-values d'actions.

La calculatrice est configurée actuellement pour les impôts 2018 sur les revenus de l'année 2017 selon les mesures prévues dans la loi de Finances pour 2018.

La calculatrice intègre également un mode de « comparaison des impôts 2017 et 2018 » qui permet de mettre en évidence l'évolution entre les impôts 2017 (sur le revenu de l'année 2016) et les impôts 2018 (sur le revenu de l'année 2017).

A noter, enfin : les évolutions relatives à la flat-tax ne sont applicables qu'aux revenus perçus à compter du 1er janvier 2018 et n'auront un impact que sur l'impôt 2019. Cependant, pour les cotisations sociales, certains revenus du patrimoine de 2017 seront soumis à 17,20% (au lieu de 15,50%) dès l'impôt 2018, en fonction de leur nature.

Les revenus ou éléments pris en considération

Ouvrir, dans une autre fenêtre, la calculatrice d'impôts sur les revenus de placement

Situation familiale

Indiquez dans cette partie votre situation déclarative : couple (marié ou pacsé) soumis à imposition commune, personne seule (célibataire, séparé(e), veuf(ve)) ou parent isolé (personne assurant seule la charge d'un ou plusieurs enfants). Ainsi que le nombre de personnes à charge et le nombre éventuel d'enfants à charge partagée.

Revenus d'activité

Il s'agit des salaires et assimilés (traitements, salaires, vacations, indemnités, congés payés, pourboires, etc.) pour le déclarant 1 et le déclarant 2 (ou une personne à charge). Des frais professionnels peuvent être indiqués qui ne seront pris en compte que s'ils dépassent les frais professionnels calculés d'une manière forfaitaire, c'est-à-dire : 10% du salaire, avec un minimum de 430 euros et un maximum de 12.305 euros (contre 426 et 12.183 euros en 2017).

Placements à revenu fixe

Ce sont les intérêts des livrets bancaires, plan épargne logement de plus de 12 ans, comptes à terme et produits apparentés (intérêts, arrérages et revenus de fonds d’État, obligations, titres participatifs, bons et autres titres de créances, dépôts, cautionnements, comptes courants et comptes courants d'associés). Ces revenus sont à répartir dans les 2 champs de saisie selon qu'un acompte fiscal a été prélevé ou qu'ils bénéficient d'une dispense d'acompte. Voir aussi la fiscalité des livrets avant 2017.

La calculatrice calculera automatiquement si l'option d'imposition au taux forfaitaire de 24% doit être exercée, dans le cas où ces revenus sont inférieurs à 2.000 euros.

Valeurs et capitaux mobiliers

Ce sont d'une part les revenus d'actions versés sous forme de dividendes ou les intérêts de parts sociales (voir la fiscalité des revenus mobiliers). Ils sont à répartir selon qu'un acompte fiscal a été déjà payé ou non.

Et, d'autre part, les plus-values de cession des valeurs mobilières, à répartir selon la durée de détention, ainsi que la CSG déductible payée l'année précédente, sur ce type de revenu.

Revenus fonciers

Il s'agit des recettes en Micro-Foncier (retenu avec un abattement de 30%) ou des revenus fonciers imposables, ainsi que la CSG déductible de l'année précédente.

A noter que les déficits fonciers ou les moins-values de cessions de valeurs mobilières ne sont pas gérés dans la calculatrice.

Les traitements effectués par la calculatrice

La calculatrice effectue les traitements suivants :

1 - Détermination du revenu net imposable soumis au barème progressif, par l'addition des revenus d'activités nets de frais, des revenus de placement, des revenus mobiliers avec prise en compte de l'abattement de 40%, des plus-values de cession, des revenus fonciers, et prise en compte de la CSG déductible. Pour les plus-values de cessions mobilières, les abattements suivants peuvent être appliqués :

TitresDurée de détentionTaux d'abattement
Toutes les valeurs-Aucun
Pour les seules actions, parts sociales ou titres assimilés.De 2 à 8 ans50%
8 ans et plus65%
Voir aussi : la fiscalité des plus-values mobilières

2 - Application du barème progressif suivant :

Tranche de revenu par part fiscaleTaux applicable pour la tranche
Impôts 2017 (pour mémoire)Impôts 2018
jusqu'à 9.710 €jusqu'à 9.807 €0%
de 9.710 à 26.818 €de 9.807 à 27.086 €14%
de 26.818 à 71.898 €de 27.086 à 72.617 €30%
de 71.898 à 152.260 €de 72.617 à 153.783 €41%
plus de 152.260 €plus de 153.783 €45%
Voir dans l'actu : le barème de l'impôt 2018 - barème 2017 - barème 2016.

3 - Application du plafonnement de l'avantage maximal apporté par le quotient familial, sur une base de 1.527 euros par demi-part supplémentaire, ou à 1.801 euros pour les 2 premières demi-parts d'un parent isolé. (en 2017, ces seuils étaient de respectivement 1.512 et 1.783 euros).

4 - Déduction de la décote quand les trois-quarts du montant des impôts est inférieur à 1.177 euros pour une personne seule ou 1.939 euros pour les couples soumis à imposition commune. (en 2017, ces seuils étaient de 1.165 et 1.920 euros).

4 bis - Déduction de la réduction de 20% pour les foyers modestes lorsque le RFR n'excède pas 20.705 euros pour les célibataires et 41.410 euros pour les couples, majoré de 3.737 euros par demi-part supplémentaire.

5 - Calcul des cotisations sociales sur les revenus fonciers et les plus-values de cession.

6 - Calcul du montant total à payer de l'impôt et des cotisations sociales (avec une franchise de 61 euros hors réductions ou crédits).

Les données en résultat

Les résultats sont présentés en 4 parties :

  • Placements à revenu fixe : redonne le détail du montant brut, des cotisations sociales prélevées, de l'acompte fiscal payé, et le cas échéant, l'option pour une imposition au taux forfaitaire.
  • Revenu ou plus-values de capitaux mobiliers : donne le montant brut des dividendes, les cotisations sociales, l'acompte fiscal et la base imposable. Les plus-values sont également indiquées.
  • Impôt sur le revenu : il s'agit de la décomposition du calcul de l'impôt sur le revenu ainsi que les cotisations sociales supplémentaires. Quatre lignes de synthèse précisent le nombre de parts fiscales, le Revenu fiscal de référence (RFR), le Taux marginal d'imposition (TMI) et le taux moyen d'imposition.
  • Total fiscal et social : cette partie récapitule le montant total (déjà payé ou à payer) des impôts et des taxes de l'année, ainsi que le taux de taxation correspondant.

La mesure de l'impact des placements à revenu fixe ou des revenus mobiliers se fait par comparaison de l'impôt calculé une première fois sans ces revenus, puis avec ces revenus. La différence de montant total (impôt sur le revenu + cotisations sociales + acompte fiscal) entre les 2 simulations permet de déterminer précisément le surplus de taxation lié à ces seuls revenus.

Par ailleurs, un taux de taxation sur ces seuls revenus est indiqué. Ce taux doit être appréhendé dans la situation globale de chaque simulation et sera d'autant plus élevé que les autres revenus sont importants.

Avertissements et cas particuliers non traités

Comme tout ce qui concerne l'impôt sur le revenu, les montants sont arrondis à l'euro le plus proche. Cela peut provoquer des imprécisions si de petits montants sont utilisés. Par exemple, des cotisations sociales de 17,20% sur un montant de 10 euros vaudront 2 euros. Si on recherche ensuite ce que représente, en pourcentage, 2 euros par rapport aux 10 euros de départ, on ne trouvera qu'un taux approximatif de 20%.

Un certain nombre de particularités liées à certaines situations ne sont pas traitées par cette calculatrice. En particulier :

  • Contribuable vivant dans un département d'outre-mer,
  • Invalidité d'un des déclarants ou d'une personne à charge,
  • Cas de demi-part supplémentaire (sauf cas des parents isolés ou enfants en garde conjointe),
  • Chômeur de plus d'un an bénéficiant d'un minimum de frais professionnels,
  • Tout autre revenu dont la saisie n'est pas possible.

Réductions et crédits d'impôt

La calculatrice ne calcule pas, non plus, les crédits et réductions d'impôts, notamment pour les dispositifs de défiscalisation (FCPI, FIP, Sofica, Pinel...). D'une manière générale, ces crédits d'impôts viennent diminuer (voire annuler) le montant d'impôt à payer. Ils ne modifient pas l'imposition des revenus de placement qui font l'objet de cette calculatrice.

© cbanque.com 2013-2018 / FV / Page mise à jour le / Droits réservés