Assurance, banque et patrimoine : les intermédiaires jouent sur plusieurs tableaux

  • Par cBanque
Réunion
© Kzenon - Fotolia.com

Huit mois après la création du registre unique des intermédiaires en assurance, banque et finance, l’Orias, l’association gestionnaire du fichier, présente un premier bilan. Surprise : de nombreux professionnels affichent une double voire triple compétence. Les courtiers en crédit, par exemple, sont souvent par ailleurs immatriculés comme intermédiaires en assurance.

Créé en 2007 pour les courtiers en assurance, le registre de l’Orias s’est ouvert fin 2012 aux métiers de l'intermédiation bancaire et financière. Parmi les objectifs de cet organisme parapublic : permettre aux particuliers de savoir à qui ils s’adressent. Ainsi depuis début 2013, le site web de l’Orias permet, via son moteur de recherche, de vérifier qu'un intermédiaire est immatriculé. Dans le cas contraire, il exerce de manière illégale.

Autre intérêt pour un particulier : connaître la ou les spécialité(s) du professionnel avec lequel il traite. Le premier bilan de l’ouverture du registre aux métiers de la banque et de la finance, publié la semaine passée, révèle ainsi que les intermédiaires sont majoritairement « multicartes ».

Banque et assurance, le couple phare

Parmi les 47.300 entreprises recensées, 16.476 professionnels affichent la double casquette d’intermédiaire en assurance (IAS) et d’intermédiaire en opérations de banque et services de paiement (IOBSP). 7.225 ont la qualité d’IAS tout en exerçant dans l’intermédiation financière, qui regroupe les conseillers en investissement financier (CIF) et les agents liés de prestataires de services d’investissement (ALPSI). Les champions du cumul ? 6.309 intermédiaires inscrits dans les trois catégories : assurance, banque et conseils patrimoniaux.

Pourquoi tant de positionnements « multicartes » ? L’Orias explique certains couplages dans son communiqué. Exemple pour les spécialistes de la banque et de l’assurance : l'organisme met en avant le « lien économique » entre l’octroi d’un crédit et la « garantie du prêteur via la souscription d’un contrat d’assurance emprunteur ».

Cependant, les intermédiaires ayant cette double compétence ne sont pas tous des professionnels du crédit. L’Orias prend un autre exemple, celui d’entreprises « de distribution qui vendent des biens ou services à crédit », de l’automobile à l’équipement de maison en passant par l’électroménager, qui ont une immatriculation d’IAS car ils proposent aussi des contrats d’assurance de prêt. Face à des interlocuteurs aussi variés, le moteur de recherche de l’Orias, sur le web, trouve tout son intérêt.

Partager cet article :
Par la rédaction

© cbanque.com / BL / Septembre 2013