Immobilier : les 5 villes où le pouvoir d'achat est en baisse

Cap Mail en chantier à Rennes
Chantier de Cap Mail à Rennes - CC Valdosilasol/Flickr

Malgré des taux en baisse quasi-ininterrompue depuis 10 ans, le pouvoir d’achat immobilier s’est dégradé dans 5 villes françaises, selon le courtier Meilleurtaux, en raison de la forte hausse des prix. Des cas qui restent toutefois l’exception.

« Une situation absolument exceptionnelle » : c’est le point de vue d’Hervé Hatt, le président de Meilleurtaux, sur la situation actuelle des taux immobiliers. Le courtier, qui a dévoilé mardi son 28e observatoire du crédit immobilier, a encore constaté une forte baisse des barèmes bancaires en ce début 2019, particulièrement au mois de mars. Un événement plutôt inattendu, qui ramène le taux moyen sous les records de l’automne 2016 : 1,55% en moyenne actuellement pour un emprunt sur 20 ans, contre 1,60% en octobre 2016.

Tout le monde, toutefois, ne profite pas de l’aubaine de la même façon. La baisse des taux, spectaculaire depuis 10 ans, a en effet permis une hausse moyenne du pouvoir d’achat immobilier des Français de l’ordre de 40% à mensualité constante, selon les calculs de Meilleurtaux. Mais cette hausse n’est pas uniforme dans toutes les villes. Dans 5 d’entre elles, sur les 20 observées par Meilleurtaux, elle a même été plus que neutralisée par la forte hausse des prix (1) :

  1. Bordeaux (-25 m2)
  2. Lyon (-15 m2)
  3. Strasbourg (-9 m2)
  4. Rennes (-7 m2)
  5. Paris (-4 m2)

+76 m2 à Saint-Etienne

« Ces situations restent toutefois l’exception. « Cessons donc de dire que les prix sont décorrélés et trop élevés ! La réalité est que mises à part Bordeaux, Lyon et dans une moindre mesure Strasbourg, Rennes et Paris, la situation est bien meilleure aujourd'hui qu'il y a 10 ans », explique Maël Bernier, la directrice de la communication de Meilleurtaux, dans un communiqué. Les gains de pouvoir d’achat sont même spectaculaires dans certaines villes, comme Saint-Etienne (+76 m2), Le Mans (+75 m2) ou Le Havre (+49 m2).

(1) Pouvoir d’achat immobilier calculé sur l’hypothèse d’une mensualité constante de 1 650 euros par mois. Emprunt de 250 000 euros à 5% en 2009, de 345 000 euros à 1,40% en 2019.

Partager cet article :

© cbanque.com / VM / Mars 2019

Commentaires

Me prévenir en cas de nouveau commentaire
Publié le 21 mars 2019 à 14h38 - #1Ju982
  • Homme
  • Paris
  • 40 ans

Les taux n'étaient pas de 5% en 2009 mais de 4% ou moins.
Ca change tout le discours... les calculs sont faussés, vous devriez avoir honte.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?

Ajouter un commentaire