Crédit conso : ressemblez-vous à l'emprunteur-type de Meilleurtaux ?

  • Par
Conducteur de voiture
© Rostislav Sedlacek - Fotolia.com

Sur la base des chiffres 2015 du marché du crédit à la consommation, le courtier Meilleurtaux a établi un portrait type de l'emprunteur. Description.

En 2015, le montant moyen pour un crédit à la consommation a progressé de 2.000 euros, à 13.008 euros, annonce Meilleurtaux dans un communiqué publié mardi. Un prêt type dont la durée s'est allongé de 4 mois pour atteindre un peu plus de 4 ans (51 mois plus précisément). Dans le détail, la durée moyenne s'affiche à 40 mois pour les prêts affectés, 43 mois pour la trésorerie, 50 mois pour les crédits auto et 75 mois pour les prêts travaux.

La hausse du montant accordé s'accompagne d'une hausse des revenus des emprunteurs : 1.927 euros pour une personne célibataire (1.707 euros en 2014) et 2.423 euros pour un couple (2.259 euros en 2014). Rien à voir avec les revenus des personnes souscrivant un crédit immobilier : Maël Bernier, directrice de la communication de Meilleurtaux, constate « un très gros écart entre les revenus d’un emprunteur en crédit à la consommation et ceux d’un emprunteur en crédit immobilier qui varient du simple au double à la faveur des derniers ».

A quoi ces sommes empruntées ont-elles servies ?

En 2015, tout comme en 2014, le crédit à la consommation a majoritairement permis l'acquisition d'une automobile (47% des projets financés selon le courtier). Loin derrière, les sommes empruntées ont financé de la trésorerie (25%), des travaux (16%) ou l'achat d'un bien de consommation (12%).

Quant à l'âge de l'emprunteur, il est passé de 38 à 39 ans, « mais un écart demeure toujours entre l’emprunteur du crédit auto âgé de 38 ans et celui des crédits travaux âgé de 44 ans » note Meilleurtaux. La situation familiale pèse également sur le type de prêt : « le crédit travaux est majoritairement demandé par des personnes vivant en couple (66% des cas), a contrario, les crédits de trésorerie purs et les prêts personnels affectés concernent à 65% des célibataires ».

Partager cet article :
Baptiste Julien BLANDET

© cbanque.com / BJB / Mai 2016