« Le Livret A rapporte plus rien »

Un Livret A et des billets
© Unclesam - Fotolia.com

« Le Livret A rapporte plus rien ! » : voici une phrase qu’on a souvent entendue ces dernières années. Bloqué à 0,75% depuis trois ans, le rendement réel du livret réglementé, corrigé de l’inflation, est en effet passé en territoire négatif. Mais a-t-il perdu pour autant tout intérêt ?

Le rempart contre l’inflation a cédé. Depuis février 2017, le taux du Livret A, 0,75% net depuis le 1er août 2015, est inférieur à l’indice des prix à la consommation (IPC) calculé par l’Insee (2%, hors tabac, sur 12 mois glissants au mois de juillet, 1,5% de moyenne semestrielle). Le rendement réel du produit d’épargne le plus populaire en France (55 millions de comptes ouverts fin 2017) est donc passé en territoire négatif : rapporté à la hausse des prix, le Livret A ne rapporte plus rien…

Taux du Livret A - Août 2018

Taux du Livret A 2018 2017 2016 2015 2014 0% 0,50% 1% 1,50% 2% 0% -0,50% © cBanque Livret A Inflation tspan1 tspan2 tspan3 tspan4

Voir aussi l'infographie des taux de l'épargne réglementée.

Ce n’est pas une première dans sa longue histoire (200 ans cette année). Mais c’était devenu rarissime depuis que les pouvoirs publics avaient décidé, en 2008, de faire du Livret A un rempart destiné à protéger l’épargne populaire de la hausse des prix, en faisant du taux d’inflation annuelle hors tabac augmenté d’un quart de point un taux plancher. C’est désormais de l’histoire ancienne : la nouvelle formule de calcul qui entrera en vigueur à compter du 1er février 2019, après près de deux ans de gel du taux à 0,75%, supprime le plancher inflation pour le remplacer par un taux minimum de 0,50%. Il va falloir s’y habituer : le rendement réel du Livret A pourra donc être durablement négatif.

Le LEP, nouveau rempart

Cousin plutôt mal-aimé du Livret A, le Livret d’épargne populaire (LEP) pourrait trouver une seconde jeunesse. Dans les nouvelles règles de fixation des taux de l’épargne réglementée pour 2019, c’est lui qui devient le nouveau rempart contre la hausse des prix : sa rémunération, supérieure de 0,50 point à celle du Livret A, restera quoi qu’il arrive au moins égal au taux d’inflation.

Lire aussi : Comment sortir le LEP de l'ombre du Livret A ?

Les motivations du gouvernement, qui a décidé ce changement de règles, sont connues : il s’agit de contenir l’écart avec les taux du marché, toujours très bas, et le coût de la ressource Livret A pour le secteur du logement social, qui y puise pour ses financements. Les pouvoirs publics ont aussi fait subir le même sort au Plan Epargne Logement (PEL), dont les avantages ont été progressivement rabotés pour ramener son taux plus près des standards du marché.

Pourquoi le Livret A n’est pas une si mauvaise affaire

Avec son taux net d’impôts de 0,75%, le Livret A a-t-il pour autant perdu tout intérêt ? Pour répondre à cette question, il faut l’observer dans son environnement général. Et s’apercevoir qu’aucun produit n’échappe à la conjoncture de taux bas.

Pas les livrets bancaires par exemple, qui partagent certaines caractéristiques du Livret A, en particulier la sécurité (taux et fonds garantis) et la souplesse (fonds disponibles à tout moment). Selon les chiffres de la Banque de France, la rémunération moyenne des comptes épargne fiscalisés à taux de marché a atteint 0,27% en juin, soit 0,19% seulement net de prélèvement forfaitaire unique (PFU) à 30%. Certes, ce taux ne baisse plus, mais il ne remonte pas non plus depuis plusieurs mois et reste donc très inférieur à la rémunération du Livret A.

Pour trouver mieux que les 0,75% nets du Livret A, il faut donc se rabattre sur des produits plus contraignants ou plus risqués. Et encore. A 1% brut, soit 0,70% net de PFU, les nouveaux PEL sont passés derrière le Livret A, malgré leurs contraintes de versement et l’impossibilité de faire des retraits partiels. Un constat qui ne vaut toutefois que pour les plans ouverts depuis le 1er janvier 2018. Les chanceux détenant des PEL d'ancienne génération continuent eux de profiter de taux plus intéressants : 2,69% en moyenne en juin selon la Banque de France.

Reste l’assurance-vie. La baisse de rendements des fonds en euros, à capital garanti, a été freinée en 2017, à 1,8% en moyenne contre 1,9% en 2016. Mieux que le Livret A, même après déduction du PFU et d’éventuels frais. Mais cette moyenne masque des contrastes très importants. Certains contrats haut de gamme, dits patrimoniaux, dépassent encore les 2,50%, mais affichent le plus souvent des tickets d’entrée très élevés. Et les contrats bancaires d’entrée de gamme, plus accessibles, rapportent souvent moins de 1,5%. Entre les deux, les contrats 100% web affichent un bon compromis rendement - accessibilité, à condition d’accepter de gérer son contrat à distance.

Plus de 10 milliards d’euros en 2017

Au final, le Livret A, s’il ne protège plus de l’inflation, joue toujours un rôle protecteur. Pour s’en rendre compte, il faut aller voir ce qui se passe chez nos voisins européens Une récente étude l’a montré : en février dernier, le rendement réel des livrets d’épargne, tous types confondus, en France était certes négatif (-0,81%) mais bien supérieur à la moyenne européenne (-1,06%). Bilan : grâce à l’épargne réglementée, les épargnants français limitent les dégâts. Ces derniers l’ont d’ailleurs bien compris : malgré les 0,75% et le retour de l’inflation, ils ont placé en 2017 plus de 10 milliards d’euros supplémentaires sur les Livrets A.

Tout savoir sur le Livret A

Partager cet article :

© cbanque.com / VM / Août 2018

Commentaires

Publié le 17 août 2018 à 14h41 - #2Nicos
  • Homme

Le Livret A est une chance pour les Français et résidents, il faut l'admettre ! Nombre de pays étrangers ne proposent pas un placement garanti si bien rémunéré, malgré le taux qui peut paraître faible.
Pour bon nombre de retraités qui ont connus les années fastes en terme de rendements, l'erreur à ne pas faire (par colère) est de laisser 20ke, voir beaucoup plus, sur son Compte-courant, ou décider de garder son argent chez soit "sous le matelas".
Il y a effectivement peu à peu un désengagement de l'Etat au profit du "Marché" concernant la rémunération de nombre de placements.
Il faut simplement regretter que ce soit encore une fois la Classe Moyenne qui en paie les frais... Vous ne dépensez pas sans compter, vous avez un peu d'économies, et hop... on vous taxe ou on ne vous favorise pas.
A l'inverse, il y a un assistanat de la France envers la population qui ne savent pas gérer leur argent et économiser ou qui ne veulent rien faire de leur vie.
Pour conclure, sachez que sans le livret A, le rendement d'un placement équivalent est le "Compte sur livret" et rapporte 0.10% brut.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?31
Publié le 17 août 2018 à 17h55 - #3giantpanda
  • Homme
  • Brkionne
  • 82 ans

Pour beaucoup le fait de mettre de l'argent sur un livret A ( ou similaire ) correspond à mettre de l'argent de côté, de façon à éviter de le dépenser. Malgré le taux d'inflation les livrets à intérêt non imposable ont quand même de l'avenir.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?30
Publié le 19 août 2018 à 14h37 - #4Manu SIFP

Le patrimoine financier médian des ménages est de 11600 euros d'après l'INSEE (chiffre 2015). C'est a dire qu'un ménage sur 2 a davantage que ce montant et un sur deux moins.
A ce niveau de patrimoine financier il n'est pas compliqué de penser que la plupart des avoirs sont soit placés sur les comptes chèques soit sur des livrets type livret A.
C'est à dire que pour beaucoup de Français les placements disponibles type livret forment l'essentiel de leur bas de laine.
Ils peuvent difficilement aller sur des placements sur du long terme...
Partant de là, le fait que le livret A rapporte moins que l'inflation augmente les inégalités entre Français car ceux qui ont une surface d'épargne supérieure peuvent davantage aller sur des placements potentiellement plus rémunérateurs, mais aussi plus grave desincite grand nombre de compatriotes a épargner (pour du 0,75 % avec une inflation de 2% ???)
Or nous avons des déficits de caisse qui risquent de faire baisser le niveau des retraites dans l'avenir et si les Français n'ont pas mis un minimum d'épargne de côté (car on fait tout pour les desinciter a épargner) ils risquent de connaître de grosses difficultés au moment de leur retraite...
Donc pour moi un livret A à 0,75% est tout sauf bon...sauf pour ceux qui ont un patrimoine financier élevé qui peuvent voir mieux mais ils ne sont pas majoritaires !!!

Trouvez-vous ce commentaire utile ?11
Publié le 21 août 2018 à 07h42 - #5patrick67
  • Homme

Corrigez cette phrase qui écorche notre français :
"Le Livret A rapporte plus rien ! » : voici une phrase qu’on a souvent entendu ces dernières années."
Le livret A NE rapporte plus rien (il manque la négation).
voici une phrase que l'on a : que l'on, et non pas qu'on.
souvent entendue : mettre un e à entendu (entendu quoi? une phrase qui est un nom féminin).

Trouvez-vous ce commentaire utile ?31
Publié le 21 août 2018 à 14h34 - #6Vincent Mignot (cBanque)

Bonjour Patrick67,
Merci pour le signalement, l'accord a été corrigé. En ce qui concerne le titre de l'article, il s'agit de retranscrire, dans cette série consacrée aux clichés sur l'argent, une forme d'oralité (les guillemets sont là pour le signaler), à l'image d'une phrase entendue au comptoir du café du commerce. Dont l'absence de négation.
Bien à vous.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10

Ajouter un commentaire