Affaire Doubl'ô : 266.547 épargnants y ont placé plus de deux milliards d'euros

  • cBanque avec AFP
Caisse d'épargne moulins
CC jean-louis zimmermann / Flickr

D'après trois avocats d'épargnants, le produit de placement controversé "Doubl'ô", commercialisé par la Caisse d'Epargne en 2001 et 2002, a été souscrit par 266.547 personnes, le total des sommes placées ayant atteint 2,13 milliards d'euros. Les droits d'entrée, perçus par la Caisse d'Epargne, ont eux avoisiné les 30 millions d'euros.

L'un des trois avocats, Daniel Richard, a indiqué que ces chiffres provenaient d'un rapport de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Ce rapport a été transmis au parquet de Paris, accompagné d'un procès-verbal d'infraction. La Caisse d'Epargne n'était pas, dans l'immédiat, en mesure de commenter immédiatement cette information.

29,9 millions de droits d'entrée

Selon des prospectus publicitaires de l'époque, la Caisse d'Epargne présentait le produit Doubl'ô comme un moyen de doubler le capital investi sur une période de six ans. L'établissement précisait néanmoins, par le biais d'un astérisque, que cette performance dépendait de certaines conditions. Elles prévoyaient notamment qu'aucune action intégrée au panier de valeurs boursières, qui servait de référence au produit, n'enregistre une baisse d'au moins 40%. Or c'est ce qui s'est produit sous l'effet du fort repli des Bourses. En 2007, date d'échéance du placement, les épargnants n'ont, en fait, récupéré que leur mise de départ, minorée des frais de souscription.

Selon le rapport de la DGCCRF, les droits d'entrée, ou commission versée par les épargnants à la Caisse d'Epargne lors de la souscription, ont atteint 29,9 millions d'euros.

Plusieurs recours au civil et plaintes au pénal ont été déposés par des épargnants qui s'estimaient lesés. Plusieurs d'entre eux ont été confiés à Me Richard, ainsi qu'à Nicolas Lecoq-Vallon et Hélène Féron-Poloni, du cabinet Lecoq-Vallon et associés, les autres signataires du communiqué. La Caisse d'épargne Loire-Drôme-Ardèche a été mise en examen pour publicité trompeuse dans le cadre d'une de ces plaintes.

Partager cet article :

Reproduction interdite.