Livret A : une nouvelle règle de calcul et une limitation à la hausse

Un Livret A et des billets
© Unclesam - Fotolia.com

Le ministre de l'Economie et des Finances a officialisé dimanche dernier les nouvelles règles de calcul de la rémunération de l’épargne réglementée. Principales conséquences : elles introduisent plus d'inertie dans l'évolution du taux du Livret A et permettent aux titulaires de LEP d'être protégés de l'inflation.

L’arrêté réformant le calcul de la rémunération de l’épargne réglementée a été publié ce dimanche 17 juin au Journal officiel pour une entrée en vigueur lundi (1). Toutefois, les taux étant actuellement figés, ce nouveau mode de calcul entrera effectivement en vigueur au 1er février 2020. Sans être vraiment une surprise – Bercy ayant présenté le projet de réforme à la mi-avril – il comporte une subtilité concernant l’évolution du rendement du Livret A.

Des taux de l'épargne réglementée figés jusqu'en 2020

Pour rappel, les taux d’intérêt des produits d'épargne réglementée sont fixés jusqu’au 1er février 2020 à :

  • 0,75% pour le Livret A et le Livret de développement durable et solidaire (LDDS),
  • 1,25% pour le Livret d’épargne populaire (LEP),
  • 0,50% pour le Livret d’épargne-entreprise (LEE) et le Compte épargne logement (CEL).

Un taux du Livret A entre 0,50% et 1,25% en 2020

En 2020, le taux du Livret A restera dépendant de l’inflation et de l’évolution des taux monétaires. Pour le déterminer, la Banque de France calculera d'abord la moyenne semestrielle entre l’indice des prix à la consommation hors tabac sur 12 mois glissants et le taux interbancaire à court terme (Eonia). Elle retiendra ensuite le taux le plus élevé entre la moyenne obtenue et un taux plancher de 0,50%. Enfin, le tout sera arrondi au dixième de point le plus proche, contre le quart de point le plus proche jusqu'à présent.

Par ailleurs, pour limiter une éventuelle forte hausse de sa rémunération du Livret A en 2020, en cas de remontée des taux interbancaires notamment, l’arrêté introduit une nouvelle règle : l’écart entre deux fixations successives de taux ne pourra excéder 0,50 point (au lieu de 1,50 point en vigueur). Concrètement, au 1er février 2020, le taux du Livret A ne pourra remonter au-delà de 1,25% (ou baisser en dessous de son plancher de 0,50%).

Il s'agit toutefois d'une limite transitoire qui prendra fin dès que deux révisions consécutives d'une amplitude de moins de 0,50 point auront eu lieu. La limitation standard, une variation limitée à 1,50 point, s'appliquera ensuite à nouveau.

Concernant le rythme des révisions : il n'y a pas de changement. Elles s'effectueront le 1er février et le 1er août de chaque année. Le gouverneur de la Banque de France garde la possibilité de proposer des révisions intermédiaires en cas de circonstances exceptionnelles, le 1er mai et le 1er novembre. Il conserve également la capacité de déroger à ces règles de calcul !

Et si la formule était appliquée aujourd'hui...

Selon les derniers indices connus (mois de mai 2018), l'inflation (indice des prix à la consommation hors tabac sur 12 mois glissants) ressort à 1,8%. Sa moyenne semestrielle atteint 1,3%. Quant à l'Eonia, sa moyenne sur les 6 derniers mois reste négative, à -0,360%.

Si la formule était appliquée aujourd'hui sur ces bases :

  • le taux du Livret A (et du LDDS) serait alors fixé à son plancher de 0,50%,
  • le taux du LEE baisserait à 0,25%, comme celui du CEL,
  • le taux du LEP grimperait à 1,30%.

A lire aussi Livret A : pourra-t-il vraiment dépasser les 0,50% ?

LDDS, LEP, LEE et CEL restent indexés sur le Livret A

A l'exception du Livret d'épargne populaire, la réforme ne vient pas changer les modalités de calcul du taux des autres produits d'épargne réglementée. Leur rendement reste calculé sur la base du taux du Livret A.

Ainsi le taux du LDDS et celui des comptes spéciaux sur livret du Crédit Mutuel restent égaux à celui du livret préféré des Français. De même, le taux du Livret d’épargne-entreprise est fixé aux trois quarts du taux du Livret A et aux deux tiers pour le Compte épargne logement.

En revanche, s’agissant du Livret d’épargne populaire, sa rémunération ne sera plus systématiquement corrélée à celle du Livret A. A partir du 1er février 2020, son taux d’intérêt correspondra au taux le plus élevé entre celui du Livret A majoré de 0,5 point et l’inflation. Objectif : que la rémunération du LEP protège les épargnants les plus modestes de la hausse des prix. Une garantie qui ne sera respectée qu'a posteriori lors de chaque révision...

(1) Arrêté du 14 juin 2018 modifiant le règlement du Comité de la réglementation bancaire n° 86-13 du 14 mai 1986 relatif à la rémunération des fonds reçus par les établissements de crédit

Partager cet article :

© cbanque.com / MEF avec FV / Juin 2018

Commentaires

Publié le 19 juin 2018 à 18h14 - #1Petit louis
  • 66 ans

Le taux d'inflation moyen des 12 derniers mois par rapport aux 12 mois précédents se situe à 1%.
C'est ce taux que l'on utilise pour connaître le rendement réel des livrets A...PEL , et assurances vie.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?13
Publié le 22 juin 2018 à 08h52 - #2bernardw
  • Homme
  • Budapest
  • 67 ans

Des formules extrêmement compliquées destinées à gruger le petit épargnant.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?53
Publié le 22 juin 2018 à 13h26 - #3SISSINCY
  • Femme

Jadis, le livret A avait un rapport de 6%, HOOOOOOOOOOOOUUUUUUUUUUUUUUUU il y a bien 1/2 siècle !!

Trouvez-vous ce commentaire utile ?13
Publié le 22 juin 2018 à 13h39 - #4replay0001

Un impôt privé déguisé en faveur des banques ou simplement une spoliation des épargnants ?

Trouvez-vous ce commentaire utile ?12
Publié le 22 juin 2018 à 14h51 - #5clara1949
  • Femme
  • Basse-Normandie
  • 69 ans

honteux car ce sont les petits épargnants qui possèdent un livret A - si macron s'imagine qu'on va le solder pour mettre cet argent dans l'économie, il se met le doigt dans l'oeil. jamais je ne mettrai un centime dans les actions car je n'y comprends rien.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?22
Publié le 22 juin 2018 à 18h20 - #6Nicos
  • Homme

Fini les rendements protégés et garantis par l'Etat, et qui coûtent une fortune à la société (rendement de 0.75% du livret A alors que les Etats et les Banques s'échangent de l'argent pour 0.10% environ actuellement).
Il va falloir que les moeurs des Français changent sérieusement : si vous souhaitez espérer gagner de l'argent avec vos placements, il faut savoir accepter une part de risque.
Terminé l'époque de nos parents ou grands-parents qui ont profité de l'inflation, de quasi absence de chômage et de placements garantis et rémunérés fortement par l'Etat

Trouvez-vous ce commentaire utile ?23
Publié le 22 juin 2018 à 20h00 - #7Laurent123456789
  • Homme

L'époque est différente. Notre pays était autonome et n'avait pas besoin des finances mondiales et encore moins rendre des comptes" (et de l'argent) à l'Europe.
La France, sous perfusion, vit à crédit grâce aux investissements étrangers. Ce qui explique le peu d'inflation. Le jours où ces "sauveurs financiers" retirent leurs billes de notre pays ça nous fera bizarre d'avoir des taux qui vont rapidement augmenter. Et là nous seront contents d'avoir un petit matelas de secours.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10
Publié le 22 juin 2018 à 21h03 - #8clara1949
  • Femme
  • Basse-Normandie
  • 69 ans

La France vit sous perfusion grâce aux emprunts surtout. En tous cas la politique de macron est anxiogène - on ne sait pas où l'on va ou si, au chaos. Il va finir de mettre la France au plus bas. Merci à ceux qui ont voté pour lui.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?11
Publié le 22 juin 2018 à 21h07 - #9clara1949
  • Femme
  • Basse-Normandie
  • 69 ans

l'inflation au plus bas ? vous trouvez moi pas, quand on voit le prix qu'il faut payer pour acheter ses légumes, ses fruits, son poisson et le reste et on dit que l'inflation est au plus bas, on se moque de la tête des gens. Tout ce qui coûtait 1 franc coûte maintenant 1 euro càd 6 fois plus.
La nouvelle règle de calcul sera faite pour nous embrouiller encore plus. Je crois que je vais m'orienter vers de l'or.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?12
Publié le 22 juin 2018 à 21h22 - #10Nicos
  • Homme

En réponse à Clara1949 :
investir sur l'Or c'est comme investir en Bourse, c'est exactement pareil. Il y a des fluctuation à la hausse comme à la baisse. Vous pouvez perdre 50% de votre placement Or.
Il n'y a qu'en cas de destruction d'une partie de la Terre par une météorite, que l'Or pourrait s'avouer tel le placement miracle.
Je respecte votre âge, vous êtes une privilégiée sans vous en rendre compte car votre génération a bénéficié d'énormes avantages (rendements garantis par l'état, plein emploi, économie locale, retraites confortables) que la jeunesse actuelle ne retrouvera jamais.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?31
Publié le 23 juin 2018 à 11h39 - #11clara1949
  • Femme
  • Basse-Normandie
  • 69 ans

Oui NSK, nous avons été privilégiés mais n'oubliez pas que nous avons travaillé 42 h la semaine, mon époux ayant de hautes responsabilités travaillait 70 h/semaine. Nous allions le dimanche l'accompagner au bureau pour "avancer". Je plains de tout coeur les jeunes, mon fils est informaticien (technicien supérieur en maintenance informatique) le seul travail qu'il ait trouvé est dans des sociétés de maintenance où les employés sont sous-payés et obligés de tenir un rythme de travail insupportable. De quoi en décourager plus d'un. Il travaille avec un ami à construire un projet mais bon ..... j'aurais préféré qu'il trouve un emploi de salarié chez un patron humain ce qui devient de plus en plus rare.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10
Publié le 23 juin 2018 à 11h43 - #12clara1949
  • Femme
  • Basse-Normandie
  • 69 ans

NSK je vous réponds sur l'or.
Dans les années 90, j'ai acheté quelques louis d'or au prix de 270 FRANCS le Napoléon ou Louis. Un ami antiquaire m'avait déconseillé d'investir dans de l'or et je vous assure que je le regrette amèrement. Vous voyez ce qu'il faut débourser pour avoir un louis d'or. Je rage de ne pas avoir senti que l'or prendrait autant de valeur.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 24 juin 2018 à 15h31 - #13nono62
  • Homme
  • Arras
  • 57 ans

Bonjour. On a beau mettre des économies sous quelque forme que ce soit, si ce n'est pour jamais y toucher... Je préfère quand même dépenser à bon escient, faire plaisir aux enfants et en garder seulement comme roue de secours en cas de besoin! Mourir riche et seul, très peu pour moi.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 24 juin 2018 à 15h41 - #14clara1949
  • Femme
  • Basse-Normandie
  • 69 ans

Nono 62 pas d'inquiétude, j'essaye de profiter le mieux de ce qui me reste à vivre. J'aide mon fils je donne pour les animaux qui eux en ont bien besoin, je n'investis plus car on ne sait pas où nous allons attérir.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?

Ajouter un commentaire