Voiture : à quoi ressemble la nouvelle aide à l'achat sur laquelle planche le gouvernement ?

Usine Renault
© Renault / Denis Meunier

Le gouvernement réfléchit à un nouveau coup de pouce pour aider les personnes sans emploi et à faibles revenus à acheter un véhicule neuf. Ce programme s’inspire d’une initiative lancée en 2012 par le constructeur Renault.

Sortir du chômage grâce à l’achat d’une voiture neuve : c’est la nouvelle équation sur laquelle s’apprête à plancher le gouvernement, selon Les Echos. D’après le quotidien économique, l’inspection générale des finances va en effet se voir confier l’expertise d’une nouvelle subvention permettant aux ménages précaires d’acquérir des véhicules neufs et moins polluants. Cette aide, qui prendrait notamment la forme d’un micro-crédit, concernerait l'ensemble des constructeurs, et donnerait accès à la prime à la conversion automobile.

Dans un contexte contrasté sur le volet de l’emploi, le gouvernement souhaite ainsi, au-delà de l’argument écologique, favoriser le retour à l’activité, croit savoir le site d’informations. Bien que les derniers chiffres de l’Insee soient encourageants, avec un taux de chômage à 8,7% au plus depuis 2009, celui des jeunes et des seniors s’est accru au premier trimestre 2019. Or, pour l’exécutif, ne pas avoir d’automobile ou conduire un vieux véhicule coûteux en carburant et en frais de réparation freine directement la prise de poste.

Un plan gouvernemental inspiré de Renault

L’idée de cette nouvelle subvention, le gouvernement est allé la piocher chez Renault, expliquent Les Echos. Dans le cadre d’Entreprise & Pauvreté, un « action-tank » (ou groupe d’action) créé par Martin Hirsch, le patron de l’AP-HP, et Emmanuel Faber, directeur général de Danone, le constructeur a lancé en juin 2012 un programme semblable baptisé Mobilize. Disponible dans 360 garages, celui-ci comporte plusieurs volets : une offre d’entretien-réparation de 30% à 50% moins chère que d’accoutumée, le financement d’une voiture neuve en location avec option d’achat adossé à un microcrédit. Pour y avoir accès, aucun critère de revenus fixe n’est requis. C’est aux associations, comme l’Adie, et aux administrations publiques, dont Pôle Emploi, d’identifier les automobilistes précaires et de les orienter vers les garages partenaires.

D’après Entreprise & Pauvreté, 1970 personnes ont ainsi été aiguillées en 2018. Selon Les Echos, qui a interrogé Nicolas Douziech en charge du programme Mobilize, 400 Dacia Sandero neuves d'une valeur de 7 990 euros ont ainsi été distribuées depuis juin 2016. « Les mensualités peuvent être de 90 euros par mois sur 4 ans, alors qu'une offre commerciale normale courrait sur 5 ans pour le même tarif », explique-t-il. « Comme la moitié des clients ont déjà un véhicule, ils peuvent toucher la prime à la conversion, soit 2 000 ou 4 000 euros », ajoute Nicolas Douziech. D’ici 2020, l’objectif est d’atteindre 10 000 bénéficiaires par an et de convaincre 500 garagistes de s’affilier au programme.

Partager cet article :

© cbanque.com / MEF / Mai 2019