Comment Boursorama Banque se prépare à devenir rentable

Nouveau site web Boursorama (février 2016)

Malgré son million et demi de clients, Boursorama Banque continue à perdre de l’argent. Mais le leader français des banques en ligne a déjà mis en place les conditions de sa future rentabilité, comme le montrent les récents résultats publiés par sa maison-mère, la Société Générale.

Nanti depuis juillet d’un million et demi de clients, un chiffre sans précédent, Boursorama continue pourtant de perdre de l’argent. En 2017, le résultat net du leader français de la banque en ligne était négatif, à hauteur de près de 49 millions d’euros pour un produit net bancaire (PNB, équivalent bancaire du chiffre d’affaires) de 161,5 millions d’euros.

Lire sur le sujet : Banques en ligne : combien d'argent gagnent-elles ?

Un choix stratégique, comme l’expliquait récemment à cBanque le patron de l’enseigne, Benoît Grisoni : « En France, Boursorama a été rentable de 2003 à 2015. (…) Notre actionnaire, le groupe Société Générale, assume depuis 2015 une stratégie d’acquisition de clients, ce qui implique d’être temporairement déficitaire. Nous acceptons donc d’être en position de ne plus être rentable, en France, car les investissements marketing sont extrêmement significatifs pour attirer de nouveaux clients. » Temporairement déficitaire, donc, en attendant sans doute d’atteindre l’objectif affiché publiquement : 2 millions de clients d’ici 2020.

Pour autant, Boursorama a déjà commencé à activer les leviers qui vont lui permettre d’atteindre la rentabilité. Les récents résultats semestriels publiés par la maison-mère, la Société Générale, en fournissent quelques preuves.

Equiper les clients, diminuer les dépenses

Première nécessité pour gagner de l’argent : équiper en produits bancaires profitables une clientèle d’abord venue pour la carte bancaire gratuite. Cela semble être le cas : depuis 2014, Boursorama a notamment beaucoup progressé dans les crédits, avec une progression annuelle moyenne de 95% pour les prêts personnels et de 25% pour les prêts immobiliers.

Mais la banque en ligne a également entrepris de diminuer ses dépenses. Le coût d’acquisition par client - c’est-à-dire l’argent dépensé, en primes de bienvenues et en publicité notamment, pour aboutir à une ouverture de compte - a ainsi diminué de 25% depuis 2016.

Dans le même temps, le nombre de conseillers clientèle a baissé de 219 à 150 par million de clients. Pour parvenir à ce chiffre, Boursorama a notamment relevé, en août 2016, le prix des opérations (virements, mise en place d’un prélèvement, commande d’un chéquier, etc.) initiées par téléphone de 3 à 5 euros. Une manière d’encourager ses clients à se débrouiller par eux-mêmes, dans leur espace bancaire en ligne (lire à ce sujet : Boursorama ne veut plus répondre au téléphone).

Au final, toujours selon les chiffres publiés par la Société Générale, le résultat net de Boursorama a été multiplié par 2,5 en deux ans. A condition bien sûr d’exclure les dépenses d’acquisition et de marketing, qui continuent à peser lourd.

Plus d’infos sur le compte bancaire Boursorama

Partager cet article :

© cbanque.com / VM / Août 2018

Commentaires

Publié le 10 août 2018 à 08h48 - #1Squirrel
  • Homme

Comme dit précédemment dans un autre article c'est pas avec les 500000 clients "boulets" que la SG leur a refilé il y a 2 ans qu'il vont gagner du PNB...

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 10 août 2018 à 10h30 - #2zorg

Et c'est certainement parce que Boursorama banque perd de l'argent que Boursorama assurance-vie déleste ses clients de la moitié de la performance qui est annoncée : en gestion pilotée et en mandat dynamique, au lieu des 21.97% annoncés ( perf à 3 ans ), mon contrat n'à été crédité que de 10.33%.
J'ai demandé des explications voici une vingtaine de jours, l'assureur Generali n'à pas encore répondu, et c'est le ( très mauvais et quasi-injoignable ) service client qui à fini avant-hier par me donner une réponse incompréhensible, à savoir que la performance réelle de mon contrat débuté en juillet 2015 ne pourrait être calculée avant juillet 2019.
Pourtant je sais compter, 2015+3= 2018. mon contrat a donc 3 ans et 1 mois. Celui-ci n'à vu ni retrait, ni rachat, ni versement complémentaire. Cela va donc entraîner de ma part une plainte à l'AMF pour publicité mensongère.
En conclusion, si vous avez une assurance-vie à ouvrir, et bien ouvrez-là ailleurs, car les journalistes et autres relayeurs d'information qui vantent les performances de la gestion pilotée Boursorama n'y placent pas leurs propres économies pour s'apercevoir de la réalité, ils ne font que recopier le dossier presse et marketing fourni par cette très peu sérieuse filiale de la Société Générale.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?22
Publié le 10 août 2018 à 20h05 - #3Dr_No
  • Homme

@zorg: Bonjour. les performances de bourso sont annoncées du 01/01/2015 au 31/12/2017.
Si vous regardez le cours du CAC qui doit être un bon indicateur du pool d'actions que constitue votre investissement sous mandat, vous verrez qu'en janvier le CAC tournait à 4200 pts. En juillet, date de votre investissement, le CAC était déjà à 5000 points (entre 4800 et 5200 selon la date de votre entrée).
Conclusion: vous avez effectivement raté la montée fulgurante du début d'année 2015 et vous êtes arrivés en juillet après que le CAC ait pris pas moins de 20%. Depuis il piétine. Donc il me semble tout à fait normal que votre performance soit nettement moins bonne que celle annoncée par bourso. Ceci dit, elle reste correcte en surperformant l'inflation (c'est le moins qu'on puisse espérer mais en bourse...).
Ce qui me semble incorrect, c'est que personne ne sache vous l'expliquer clairement.
Votre performance à 3 ans, doit être comptée du xx juillet 2015 au (xx-1) juillet 2018.
Pour moi il n'y a donc pas de publicité mensongère, au moins sur votre exemple.
Cordialement.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 11 août 2018 à 09h54 - #4zorg

@Dr No : Merci pour votre point de vue. Si c'est l'explication, effectivement il est navrant et incompréhensible de ne pas la recevoir directement, et simplement , de Bourso et de Générali.
Pour ma part je n'ai pas trouvé les dates de référence que vous mentionnez pour le calcul des performances, mais au delà, pourquoi retenir des dates si anciennes qui n'ont plus rien a voir avec la réalité et l'actualité du marché ( ça, ce n'est pas mensonger ? )
En tout cas si Bourso envisage de gagner des clients, il vont pour ma part certainement me perdre ( même s'ils s'en contre-balancent ), et s'ils veulent ne plus perdre d'argent cela passe aussi par un investissement des moyens, par exemple un service clientèle réactif, joignable, professionnel , sympathique ne serait surement pas le moindre des atouts.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 11 août 2018 à 17h50 - #5Dreaman

@Zorg. Forcement mais des moyens dans la banque en ligne, on en a moins que dans la banque tradi, ou il faut payer etc...
Et comme les personnes en ce moment sont dans une course au low cost ... il en ont pour leurs argent ...

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 13 août 2018 à 08h50 - #6Dr_No
  • Homme

@Dreaman:
La version banque en ligne "low-cost" me va très bien. Les conseillers de banque en agence ne m'apportent strictement aucun avantage tangible pour faire fructifier mon épargne.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 14 août 2018 à 17h51 - #7thierry
  • Homme
  • 71 ans

Un service client "quasi-inexistant", c'est exact. Et lorsque vous leur envoyez un courrier postal, le service client se révéle même incapable de lire votre courrier. Moi, je les ai quitté au printemps dernier. Client depuis quinze ans, mais déçu de leur évolution.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 15 août 2018 à 13h32 - #8Squirrel
  • Homme

@Drno : l'avantage d'une banque sédentaire est qu'il est beaucoup plus facile de faire valoir ses droits (rémunération à-vie, tarification...) alors qu'avec une banque en ligne... Bon courage.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?

Ajouter un commentaire