defiscalisation-mode-demploi.com : Découvrez ce que la déficalisation peut vous rapporter

Plan épargne retraite : à quelle rente faut-il s'attendre ?

Bocaux argent
© Christin - stock.adobe.com

En lançant le « PER », le gouvernement compte rebooster l’épargne retraite et favoriser la sortie en rente, qui permet de vous assurer des revenus jusqu’à la fin de votre vie. Mais combien verser et combien pouvez-vous espérer toucher ? Voici trois scénarios pour y voir clair !

Phase d’épargne : avant la retraite

Si vous visez une rente, il faut – évidemment – commencer par épargner. Votre revenu complémentaire, à la retraite, dépendra premièrement du capital accumulé avant la retraite. Autrement dit : de la durée et des montants que vous verserez sur votre Plan d’épargne retraite (PER), ou sur vos Perp et contrats Madelin, ses prédécesseurs qui restent pour l’heure ouverts à la souscription.

Deuxièmement, ce capital sera plus ou moins bien valorisé selon le rendement, et donc selon la prise de risque… Lors des dernières décennies, c’est l’immobilier qui s’est avéré le placement le plus rentable sur la durée, devant les actions et loin devant les placements sans risque. Impossible de savoir quel sera le placement le plus rentable à l’avenir, surtout en cette période de taux bas ! Cependant dans le cas d’un PER la prise de risque passe surtout par les actions : un placement potentiellement risqué mais qui offre historiquement du rendement, malgré les crises, à condition de diversifier et d’investir sur le long terme. Estimation de rendement annuel moyen, sur 20 ans : plus de 5% selon une étude de l’AMF.

Scénario 1 : 100 euros par mois dès 30 ans

Vous avez 30 ans, une petite marge financière dans votre budget mensuel, et vous voulez dès à présent préparer vos vieux jours ? Si vous investissez 1 000 euros à l’ouverture d’un PER individuel, et que vous misez 100 euros par mois, quel sera votre capital à 65 ans ? En 35 ans d’épargne régulière, vous aurez amassé 43 000 euros de versements. Si la rémunération annuelle de votre plan se cantonne à 1% (net d'inflation), les gains resteront limités, malgré l’effort de longue haleine : 8 679 euros de gains à l’heure de vos 65 ans, soit 51 679 euros d’épargne pour votre retraite. Pour un placement à si long terme, le rendement annuel influe très fortement sur le montant final : 76 543 euros avec un rendement de 3%, et 116 814 euros pour une performance annuelle de 5%, soit près du triple des versements !

Précision : pour simplifier cette « prévision financière », tous les chiffres sont calculés en « euros constants », autrement dit nets d’inflation.

Les calculs ont été effectués à l’aide notre calculatrice de placement.

Scénario 2 : 300 euros par mois à partir de 40 ans

Passé le cap de la quarantaine, vous décidez d’ouvrir un PER avec 5 000 euros de versement initial, et vous programmez immédiatement des cotisations mensuelles de 300 euros. Résultat : 95 000 euros de capital versé une fois atteint le cap des 65 ans. Un capital qui aura généré peu de gains en cas de rémunération faible (1%) : 108 638 euros d’épargne accumulée dans ce cas, soit 13 638 euros de plus-values. Un rendement de 3% permet d’espérer une épargne de 143 845 euros au bout de 25 ans d’épargne, et de 193 368 euros en cas de rendement élevé (5%).

Scénario 3 : 1 000 euros par mois à 50 ans

Comme beaucoup d’épargnants, vous vous penchez sur la question de l’épargne retraite tardivement… Vous décidez alors de mettre les moyens : 20 000 euros d’investissement initial sur un placement dédié puis 1 000 euros chaque mois. L’horizon d’épargne étant plus court (15 ans), l’impact de la performance reste important mais il ne faut plus espérer multiplier le capital par deux voire trois… Verdict : 217 427 euros d'épargne retraite à 65 ans avec un rendement de 1% annuel, 257 957 euros (3%) ou 307 482 euros (5%) avec une performance supérieure.

1 - Epargne pendant la vie active
Profil d'épargnantTotal des versementsCapital accumulé à 65 ans selon le rendement
A : 1%B : 3%C : 5%
Scénario 1 : 30 ans
(100 € / mois pendant 35 ans)
43 000 €51 679 €76 542 €116 814 €
Scénario 2 : 40 ans
(300 € / mois pendant 25 ans)
95 000 €108 638 €143 845 €193 368 €
Scénario 3 : 50 ans
(1 000 € / mois pendant 15 ans)
200 000 €217 427 €257 957 €307 482 €

Phase d’épargne : viser le rendement à long terme

L’épargne retraite est évidemment un effort de longue haleine. Mais qu’il s’agisse d’un effort significatif sur une durée limitée, ou d’un travail de fourmi sur le long terme, le constat reste le même : la performance financière donnera – ou non – un tout autre relief à vos versements ! Un placement de très long terme, couplé à une performance significative, permet de multiplier le capital versé. Le gouvernement cherche d’ailleurs à favoriser la gestion pilotée, avec des profils plus ou moins offensifs et une sécurisation progressive à l'approche de la retraite, sur ses nouveaux PER.

Phase de rente : à l’âge de la retraite

Quel revenu complémentaire cette épargne vous permet-elle d’espérer ? Dans l’hypothèse d’un départ à la retraite à 65 ans, et si vous choisissez de convertir immédiatement votre plan en rente viagère, voici le revenu mensuel que vous pouvez envisager, à l’aide de notre calculatrice de rente viagère. Dans le tableau ci-dessous, les rentes classées de A à C correspondent aux degrés de performance financière de la phase d’épargne : A pour 1%, B pour 3% et C pour 5%.

2 - Transformation de l'épargne accumulée en rente viagère
Profil d'épargnantRente mensuelle à 65 ans
ABC
Scénario 1 : 30 ans
(personne née en 1990)
132 €195 €297 €
Scénario 2 : 40 ans
(personne née en 1980)
288 €382 €513 €
Scénario 3 : 50 ans
(personne née en 1970)
605 €717 €855 €

Premier constat : le principe même de la rente viagère, avec des revenus garantis chaque mois jusqu’à la fin de votre vie, ne permet pas d’espérer des revenus très significatifs, mais bien des revenus complémentaires. En revanche : le montant de la rente peut aisément être comparé à l’effort d’épargne mensuel lors de votre vie active, en particulier en cas d’épargne longue. Ainsi l’épargnant trentenaire touchera dans tous les cas, à la retraite, une rente mensuelle légèrement supérieure à ses versements initiaux.

Une rente différente selon l’âge de conversion de l’épargne

Il vous reste toutefois un levier pour jouer sur le montant de votre rente : l’âge de conversion de l’épargne en rente viagère. Dans le cas d’une épargnante née en 1970 et pour un capital de 100 000 euros, le montant de la rente annuelle à ses 60 ans, en 2030, sera de 2 893 euros (soit 241 euros par mois) : le « taux de conversion » du capital en rente est alors de 2,89%. Or ce taux augmente si vous convertissez votre rente plus tardivement. Car votre espérance de vie diminue, et le montant que l’assureur doit vous verser chaque mois peut donc être revu à la hausse. Le taux de conversion passe alors à 3,94% à 70 ans, ce qui permet d’envisager une rente de 328 euros par mois.

3 - niveau de rente selon l'âge de conversion
Personne née en 1970Taux de conversion
du capital
en une rente annuelle
Soit une rente mensuelle
pour un capital de 100 000 euros
Rente à 60 ans2,893%241 €
Rente à 65 ans3,337%278 €
Rente à 70 ans3,937%328 €
Rente à 75 ans4,781%398 €
Rente à 80 ans6,036%503 €

Et pour un capital plus élevé, tel que 200 000 euros ? Il suffit de multiplier les montants du tableau ci-dessus par deux : 556 euros de rente par mois pour un capital de 200 000 euros converti à 65 ans, par exemple. Le calcul des rentes viagères étant basé sur les statistiques d’espérance de vie (ou tables de mortalité), les montants sont évidemment susceptibles d’évoluer d’ici votre départ à la retraite. Cependant le législateur impose à l'assureur de définir les « paramètres de mortalité » dans le contrat de PER. C'est un point important à comparer pour choisir entre différents contrats.

Ce qu'il faut retenir

Un premier constat : la base de l’épargne retraite reste l’effort d’accumulation de capital, couplée à une recherche de performance, lors de la vie active. Ensuite, à la retraite, si vous voulez bonifier votre rente, mieux vaut tant que possible différer de quelques années le moment de la conversion en rente.

Reste une alternative, rendue possible par la réforme de l’épargne retraite et le nouveau PER : utiliser voire privilégier une sortie en capital, en sachant qu’il est aussi possible de retirer une partie de son épargne en capital et de convertir le reste en rente. La sortie en capital n’est pas toujours la plus favorable, fiscalement parlant, mais des retraits échelonnés peuvent permettre de modérer la fiscalité. Tout dépendra de vos besoins, à l’âge de la retraite.

Lire aussi : 5 conseils pour revoir vos placements avant le départ en retraite

Partager cet article :

© cbanque.com / MoneyVox / BL avec Frédéric VERGNE / Octobre 2019

Commentaires

Me prévenir en cas de nouveau commentaire
Publié le 16 octobre 2019 à 07h29 - #1Petit louis
  • Homme
  • 67 ans

...sans oublier que cette faible rente viagère est susceptible d'être encore réduite par la fiscalité.
Affaire à suivre.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10
Publié le 16 octobre 2019 à 12h51 - #2Manu SIFP
  • Homme
  • Alsace
  • 42 ans

Oui il faut en effet deduire la fiscalite des rentes.
Mais il y a qqch de plus important encore :
Prenez l'hypothese de l'epargne des 50 ans avec 1000 euros par mois pendant 15 ans et hypothese rendement 5%. Et un capital à 65 ans de 307 482 euros d'apres vos calculs.
Ce que je peux vous affirmer avec certitude c'est qu'en aucun cas on est gagnant avec le systeme de rente avec hypothese de revalorisation de l'epargne de 5%.
Pourquoi ? Car si on choisit la rente, on a un taux de conversion du capital en rente viagere de 3,337%. C'est a dire qu'on se desiste de tout le capital et on ne touche que 3,337% d'interet annuel... Soit ici 855 euros par mois avant impots.
Si on ne choisit pas la rente mais de vivre que de ses interets (sans toucher au capital) on touche 5% par an...(1281 euros par mois) (revalorisation de marché dans cette hypothese). C'est a dire plus sans impot,sans alienation de capital ni toucher au capital et avec transmission aux heritiers. Bref la totale !
Il faudrait un super marche boursier jusqu'a la retraite + un effondrement important à partir de la retraite + esperance de vie longue + pas d'heritier pour que la rente devienne plus avantageuse que le capital...
Bof bof...
Et n'oublions pas qu'avec un taux de conversion en capital en rente viagere de 3,337%, il faut 30 ans pour retrouver son capital (et je ne compte pas les impots sinon on ne recupere jamais ses fonds)...
Autre calcul : verser 1000 euros par mois pendant 15 ans pour n'en toucher que 600 à 800 euros par mois pendant 10, 15, aller 20 ou 25, 30 en vaut il vraiment la chandelle.
Pareil pour le profil jeune toucher guere plus que ce qu'on a cotisé pendant 35 ans est ce raisonnable ?
C'est donc juste un systeme qui permet aux assureurs de se gaver rapidement (en alienant votre capital) car ils ont du souci a se faire concernant les fonds en euros.
La réforme intervient à pic... pour les assureurs !

Trouvez-vous ce commentaire utile ?31
Publié le 18 octobre 2019 à 14h08 - #3BoFIP
  • Homme
  • Grand-Est
  • 41 ans

Bonjour,
Votre calcul prend en compte, l'hypothèse selon laquelle vous pourriez faire des retraits sans toucher au capital. Or, fiscalement, cela n'est pas possible. Il y a toujours une part de capital dans les retraits (rachats)...
De plus, dans le cadre du PER, c'est la date du décès qui l'emporte sur la date des versements. Concrètement, après 70 ans, seul un abattement de 30 500 € serait accordé sur la succession du défunt pour l'ensemble de ses versements AV et capital PER, le reste étant réintégré dans la succession.
Il faut donc modérer les projections que vous faites en tenant compte de ces éléments.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?

Ajouter un commentaire