#fintech : Finance Active veut digitaliser la relation banque-emprunteur

Patrice Chatard, directeur général de Finance Active
Patrice Chatard, DG de Finance Active - DR

Qui sont ces entreprises, surnommées Fintech (finance + technologie), qui veulent se faire une place aux côtés des banques et autres sociétés financières ? Parmi elles, pas uniquement des jeunes pousses mais aussi des sociétés avec une certaine ancienneté et un concept éprouvé, mais qui se reconnaissent dans le phénomène Fintech. C’est le cas de Finance Active, plus grosse entreprise de l’association France Fintech, du moins en termes de personnel.

En quoi vous considérez-vous comme une Fintech, appellation généralement synonyme de start-up ?

Patrice Chatard, directeur général et co-fondateur : « Nous sommes une start-up ! Finance Active a certes 15 ans d’existence, et nous figurons parmi les leaders du SaaS [littéralement « logiciel comme un service », c’est-à-dire logiciel externalisé et dont la maintenance est effectuée à distance, NDLR] en Europe. Mais, depuis 2-3 ans, nous développons des solutions de digitalisation de la relation bancaire, pour les relations avec les collectivités locales et les entreprises. Il s’agit d’un nouvel axe de développement : nous avons ainsi des solutions bien rodées, qui ont fait notre succès, mais aussi de nouvelles équipes sur ces nouveaux projets. Ainsi, nous travaillons actuellement avec des banques scandinaves. »

Et avec des banques françaises ?

PC : « Oui. Nous avons commencé par la Scandinavie par opportunité. En France, nous en sommes à la prise de contact. Mais au niveau des solutions de relation bancaire en SaaS, le marché sera mondial. »

Concrètement, en quoi consistent vos solutions de digitalisation de la relation bancaire ?

PC : « La relation banque-emprunteur a changé. Les entreprises notamment veulent pouvoir avoir une visibilité sur leurs lignes de crédit et les maîtriser. Nous avons des solutions pour gérer la dette des entreprises et des collectivités locales, qui ont des logiques différentes, avec des emprunts longs pour les collectivités, plus courts pour les entreprises. Nous avons une plateforme pour gérer le risque de change, pour les entreprises. Et une plateforme sur les garanties et cautions. »

En quoi vous différenciez-vous des autres éditeurs de logiciels financiers ?

PC : « Notre avantage, c’est que nous travaillons sur internet. Nous pouvons déployer nos solutions de façon quasi immédiate au sein d’un groupe, et elles se connectent facilement avec des plateformes transactionnelles. »

Quels sont vos objectifs de développement ?

PC : « Doubler le chiffre d’affaires en 4 ans et devenir un leader du SaaS financier, déployé mondialement. »

Que vous apporte votre appartenance à l’association France Fintech ?

PC : « Comme nous sommes en relation avec plusieurs de ces entreprises, nous avons été contactés rapidement, d’où notre présence parmi les membres fondateurs. C’est une association avec des domaines multiples, mais cela permet de confronter les expériences et de comparer les technologies. »

Fiche d'identité : Finance Active
ActivitéSolutions financières en mode SaaS
Site webwww.financeactive.com
Date de création2000
Ouverture au public2000
Clientèle viséeSecteur public, entreprises et institutions financières
Marché viséFrance et international
Agrément ou statut spécifiqueNon nécessaire
Capital et levée de fondsCapital : 300.000 euros*
Levée de fonds : non communiqué
Chiffre d'affaires16 millions d’euros
Nombre de clients2.000 clients
Effectif actuel140 personnes
Partenaires banque-assuranceAucun
* Source : bulletin officiel des annonces civiles et commerciales
Partager cet article :

© cbanque.com / Propos recueillis par BL / Septembre 2015