Assurance-vie : légère baisse de taux en 2017 pour le contrat Afer

  • cBanque avec AFP
  • ,
Logo de l'Afer
DR

L'Afer, l'une des principales associations d'épargnants français, a fait état mardi d'une légère baisse en 2017 du taux de rémunération de son contrat d'assurance-vie en euros. Il subit ainsi la tendance du marché avec un cinquième recul annuel d'affilée, mais reste bien placé.

Le taux servi par l'Afer s'est établi à 2,40% l'an dernier, contre 2,65% l'année précédente, sur son fond garanti en euros, géré en partenariat avec la compagnie Aviva. Ces chiffres s'entendent nets de frais de gestion, mais ne prennent pas en compte les prélèvements sociaux et fiscaux. Il s'agit de la cinquième baisse annuelle de ce taux, qui suit la tendance générale du marché de l'assurance-vie, l'un des placements les plus populaires en France.

Une « performance remarquable »

Depuis plusieurs années, les fonds en euros, qui garantissent à l'épargnant de ne pas perdre son investissement, pâtissent du très bas niveau des taux d'intérêt et deviennent de moins en moins rentables. « Ce taux représente une performance remarquable dans le contexte économique et financier de l'assurance vie », a assuré Gérard Bekerman, président de l'Afer, cité dans un communiqué.

De fait, l'Afer, qui propose différents types de contrats d'assurance vie à ses quelque 730.000 adhérents, s'en sort bien. « Les meilleurs taux du marché en fonds euros classiques seront en deçà des 3% », prévient Cyrille Chartier-Kastler, président du cabinet d'études Fact and Figures, qui table sur un rendement moyen de 1,48% en 2017, mais ne dispose pas encore d'assez de données pour établir une moyenne.

Le fonds euros toujours très majoritaire

La composante en euros des contrats d'assurance-vie reste actuellement très majoritaire au sein des dépôts effectués par les clients, bien que les compagnies soient largement engagées dans une offensive pour promouvoir les « unités de compte ». Ces supports permettent des rendements plus élevés, mais sont plus risqués puisqu'ils ne garantissent pas à l'assuré de récupérer ses fonds.

Sur ce dernier plan, l'Afer, qui propose aussi ce type de contrats, assure que les unités de compte attirent de plus en plus d'épargnants, remarquant qu'elle gère désormais plus de 10 milliards d'euros sur ces supports, sur un total de plus de 50 milliards.

En 2017, l'association a recruté « près de 20 000 nouveaux adhérents » (4 000 en solde net), de 40 ans de moyenne d'âge. La collecte, elle, s'est maintenue autour de 2,5 milliards d'euros, « au cours d'une année marquée par l’attentisme du premier trimestre lié aux échéances électorales puis par l’annonce de la réforme de la fiscalité des produits d’épargne », se félicite l'Afer.

Partager cet article :
Par la rédaction avec AFP

Reproduction interdite.