Que valent palmarès, trophée, oscar et autre grand prix de l'assurance-vie ?

Podium
© piai - Fotolia.com

Roulement de tambours. Quel est le meilleur contrat d'assurance-vie en 2015 ? RES Multisupport de MACSF selon le magazine Gestion de Fortune qui lui a décerné son principal « oscar ». Non ! Les assurances-vie de la MIF, n°1 des « grands prix » MVVA. Quoique. GMF Vie a reçu le plus prestigieux des « grands trophées d’or » du Revenu. Les Dossiers de l’épargne ont quant à eux récompensé 101 contrats avec leur « label d’excellence ». A qui se fier ? Zoom sur les quatre principaux palmarès.

Le Revenu et Gestion de fortune : multiplication des prix

Les magazines Gestion de fortune et Le Revenu décernent tous deux de longue date des récompenses aux distributeurs et gestionnaires d’assurance-vie pour leurs contrats ou fonds en euros. « Chaque année depuis 1978 » pour Le Revenu et ses « trophées », « depuis 1986 » pour les « oscars » de Gestion de fortune. Dans les deux cas, la remise des récompenses donne lieu à une cérémonie rassemblant l’ensemble des lauréats, événement largement relayé par les assureurs et distributeurs sur leurs sites, les réseaux sociaux, etc.

Concernant le palmarès en tant que tel, là encore, les deux magazines ont opté pour des modèles similaires avec une multiplication des récompenses et des catégories. 71 assurances-vie ont été primées cette année par Le Revenu. Les prix se découpent en plusieurs catégories :

  • fonds en euros,
  • contrats multisupports actifs,
  • contrats multisupports diversifiés,
  • contrats multisupports offensifs,
  • performance sur 20 ans,
  • innovation.

Dans les quatre premières catégories, huit à vingt contrats se sont vu décerner un « trophée d’or » en 2015, pour un seul « grand trophée d’or » dans chaque catégorie. Pour les autres, il reste les « trophées d’argent » et « trophées de bronze ».

Côté Gestion de fortune, le modèle est le même avec 74 prix mais cette fois répartis dans 21 catégories ! Du « contrat d’assurance obsèques » au « meilleur service aux assurés » en passant par le « contrat d’assurance-vie dont l’encours est compris entre 1 et 5 milliards d’euros (plus de 30 unités de compte) ».

Comment sont établis ces palmarès ? Sur son site dédié, Gestion de fortune livre la composition du jury qui rassemble des « personnalités reconnues [du] monde de l'assurance et de la gestion privée ». Du côté du Revenu, la méthodologie est indiquée dans le magazine : une vingtaine de critères de sélection sont détaillés, sans toutefois que le lecteur puisse connaître le nombre de points attribués pour chaque critère.

MVVA : un classement fiable malgré quelques défauts

Pendant plusieurs années, le magazine Mieux vivre votre argent catégorisait aussi ses récompenses avec un « grand prix global » ou un « grand prix fonds en euros », entre autres. « MVVA » a depuis simplifié la restitution de ses résultats. Ainsi, dans son numéro de mai 2015, le magazine livre un classement unique, avec un podium (MIF, Fortuneo puis Carac), neuf « mentions très bien », aux notes supérieures à 16/20, et treize « mentions bien », aux notes supérieures à 15/20.

La méthodologie est détaillée dans le magazine et se retrouve aussi sur internet : 12 points attribués pour la rémunération, 2 points pour l’ancienneté, 2 points pour les frais d’entrée, etc. Le magazine tente de rendre sa démarche la plus transparente possible en publiant les principales informations obtenues pour environ 160 contrats, pour 120 notés, les assurances-vie de moins de 4 ans étant d’emblée placées « hors classement ».

Reste quelques bémols qui concernent surtout la famille de l’assurance-vie en ligne. Une même note, 15,47/20, est ainsi attribuée à quatre contrats primés d’une mention bien et gérés par le même assureur, E-cie vie : Boursorama Vie, Kapital-Direct, Linxea Vie et Mes-placements Vie. Commercialisés par quatre distributeurs web différents, ils disposent en effet des mêmes fonds en euros et de caractéristiques très proches. Mais ils se différencient tout de même par leur niveau de versement minimum (300 euros pour Boursorama Vie, 1.000 pour Kapital-Direct), leur nombre et catégories d’unités de compte, etc. Un particulier ne peut donc pas se baser uniquement sur ce classement pour faire son choix. Par ailleurs un contrat géré lui aussi par E-cie vie, Puissance Sélection, est « hors classement » parce qu’il n’a pas 4 ans d’ancienneté, alors qu’il dispose des mêmes fonds en euros que les assurances-vie précitées.

Lire aussi : le palmarès 2015 de l’assurance-vie de MVVA

Dossiers de l’épargne : 101 labels et un guide précis

Parmi les différentes récompenses de l’assurance-vie, le « label d’excellence » des Dossiers de l’épargne a un positionnement un peu à part. Tout d’abord, les prix ne sont pas décernés par un titre de presse à proprement parler. Profidéo édite avec Les Dossiers de l’épargne des guides de l’assurance-vie, de la banque, etc. Si cet éditeur dispose d’un magazine, La Tribune de l’assurance, le cœur de son activité reste la veille des secteurs banque et assurance, qu’il valorise à travers des publications, des études privées, du conseil aux professionnels, etc.

Dans le « guide 2015 » de l’assurance-vie des Dossiers de l’épargne, 101 contrats sur 284 se voient décerner un « label d’excellence », sans qu’une hiérarchie ne soit clairement établie. En termes de détails et de méthodologie, cette publication vise l'exhaustivité en dédiant une fiche pratique à chaque contrat. Chacun d'entre eux est noté sur son fonds en euros, sa gamme d’unités de compte, ses modes de gestion, ses frais, arbitrages, les rachats et avances et les options de prévoyance.

Pour reprendre le même exemple que pour MVVA, c'est-à-dire les contrats des banques et courtiers en ligne gérés par E-cie vie, les notes diffèrent cette fois légèrement. En additionnant les notes des sept critères, Linxea vie est le mieux noté, avec 28,9/35, contre 20,6 pour ING Direct vie, notamment sanctionné pour l’absence d’option d’arbitrage automatique. Reste une incohérence. Si Linxea vie décroche un « label d’excellence » et ING Direct vie un « avis réservé », MonFinancier vie (lui aussi géré par E-cie vie) remporte un label avec une note cumulée de 26,7 alors que Kapital-Direct ne décroche qu’un « avis positif » avec 27,2.

Une part de logique commerciale

Les Dossiers de l’épargne se veulent transparents. Ils indiquent en fin de publication que les compagnies mentionnées « se voient proposer l’achat d’une insertion publicitaire avant communication des résultats », ces mêmes compagnies étant ensuite libres du maintien ou de l’annulation de cette insertion une fois les résultats connus. Même logique publicitaire dans les magazines : des publicités pour la MIF ou Fortuneo figurent dans le MVVA du mois de mai, de nombreuses publicités pour des contrats d’assurance-vie dans Le Revenu, etc.

Selon nos informations, les lauréats des Dossiers de l'épargne doivent payer pour pouvoir afficher le logo. Une logique commerciale mais aussi une logique d’intérêts mutuels puisque la diffusion de ces logos permet de promouvoir la publication. Les contreparties financières, une mécanique que l'on retrouve dans d'autres secteurs comme les prix gastronomiques ou pour les « meilleurs produits de l’année ».

Bilan : seulement un indicateur parmi d’autres

Ces quatre distinctions ne sont pas les seules existant dans le monde de l'assurance-vie. Les Argus d'Or, de L'Argus de l'assurance, récompensent parfois des assureurs-vie. Les Lauriers d'Investir figuraient encore en bonne place sur les sites des assureurs en 2011 et 2012, avant de disparaître.

Le marché de l’assurance-vie propose une offre tellement pléthorique aux particuliers que des « balises » telles que ces labels ne peuvent nuire au consommateur. Ainsi entre deux contrats primés, celui qui affiche uniquement un « trophée de bronze » ne dispose peut-être pas d’autant de garanties qu’un autre ayant un « trophée d’or », une « mention très bien » de MVVA et affichant un « label d’excellence » des Dossiers de l’épargne. Ces distinctions ne sont au final qu’un élément de comparaison parmi d’autres.

Car la logique n'est pas toujours respectée. N°1 chez MVVA, la MIF et ses contrats monosupports rapportant 3,65% en 2014 a un « trophée d’or » chez Le Revenu, dispose d’un « label d’excellence » mais n’affiche aucun « oscar » dans sa collection de prix de l'année.

Partager cet article :

© cbanque.com / BL-FV / Mai 2015

Commentaires

Publié le 8 mai 2015 à 09h14 - #1Compte anonyme

Tous ces palmarès me font rire ...
Pas un mot d'Altaprofits, un des courtiers de e-cie vie (groupe Generali)
407 OPCVM très diversifiés
contrat assurance vie, partie UC
système d'information unique comprenant: code ISIN, Prix moyen d'achat,Dernière valeur
nombre de parts, Valeur de l'épargne, +/- values, Performance annualisée
et Temps Moyen d'investissement
à la date demandée

Trouvez-vous ce commentaire utile ?01
Publié le 11 mai 2015 à 09h28 - #2Benoît (cBanque)

@Topdog
Le contrat Altaprofits Vie est bien référencé dans Les Dossiers de l'épargne. Nous n'en parlons pas dans cet article parce que le contrat de Linxea est légèrement mieux noté : 28,9 au total contre 28,3 pour Altaprofits Vie, qui apparaît en effet parmi les mieux notés.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?01
Publié le 16 mai 2015 à 13h02 - #3EpargneVillage
  • Homme

Les Trophées et autres Grands Prix de l'Assurance Vie organisés par les magasines spécialisés sont en effet l’occasion pour les assureurs récompensés de promouvoir leur produits par quelques pages de publicité dans ces mêmes magazines.
Si l'on considère les prix les plus reconnus que vous citez, leurs critères prêtent peu à discussion, même si ma préférence va à MVVA pour le nombre de critères réduit (6 seulement) et sa méthodologie transparente.
Mais leur vrai problème est qu'ils ne répondent que très partiellement au besoin de l'épargnant qui veut choisir une assurance vie pour construire une stratégie d'épargne performante dans la durée, ce qui implique de compléter le fond euro par des unités de compte à frais réduits et permettant la plus grande diversification, comme le recommande la littérature économique.
Ainsi, ces palmarès devraient analyser l'offre d'unités de compte des assurances vies et non se contenter des performances des fonds Euro.
Elles pourraient par exemple déterminer:
- si un assemblage de ces unités de comptes permet une exposition équilibrée aux principaux marchés internationaux d'action : actions Euro (France, Allemagne, ...), action Europe hors Euro (UK, Suisse, ...), actions US, actions Asie-Pacifique (Japon, Hong-Kong, Australie, …) Action marchés émergents (Chine, Corée du Sud, Taiwan, Brésil,…) ainsi qu'aux obligations internationales, comme le recommande souvent Quantalys dans vos colonnes
- le % de frais de gestion prélevé par cet assemblage
- si ces unités de comptes ont des notations acceptables de la part d'organismes spécialisés (Quantalys, Morningstar, Europerformance, etc)
- si plusieurs assemblages sont disponibles permettant à l'épargnant de choisir le mode de gestion qui lui convient le mieux, comme par exemple:
1. gestion passive par la réplication simple d'indices boursiers (en général, stratégie la plus performante dans la durée parce que la moins chargée en frais, en général inférieure à 0,5% par an contre + de 2% pour les gestions active et flexible),
2. délégation aux gérants du choix des actions composant son allocation en espérant qu'il produira une performance supérieure au marché (sachant que la plupart des gérants ne font pas mieux que le marché et qu'il n'existe pas de méthode fiable permettant de prévoir ceux qui y parviendront), ou
3. laisser le gérant décider de son allocation selon ses anticipations en espérant qu'il saura capturer l'essentiel des hausses de marché et amortir les baisses, ce qui devrait lui donner encore plus de chances de produire dans la durée une meilleure performance pour un même niveau de risque (mais qui ne se vérifie pas plus que la méthode précédente)
Par exemple, si on applique cette grille d'analyse au contrat d'assurance vie internet à l'encours le plus élevé, Boursorama Vie assuré par Generali, noté 15,47 par MVVA (meilleure note comparable 17,56 pour Fortunéo Vie) et Trophée d'Or par le Revenu, on constate que:
- la gestion passive (et ses frais réduits) n'est pas disponible, en effet le contrat ne référence pas les ETF à indices larges (comme d'ailleurs la plupart des contrats)
- pour la gestion active, très peu d'unités de comptes (uc) sur les 200 référencées, permettent une allocation globale satisfaisante, notamment sur les fonds Actions Internationales traditionnellement le maillon faible des offres d'uc (pour ce contrat, en utilisant le rating Quantalys, seuls AXA Talents Global et HSBC Actions Internationales méritent d'être retenus)
- pour la gestion flexible, 3 fonds seulement passent le test (First Eagle Amundi International, CCR opportunités Monde 50 et Carmignac Patrimoine), ce qui peut sembler court en cas de mauvais comportement prolongé de l'in d'entre eux.
La conclusion pour ce contrat est qu'il faut passer son chemin si on souhaite mettre en place une gestion passive diversifiée, mais qu'on peut s'y arrêter si on se satisfait d'une gestion active ou flexible bien que la profondeur de fonds satisfaisants pour les mettre en place, est limitée malgré la pléthore de fonds listés au contrat.
Donc, pour revenir à votre question de départ, je partage votre point de vue: les conclusions de ces palmarès ne sont pas nuisibles. Mais j'irais un peu plus loin : hormis pour ceux qui ne veulent prendre aucun risque et se limitent au fond Euro, ils ne sont pas vraiment utiles non plus.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?31