Immobilier : les crédits à 1% ou moins de plus en plus rares

Soldes
© pixarno - Fotolia.com

Les taux ont légèrement augmenté depuis la fin 2016. Conséquence : quand certains emprunteurs aux profils très spécifiques pouvaient encore espérer du 1% ou moins voici quelques semaines, ces « taux de rêve » deviennent de plus en plus hypothétiques.

Même dans le contexte de taux très bas des derniers mois, emprunter à 1% ou moins sur 20 ans réclamait un alignement des planètes : revenus (très) élevés, apport conséquent, accepter des contreparties, etc. Désormais, pour un crédit sur 20 ans, même d’excellents dossiers n’auraient aucune chance d’obtenir un taux fixe sous cette barre symbolique, à en croire le courtier Vousfinancer. « Les taux de crédit les plus bas remontent légèrement pour atteindre au mieux 1,05% sur 20 ans contre 0,90% en janvier », écrit l’enseigne dans un communiqué diffusé ce jeudi sur les « chouchous des banques ».

Précision d’importance : ces taux exceptionnellement bas ne concernent que certains emprunteurs au profil très avantageux. En l’occurrence, pour un 1,05% sur 20 ans en ce début 2017, il s'agit d'un couple de quarantenaires disposant de 10.000 euros de ressources mensuelles et rachetant un prêt de 700.000 euros, à Cannes. Selon Vousfinancer, les banques privilégient actuellement « les profils les plus rentables, avec des niveaux de revenus élevés en priorité », dans un contexte de forte demande de financement. « Globalement les chouchous des banques restent les couples en CDI avec un salaire de plus de 4.000 euros à deux et 10% d’apport », explique la directrice des relations banques du courtier, Sandrine Allonier.

Sur 10 ou 15 ans, le 1% reste l’exception

Est-ce donc totalement impossible d’emprunter à moins de 1% ? Pas totalement, mais les cas restent rares. Interrogé sur les taux obtenus pour les « chouchous des banques » sur des durées plus courtes, Vousfinancer annonce du 0,80% sur 11 ans pour un couple d'ingénieurs disposant de 100.000 euros de revenus annuels (plus de 8.000 euros par mois) pour un rachat de crédit de 110.000 euros, à Cannes. Ou du 1% sur 12 ans, à Nantes, pour un couple aux 3.700 euros de ressources mensuelles, empruntant 175.000 euros pour acheter leur résidence principale avec... 300.000 euros d’apport ! Ou encore du 1% sur 15 ans pour un autre dossier de rachat, avec 80.000 euros de revenus annuels (plus de 6.500 euros par mois). Bref, il faut soit justifier de revenus (très) confortables, soit d'un apport (très) conséquent.

Les autres courtiers communiquent des taux globalement similaires pour leurs tous meilleurs dossiers. Dans son communiqué se concentrant sur les 20 plus grandes villes françaises, Meilleurtaux annonce ainsi des « taux excellents » de 0,90% sur 15 ans et du 1,10% sur 20 ans à Saint-Etienne, Dijon ou encore Lyon.

Les mêmes taux qu’en juillet 2016

Mais, en moyenne, les taux fixes sont bien plus élevés. Le réseau Cafpi annonce ainsi des « taux de marché » à 1,68% sur 15 ans en avril, ou à 1,87% sur 20 ans. Dans un communiqué publié hier, Empruntis livre aussi des « taux de marché » à environ 1,65% sur 15 ans et 1,90% sur 20 ans dans toute la France. A l’image de Boursedescrédits, la plupart des réseaux annoncent des taux de retour à « leur niveau de juillet 2016 » au mois d’avril. Ce qui confirme une remontée en pente douce.

Lire aussi : Taux de crédit immobilier : vers un retour au calme

Partager cet article :

© cbanque.com / BL / Avril 2017