Crédit immobilier : pourquoi le prêt à taux zéro s'effondre

  • Par
  • ,
Une maison en construction
© Eléonore H - Fotolia.com

Le nombre de prêts à taux zéro (PTZ) octroyés a plongé de 27% en 2018. En cause, le recentrage par le gouvernement de cette aide accordée sous certaines conditions aux primo-accédants.

La chute est vertigineuse. Le nombre de prêts à taux zéro (PTZ) a chuté de 27% en 2018, à 90 000 environ, contre 123 477 en 2017, d’après les estimations de la SGFGAS (Société de Gestion des Financements et de la Garantie de l'Accession Sociale à la Propriété), publiées ce matin par Les Echos.

En effet, le gouvernement a décidé, pour faire des économies, de recentrer le PTZ depuis le 1er janvier 2018, sur les logements neufs dans les grandes agglomérations qualifiées de zones tendues (A et B1) et sur la rénovation de biens existants dans les villes moyennes (B2 et C) dans les zones dites détendues. Dans l'ancien, l'obtention d'un PTZ nécessite de réaliser des travaux dans le logement. Pour rappel, le PTZ permet, sous condition de ressources, d’obtenir un prêt sans intérêt pouvant atteindre jusqu’à 40% du montant de l’opération.

Bénéficier d'un PTZ sur du neuf dans les zones B2 et C est toutefois possible, mais celui-ci ne peut pas dépasser 20% du coût total de l’opération immobilière. Cette possibilité devrait disparaître en 2020.

Résultat, chez Vousfinancer, l’an dernier, on a enregistré un recul de 32% du nombre de dossiers de crédit avec un prêt à taux zéro, toutes opérations confondues, avec un pic à 35% dans le neuf et à 21% dans l’ancien. Dans le même temps, une diminution de 10% des montants des prêts accordés a été constatée.

« Cela montre que le fait de limiter la quotité de financement à 20% du montant de l’opération en zones détendues a davantage pénalisé les primo-accédants que sa suppression dans l’ancien dans les zones tendues… C’est le secteur de la construction dans les zones les moins tendues qui a le plus pâti de ce recentrage… », explique Sandrine Allonier, la porte-parole du courtier.

Le PTZ devrait encore suivre sa baisse puisque le gouvernement table sur seulement 88 200 prêts en 2019.

En savoir plus sur le Prêt à taux zéro

Partager cet article :

© cbanque.com / MB / Février 2019