Assurance-vie : fonds dynamique ou fonds immobilier ?

Poignée de taux
© vege - Fotolia.com

A côté du fonds en euros classique, ou actif général, les assureurs proposent parfois un ou plusieurs fonds en euros secondaires, potentiellement plus rentables. Ils sont généralement catégorisés comme fonds immobiliers ou dynamiques, selon leur composition. Lesquels ont été les plus rémunérateurs ces dernières années ?

Le rendement des fonds en euros ne cesse de baisser. Cette tendance se confirme année après année, et s’accélère même depuis 2013. La fédération des assureurs a ainsi estimé à 2,30% le rendement moyen des fonds en euros pour l’année 2015, contre 2,50% en 2014 et 2,80% en 2013. Le cabinet de conseil spécialisé Facts & Figures a lui estimé, toujours pour 2015, à 2,26% la performance moyenne des fonds euros classiques dans son dernier baromètre de l’épargne-vie individuelle (1).

Sans surprise, le rendement des fonds en euros varie selon que le contrat est plus ou moins haut de gamme. Ainsi les fonds en euros ne rapportent que 2,12% en moyenne, pour l’année 2015, lorsqu’ils sont présents sur les contrats « standards », pour simplifier les assurances-vie grand public distribuées par les banques ou assureurs. Loin des 2,42% des contrats « gestion privée », plus haut de gamme, ou même des 2,39% de l’assurance-vie patrimoniale, celle qui réclame un ticket d’entrée de plusieurs dizaines de milliers d’euros, ou qui est distribuée par les réseaux de gestion de patrimoine, les courtiers, sur internet, etc.

Sur ces contrats « patrimoniaux », plusieurs fonds euros sont généralement présents au catalogue. Les assureurs proposent ainsi un fonds secondaire, parfois accessible avec une condition d’investissement en unités de compte, ou avec une durée de détention conseillée. Facts & Figures classe ces fonds à capital garanti en deux catégories : dynamiques et immobiliers.

Fonds dynamique : un rendement élevé mais instable

Pourquoi « dynamiques » ? Car ces fonds en euros sont bien plus fortement investis en actions que les fonds classiques. La contrainte de garantie en capital oblige toutefois les assureurs à se positionner aussi sur des actifs moins risqués, comme les obligations, raison pour laquelle ces fonds sont aussi qualifiés de « diversifiés ». Good value for money, site développé par Facts & Figures, estime ainsi que ces fonds dynamiques sont composés à légèrement plus de 50% d’obligations, à près de 19% d’actions et à 28% d’immobilier, à la fin 2015.

La volatilité des marchés financiers joue fortement sur la revalorisation annuelle de ces fonds diversifiés. Sur la période 2009-2014, ils ont rapporté 3,84% par an en moyenne selon Facts & Figures, contre 2,93% pour les fonds classiques. Cependant, leur rendement moyen était tombé à 2,06% en 2011, avant de remonter autour de 4% en 2012 et 2013, puis de se stabiliser vers 3% en 2014 et 2015.

Un fonds en euros dynamique ne met donc pas l’épargnant à l’abri d’une déconvenue en termes de rendement. Le meilleur exemple est Eurocit’. Sur les contrats Terre de Vie et Pierre de Soleil d’AG2R La Mondiale, la rémunération servie par ce fonds suit une courbe erratique sur les trois dernières années : 4,75% en 2013, 1,05% en 2014 et 3% en 2015. En 2016, il a même été fermé à la souscription de mars à décembre suite aux soubresauts des marchés financiers.

Lire à ce propos : Pourquoi Eurocit’ est fermé à la souscription sur 2016

Le top 3 des fonds dynamiques en 2015 (2) :

  1. Néo Euro Garanti (assureur Spirica) : 3,63% en 2015, contre 2,91% en 2014
  2. Suravenir Opportunités (Suravenir) : 3,60%, contre 3,85% en 2014
  3. Euro Conviction (BNP Paribas Cardif) : 3,24%, contre 3,30% en 2014

Fonds immobilier : la nouvelle star

Les fonds en euros à dominante immobilière sont actuellement ceux qui parviennent à afficher les rendements les plus flatteurs. Et ce avec une belle régularité. Toujours selon Facts & Figures, leur rendement moyen sur la période 2009-2014 ne dépasse que d’un centième de point celle des fonds dynamiques, à 3,85%. Mais sans véritable à-coups : 4% en 2010, 3,80% en 2011, 3,84% en 2012 et en 2013, 3,62% en 2014 et 3,36% en 2015 selon l’estimation de ce cabinet.

Ces rendements réguliers attirent. Et les assureurs doivent donc limiter les entrées pour éviter la dilution leurs actifs que provoquerait une collecte trop volumineuse. Le meilleur exemple est cette fois le fonds en euros qui truste la première place du palmarès des rendements 2015 : Sécurité Pierre Euro, disponible sur le contrat Sérénipierre et investi à 86,5% dans l’immobilier tertiaire à la fin 2015. A l’origine, il suffisait d’investir 25% d’un versement en unités de compte pour avoir accès à Sécurité Pierre Euro. Un seuil passé à 35% début 2015. Puis à 50% fin 2015. L’assureur Survanir va encore renforcer cette condition au 1er juin 2016 : tout investissement sur le contrat Sérénipierre ne pourra comporter que 35% de versement sur Sécurité Pierre Euro.

Lire à ce propos : Sérénipierre durcit encore ses conditions

Le top 3 des fonds immobiliers en 2015 :

  1. Sécurité Pierre Euro (assureur Suravenir) : 4% en 2015, contre 4,05% en 2014
  2. Euro Allocation Long Terme (Spirica) : 3,51%, contre 3,82% en 2014
  3. Europierre (ACMN Vie) : 3,20%, contre 3,60% en 2014

(1) Baromètre 2016 de l’épargne-vie individuelle, publié le 12 mai.

(2) Les fonds cités ont été catégorisés en « immobilier » ou « dynamique » en respectant la logique de Good value for money, site prescripteur développé par Facts & Figures.

Partager cet article :

© cbanque.com / BL / Mai 2016