Alsace Lorraine Champagne devient la plus grosse Banque Populaire derrière la BRED

  • Par
Vue de Strasbourg
© David Espin - Fotolia.com

La Banque Populaire d’Alsace n’est plus. Elle a été absorbée par sa voisine Lorraine-Champagne pour créer la Banque Populaire Alsace Lorraine Champagne (BPALC). La fusion est effective depuis ce matin suite au vote des sociétaires de l’établissement lorrain et champenois en assemblée générale, hier soir, à Metz.

« La Banque Populaire Alsace Lorraine Champagne se situe au premier rang des Banques Populaires en région et au deuxième dans le réseau des Banques Populaires, derrière la BRED, avec un portefeuille de 860.000 clients, un produit net bancaire (PNB, l’équivalent du chiffre d’affaires pour les banques, NDLR) de 570 millions d’euros, un capital détenu par 305.000 sociétaires alsaciens, lorrains et champenois », annonce le directeur général de la nouvelle structure, Dominique Wein, dans un message adressé aux clients et sociétaires. Ce dernier était jusqu’à présent directeur général de la banque Lorraine-Champagne. C’est en revanche l’ex-président de la Banque Populaire d’Alsace, Thierry Cahn, qui prend la présidence de la BPALC.

Suite à la fusion, ce nouvel établissement talonne effectivement la BRED qui revendique « près d’un million de clients », pour 8,9 millions de clients dans l’ensemble du réseau Banque Populaire. La nouvelle BPALC affiche désormais un encours de crédit de 16,4 milliards d’euros, pour 11,9 milliards d’euros de « ressources clientèle ».

Pas encore de tarifs uniques

Dans leur communication, le nouveau président et son directeur général réfutent tout risque de noyer les identités régionales dans cette nouvelle grande entité : « Notre nouvelle banque, beaucoup plus grande, se voudra encore plus proche, plus alsacienne en Alsace, plus lorraine en Lorraine et plus champenoise en Champagne », avec un maillage de 272 agences réparties sur neuf départements (1), assure Dominique Wein.

Du point de vue des usagers, tout n'est pas encore harmonisé. Il n’existe pas à ce jour de conditions tarifaires uniformisées. En Alsace, par exemple, la brochure tarifaire a simplement été rebaptisée « Banque Populaire Alsace Lorraine Champagne réseau Alsace ». Même constat pour les sites internet : le domaine bpalc.banquepopulaire.fr a été créé, mais il ne s’agit pour l’heure que d’une vitrine, redirigeant les internautes en fonction de leur territoire : Alsace, Lorraine ou Champagne. Pour accéder aux comptes clients ou obtenir des informations régionales, il faut toujours naviguer sur les anciens sites alsacien et lorrain-champenois.

Harmonisation des parts sociales

Au niveau des parts sociales, en revanche, les documents diffusés dans les différentes régions annoncent une harmonisation : « La valeur de la part sociale de l’ancienne Banque Populaire d’Alsace passe de 15 euros à 7,50 euros. Ainsi, un sociétaire alsacien recevra deux parts sociales Banque Populaire Lorraine Champagne de 7,50 euros. Ce changement n’a aucun impact sur votre capital total détenu. » Même logique du côté lorrain et champenois : « Une diminution de la valeur nominale de la part sociale (…) a été nécessaire pour faire passer celle-ci de 8 euros à 7,50 euros. Cette opération se matérialisera par le remboursement d’un rompu de 0,50 euros par part détenue », que la banque propose de réinvestir en parts sociales.

(1) Tous les départements des régions administratives Alsace, Lorraine et Champagne-Ardennes, à l’exception du département des Ardennes rattaché à la Banque Populaire du Nord.

Partager cet article :

© cbanque.com / BL / Novembre 2014