Paiement sur internet : Noyer épingle le Crédit Agricole et Kwixo

  • cBanque avec AFP
  • 9 commentaires
Banque de France à Paris
Flickr/alainmichot93

Le gouverneur de la Banque de France Christian Noyer reproche au Crédit Agricole d'être passé par une de ses filiales enregistrée au Luxembourg pour lancer son offre de paiement par internet, baptisée Kwixo.

Lors d'une conférence de presse de présentation du rapport de l'Observatoire de la sécurité des cartes de paiement, le gouverneur a remis en cause le choix du Crédit Agricole d'avoir abrité son projet au sein FIA-NET Europe, filiale du Crédit Agricole enregistrée au Luxembourg : « Si les gens sont assez bêtes pour aller choisir des moyens de paiement proposés avec des niveaux de sécurité moindres (qu'en France), on ne peut rien faire ». 

Kwixo, lancé début juin, permet à un particulier de procéder à des achats auprès de commerçants en ligne agréés et d'effectuer des transferts d'argent au profit d'autres particuliers.  Lors de la présentation du projet, Bruno de Laage, directeur général délégué de Crédit Agricole SA, avait précisé que la raison de cette domiciliation au Luxembourg était liée à la volonté du groupe de développer le projet à l'échelle européenne.

Plus généralement, Christian Noyer a souhaité que soit fait acte de pédagogie pour valoriser le niveau de sécurité offert par la France. « Si on gagne la bataille de l'opinion, la tentation d'aller à Luxembourg ou ailleurs disparaîtra », a-t-il estimé.

Partager cet article :

Reproduction interdite.

Commentaires

Publié le 12 juillet 2011 à 08h53 - #1Marco

Enfin, en cas de problème (fraude, vol de données,...) la justice française on connaît. Les jugements rendus à l'aspect dérisoire ou à l'exécution impossible, c'est bon. Donc non merci. Le Luxembourg est tout indiqué pour le Crédit Agricole. Le Luxembourg est une place financière forte, stratégique, centrale et avec de réel pouvoir financier coercitif.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 12 juillet 2011 à 11h49 - #2filou

Peut-être Burnout... justice française, justice luxembourgeoise....
Ne vaut-il pas mieux de prévenir que guérir ? Uiliser un outil
fiable avec un niveau de sécurité élevé en se donnant plus d'armes pour éviter les ennuis permet de ne pas devoir faire appel à la justice...

Publié le 12 juillet 2011 à 13h06 - #4Noel

Ayant une petite e-boutique de produits espagnols (coquillages en conserves, turon, olives, etc...) je m'étais dis que ce système de paiement pourrait être intéressant... Déjà quand j'ai vu le logo Crédit-Agricole un peu trop présent partout ça m'a calmé (je n'ai qu'une confiance limité envers cette banque), mais le fait que ce soit délocalisé au Luxembourg et avec la mauvaise pub que c'est entrain de lui faire, j'enterre définitivement le projet...

Publié le 12 juillet 2011 à 14h48 - #5JLM

C'est bien beau de critiquer le Crédit Agricole et Kwixo, mais que propose-t-il le gouverneur de la Banque de France... laisser le champ libre à Paypal, acteur américain, filiale d'eBay, abrité au Luxembourg pour opérer en Europe et en France, et pas plus sécurisé que Kwixo ! Avec ce genre de discours dans quelques années la petite e-boutique de produits espagnols n'aura plus vraiment le choix pour le paiement : ce sera Paypal, faute d'avoir laisser émerger d'autres acteurs capables de le concurrencer.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 12 juillet 2011 à 16h44 - #7cocorico

"La jalousie est le plus sincère des compliments"

Ce n'est pas en communiquant de la sorte que M. Noyera gagner la bataille de l'opinion. Que le Luxembourg se réjouisse, car d'autres groupes imiteront l'exemple du Crédit Agricole, qui a trouvé au Grand Duché le terrain de jeu approprié pour son projet. Que les usagers de Paypal ne soient pas offensés, car ils ne sont pas aussi bêtes que d'autres veulent le faire croire.

Publié le 12 juillet 2011 à 22h06 - #8FredericBaud

Choisir la "pédagogie", pour convaincre des utilisateurs qui plébisciteraient des établissement agréés avec l'appellation d'origine contrôlée "Banque de France", me semble bien décalé par rapport à la compétition qu'a souhaité voir naître la directive Européenne : entre les établissements de paiement, mais également entre régulateurs.

Le Crédit Agricole utilise ici ce que la directive Européenne a directement rendu possible. M Noyer ne peut que regretter de n'avoir pas été choisi, mais ce n'était plus un dû.

Ce qui est plus inquiétant c'est l'avenir que cela présage pour les startups Françaises. Pour ces petites entités, il est bien moins aisé de bénéficier de l'effet de concurrence entre régulateurs. Si la Banque de France continue dans cette voie, elle ne risque que de sacrifier toute perspective d'avoir un nouvel acteur Français sur la scène Européenne. Un régulateur a un devoir vis-à-vis de la communauté nationale, en adoptant des interprétations idiosyncratiques des directives Européenne, la Banque de France ne défend pas au mieux les intérêts qui lui ont été confiés.

Publié le 12 juillet 2011 à 22h46 - #9Nicolas Guillaume

Christian Noyer devrait plutôt se demander pourquoi le Crédit Agricole a éprouvé la nécessité d'aller au Luxembourg plutôt que de demander une licence en France (ce qu'il a probablement fait).
Il n'y a pas si longtemps que cela BPCE avait développé un service similaire, Movo (aujourd'hui arrêté), qui s'était déja "enlisé" dans les affres des règles prudentielles (il était par exemple interdit initialement de transférer de l'argent à une personne qui n'était pas dans la même banque que l'envoyeur!).
Pourquoi la plupart des établissements français de monnaie électronique ont leurs licences en Belgique, au Luxembourg et en Angleterre ?
Pourquoi est-il impossible de développer un nouveau Paypal en France ?
C'est de la compétitivité de la place financière de Paris que l'on parle et ce ne sont pas des propos autosuggestifs qui suffiront pour la préserver.

Publié le 13 juillet 2011 à 16h47 - #13denis

La déclaration de l'autorité de tutelle laisse perplexe, car elle n'est pas argumentée. Compte tenu des pub de Kwixo on ne peut s'empêcher de penser qu'on a déjà vu le film, même si on s'en lasse pas : "Le gendarme de Saint Tropez".

Publié le 15 juillet 2011 à 19h31 - #14Pedro

heu
je ne comprend pas tout
qu'es que ça change
Pour le CA:
une administration moins tatillone ?
moins d'impôts ?
Pour le client
recours au Luxembourg plutôt qu'en France ?
moins de sécurité ??? pourquoi ?