Fortuneo

Le Crédit Agricole Ile-de-France va fermer une cinquantaine d'agences

  • cBanque avec AFP
Logo Crédit Agricole d'Ile de France
DR

Le Crédit Agricole Ile-de-France a annoncé jeudi un remaniement de son réseau pour tenir compte de l'aménagement du Grand Paris et des évolutions technologiques, ce qui se traduira par la fermeture d'une cinquantaine d'agences d'ici 2015.

Baptisé « Maille & Maillage », le projet de la caisse régionale représente un investissement de plus de 80 millions d'euros d'investissements sur 3 ans, selon un communiqué, et il ne devrait pas entraîner de suppressions de postes. Le réseau passera de 325 à 277 agences, qui seront « plus spacieuses, plus accueillantes » et composées au minimum de six collaborateurs. Les horaires d'ouverture seront également élargies, avec la journée continue par exemple, est-il précisé.

Parallèlement, environ 300 postes de conseillers d'accueil (guichetiers), soit plus de 40%, vont être promus conseillers commerciaux, afin « d'intensifier la montée en compétence et en qualification des collaborateurs ».

« Objectifs purement financiers »

« Ils appellent ça le nouveau maillage des agences. Ils veulent mettre en place des agences innovantes avec le développement d'internet et à terme, ce sera la banque digitale », a indiqué mercredi soir à l'AFP Alain Babin, délégué CGT de la banque. Pour lui, « ce sont des objectifs purement financiers », en « contradiction totale avec le message de proximité d'une banque mutualiste ». « La banque digitale, c'est bien sûr pour envisager des réductions d'effectifs demain », a-t-il ajouté.

Le groupe souligne de son côté que le projet vise « à anticiper et à s'adapter aux attentes de ses clients et aux changements de notre société ». Il explique notamment tenir compte des « perspectives d'avenir liées à l'aménagement du Grand Paris, des évolutions technologiques et des nouveaux comportements de nos clients ».

Le Crédit Agricole d'Ile-de-France compte environ 1,5 million de clients pour 42 caisses locales.

Partager cet article :
Par la rédaction avec AFP

Reproduction interdite.