psa

Pourquoi le livret d'épargne de Renault marche-t-il mieux au pays de Mercedes et BMW ?

  • Par
Philippe Buros, directeur commercial de RCI Banque
P. Buros / DR

RCI Banque, filiale bancaire de Renault, a livré ce matin le bilan de son activité épargne. Lancé en février 2012, le Livret Zesto représente, avec le compte à terme Pepito créé en juillet dernier, une épargne collectée de 1,283 milliard d’euros, pour 40.900 clients. En Allemagne, en 10 mois d’existence, l’offre d’épargne de RCI Banque a enregistré une collecte de 3,05 milliards d’euros. Comment expliquer cet écart ? Réponse avec Philippe Buros, directeur commercial de RCI Banque.

Philippe Buros, comment expliquer que RCI Banque ait collecté presque trois fois plus d'épargne en Allemagne en 10 mois qu’en France en l’espace de 2 ans ?

« Quand nous avons réfléchi à un moyen de collecter des dépôts, nous nous sommes inspirés de la réussite des produits d’épargne proposés par d’autres constructeurs automobile outre-Rhin, comme Mercedes ou BMW. Volkswagen a aujourd’hui près de 24 milliards d’euros d’encours en Allemagne : nous ne jouons pas dans la même cour. Ce modèle fonctionne en Allemagne. Pourtant, au moment de nous lancer, nous avons privilégié la France parce que nous appartenons au groupe Renault. En France, aujourd’hui, les résultats correspondent à nos attentes mais, en effet, en Allemagne, cela marche très bien. Ces résultats n’avaient rien d’évidents puisque nous ne sommes pas un constructeur allemand. Cependant, ces dernières années, plusieurs banques ont fait faillite outre-Rhin et aucun constructeur automobile. Le consommateur allemand fait désormais presque plus confiance à un constructeur qu’à une banque. »

La notoriété du constructeur automobile, est-ce le principal facteur de réussite de RCI Banque outre-Rhin ?

« Non. Je vois deux facteurs principaux : le fait que le marché est très, très important (1) et que vous n’avez pas d'équivalent du Livret A en Allemagne. En France, si vous supprimez le Livret A, tous les acteurs du secteur en profiteront : Fortuneo, Cetelem, BforBank, nous avec Zesto, Distingo (de PSA Banque, ndlr), etc. »

En Allemagne, il n’existe ni d’équivalent au Livret A ni aucun compte d’épargne défiscalisé ?

« Non, en effet. Et l’offre est plus simple qu’en France. Ici, à l’image de Zesto, les banques proposent pour leurs livrets un taux promotionnel, actuellement de 5% pendant 4 mois chez RCI Banque, puis un taux de base, 1,80%. En Allemagne, vous avez un seul et unique taux, actuellement de 1,30% chez Renault Bank direkt. »

En Allemagne, avec un rendement de 1,30%, vous êtes compétitif ?

« Nous sommes sur le podium. Par ailleurs, en France, pour attirer les clients, vous devez faire de la publicité à la télévision, dans la presse… En Allemagne, les épargnants ont le réflexe de consulter les comparateurs. Ces derniers sont plus lisibles puisque tout le monde donne un taux standard, alors qu’en France il faut comparer le taux de base, la promo, le nombre de mois de promo, etc. »

Votre offre est la même en Allemagne et en France : un compte d’épargne et un ou plusieurs comptes à terme. Pour des résultats différents ?

« Le compte à terme est un produit très répandu en Allemagne, notamment parce que vous n’avez pas d’assurance-vie partiellement défiscalisée comme en France. Et il offre généralement une rémunération d’un point supérieur à celle du compte à vue. Nous avons 775 millions d’euros d’encours sur 29.000 comptes à terme en Allemagne. En France, le compte à terme Pepito reste plus confidentiel : 335 Pepito pour 8,7 millions d’euros d’encours. »

La direction de PSA Banque a laissé entendre en juillet dernier qu’elle pourrait lancer un produit d’épargne en Allemagne. Vous les attendez sur ce marché en 2014 ?

« Logiquement oui, mais ce n’est pas à moi de répondre à cette question. Depuis le départ, ils font un peu du copier-coller. Cela ne changera pas réellement la donne pour nous. Nos besoins en dépôts ne sont pas démesurés et je ne pense pas que ceux de PSA soient démesurés non plus. »

Vous allez lancer une offre en Autriche en 2014. Visez-vous d’autres pays ?

« Les Pays-Bas et la Belgique constituent deux marchés profonds au niveau de l’épargne, mais nous avons préféré l’Autriche puisqu’il s’agit d’un marché assez proche du système allemand. Pour la suite ? Nous avons atteint un encours de 4,3 milliards d’euros en 2 ans, nous n’avons pas nécessairement besoin de pousser plus loin (2) que la France, l’Allemagne et l’Autriche. »

(1) Les Allemands sont plutôt économes par rapport à la moyenne des Européens. Le taux d’épargne des ménages y est de 16,44% en 2012 selon Eurostat contre 10,95% dans l’ensemble de Union européenne. Mais la France suit toutefois la même tendance avec un taux d’épargne de 15,20%, loin devant le Royaume-Uni (6,79%) par exemple.

(2) L’objectif du groupe est que le montant des dépôts atteigne 20% à 25% des encours de crédits de RCI Banque à la fin 2015. A la fin juin 2013, le « total de bilan » était de 25,8 milliards. Les 4,3 milliards de dépôts, à fin décembre, représentent déjà 17% de ce bilan. Le montant de l’encours de RCI Banque, toutes activités confondues, sera communiqué le 14 février à l’occasion de la communication sur les résultats financiers de RCI Banque.

Partager cet article :

© cbanque.com / Propos recueillis par BL / Janvier 2014