Hello Bank!

BNP Paribas : cinq syndicats appellent à la grève

Une agence BNP Paribas en 2013
CC - Wikimedia commons / Lionel Allorge

Cinq syndicats de BNP Paribas, premier groupe bancaire français et européen, ont lancé un appel à faire grève mardi pour protester contre la dégradation des conditions de travail et l'absence de revalorisation générale des salaires, ont indiqué des sources syndicales.

L'intersyndicale, formée par le SNB/CFE-CGC (1er syndicat dans l'entreprise), la CFDT (2e), la CGT (3e), FO (4e) et la CFTC (5e, non représentative), appelle dans un communiqué les salariés à débrayer « une heure, deux heures ou plus » le 4 décembre pour crier leur « ras-le-bol à une direction aujourd'hui trop éloignée de (leur) quotidien professionnel et inconsciente des difficultés » rencontrées du fait de la « baisse du pouvoir d'achat ». « C'est rare que les cinq organisations syndicales appellent à faire grève », relève Joël Debeausse, délégué syndical national adjoint du SNB de BNP Paribas, contacté par l'AFP.

« Au bout du rouleau »

« Différents aspects motivent l'agacement » des salariés, explique François Besnard, de la CGT, en citant la décision de la direction de ne pas revaloriser les salaires en 2019, après une hausse générale de +0,6% en 2018. Les salariés recevront toutefois un supplément d'intéressement en fin d'année compris environ entre 400 et 1.000 euros, en fonction des salaires. La direction précise que les hausses individuelles seront de 1,5% en 2019, comme en 2018.

La CGT évoque aussi « beaucoup de salariés au bout du rouleau, beaucoup de mal-être au travail » sur fond de « manque d'effectifs » dans tous les secteurs, avec en toile de fond des fermetures d'agences dans la banque de détail. « On demande aux salariés de travailler de plus en plus, et au niveau des effectifs ça ne suit pas toujours donc on se retrouve avec des collaborateurs qui sont en souffrance car leur charge de travail est trop élevée », abonde Joël Debeausse, du SNB. « On a atteint le point de rupture, il y a un ras-le-bol général, tous statuts confondus », prévient-il.

La direction promet des échanges

« On est dans une période de transformation qui est exigeante pour tout le monde », a reconnu Yves Martrenchar, directeur des ressources humaines de BNP Paribas, interrogé par l'AFP. « Mais nous accompagnons beaucoup nos salariés dans cette transformation (...). Dans toutes les équipes où il peut y avoir des diminutions d'effectifs, on privilégie à chaque fois la formation, la mobilité interne pour proposer des reclassements dans l'entreprise », a-t-il affirmé.

La direction dit vouloir, après le 4 décembre, échanger avec les syndicats « sur le fonctionnement au quotidien et les conditions de travail pour leur apporter des réponses ».

Partager cet article :
Par la rédaction avec AFP

Reproduction interdite.