psa

Les ordres de bourse

La gestion d’un portefeuille de valeurs mobilières implique de savoir choisir les bonnes valeurs mais aussi de savoir profiter de toutes les potentialités offertes par les différentes catégories d’ordres de bourse.

Les informations nécessaires au passage des ordres de bourse

L'investisseur qui souhaite acheter ou vendre des valeurs mobilières doit passer un ordre de bourse auprès de son intermédiaire financier, qui va effectuer l'opération pour son compte. Les ordres peuvent être transmis par tout moyen : en agence, par internet, par fax, ou, par téléphone. Un ordre de bourse doit comporter un certain nombre d’informations obligatoires :

  • le sens de l’opération (achat ou vente),
  • les noms et, le cas échéant, le code de chaque valeur (code ISIN),
  • la quantité de titres à négocier,
  • le mode de règlement pour les valeurs éligibles au SRD (Service de règlement différé),
  • le type d’ordres et sa limite de validité. Un ordre peut être passé :
    • pour une journée. Il est retiré du marché en cas de non-exécution. En l’absence d’indication, un ordre est enregistré comme un ordre “jour” ;
    • jusqu’à une date déterminée. Elle ne peut être supérieure au jour de la liquidation pour les valeurs du SRD. L’ordre est présent sur le marché jusqu’au jour indiqué, sans que ce jour puisse dépasser un an ;
    • jusqu’à révocation. L’ordre est présenté sur le marché jusqu’au jour de liquidation pour les valeurs du SRD ou jusqu’au dernier jour du mois pour les autres. Il reste valable, sauf exécution ou annulation, pendant 365 jours.

Ces règles de validité ne s’appliquent qu’à l’enregistrement des ordres dans le système central d’Euronext et ne préjugent pas des conditions fixées entre les intermédiaires et leurs clients. Ainsi, les ordres à date déterminée et à révocation ont chez beaucoup d’intermédiaires une durée de validité maximum d’un mois et implique donc leur renouvellement à date échue.

Suivant les valeurs sur lesquelles le client intervient, la liquidité des valeurs sur les marchés ou les impératifs de temps, différents types d'ordres peuvent être utilisés. Une large gamme d’ordres de bourse est ainsi à la disposition des investisseurs. Leur choix peut se porter sur des ordres de bourse classique (simples), complexes ou stratégiques.

Les ordres classiques

Ordre à cours limité

L'ordre de bourse le plus fréquemment utilisé est l'ordre à cours limité. Il est assorti d'un prix maximal en cas d'achat ou d'un prix minimal en cas de vente. Cet ordre limite les risques liés à la volatilité des cours et offre donc une grande sécurité à l’investisseur. Il présente toutefois le risque de ne pas être exécuté si le cours limite n'est pas atteint ou bien de n’être exécuté que partiellement. Enfin, il y a une priorité des ordres en fonction de leur ancienneté, les plus anciens étant traités en premier (principe de l’horodatage).

Un ordre d'achat avec un cours limité de 25 euros est enregistré sur une valeur. Aussi longtemps que le cours de l'action sera supérieur à 25 euros, il ne sera pas exécuté. Dès que la valeur cotera 25 euros ou moins l’ordre d'achat sera exécuté

Ordre à la meilleure limite

L'ordre à la meilleure limite se justifie pour des valeurs très liquides que l'on veut acquérir ou vendre rapidement. Cet ordre sera exécuté au mieux de l'offre ou de la demande du marché, c'est à dire qu'il n'offre aucune garantie sur le prix.

Ordre au marché

L’ordre au marché ou ordre à tout prix. On ne précise pas de prix pour cet ordre qui est prioritaire sur tous les autres types d'ordres. Son exécution ne peut être que totale. Il n'y a donc pas de fragmentation des ordres avec une réponse partielle.

Il est utilisé pour négocier des valeurs sur des marchés peu liquides. On est ainsi sûr d'acheter ou de vendre les titres mais on prend un risque sur le prix d'exécution.

Exemple : un investisseur passe un ordre au marché d'achat de 120 actions. Dans le carnet d'ordres, les meilleures limites des vendeurs sont :

  • 20 titres à 65 euros,
  • 80 titres à 67 euros,
  • 220 titres à 68 euros.

L'ordre sera exécuté pour 120 actions dont 20 à 65 euros, 80 à 67 euros et 20 à 68 euros.

Les ordres complexes

Les ordres à modalités complexes, comme les ordres à seuil ou plage de déclenchement, permettent aux investisseurs d'assortir leurs interventions de conditions visant à saisir des opportunités ou à protéger leurs performances.

Ordre à seuil de déclenchement

L'ordre à seuil de déclenchement se déclenche lorsque le cours de la valeur franchit le niveau déterminé dans l'ordre. Pour un achat si le cours de la valeur franchit un seuil à la hausse et inversement pour la vente, lorsque le cours de la valeur passe en dessous d’un seuil. Lorsqu'il atteint le prix fixé, l'ordre à seuil se transforme en ordre à tout prix et il n'y a aucune garantie du prix d'exécution.

Pour ce type d'ordre, le cours spécifié doit être supérieur au dernier cours de la veille pour un achat, ou inférieur au dernier cours de la veille pour une vente.

L’utilisation d'un ordre à seuil de déclenchement pour réaliser un achat : le client anticipe la hausse d'une action dés lors que le cours de celle-ci aura franchi 30 euros. Le cours est actuellement de 29 euros et ne valide donc pas encore son anticipation haussière.

Avec son ordre d'achat à seuil de déclenchement, dès que la valeur arrivera à 30 euros, l'achat sera déclenché. Tant que le cours du titre est inférieur à cette limite, l'ordre d'achat ne sera pas exécuté.

L’utilisation d'un ordre à seuil de déclenchement pour une vente : Le client a acquis des actions à 30 euros en pensant qu'elles allaient monter. Par précaution, il peut fixer son seuil de perte à 5% soit un cours de 28,50 euros.

Il va donc passer un ordre de vente à seuil de déclenchement à 28,50 euros. Tant que le cours est supérieur à cette limite, l'ordre ne sera pas exécuté. En revanche, si le cours arrive à 28,50 euros, l’ordre devient actif et les titres sont vendus.

Les boursiers appellent cette stratégie, le stop de protection, il permet dès la passation de l'ordre de se fixer un niveau de perte maximal. L’ordre à seuil peut aussi accompagner un mouvement de hausse. Le client remontant en permanence son ordre de vente de protection au fur et à mesure que le cours de l’action monte.

Ordre à plage de déclenchement

La plage de déclenchement permet de fixer une fourchette de prix pour l'exécution. Au contraire de l'ordre à seuil de déclenchement, l’ordre à plage de déclenchement est assorti dune limite au-delà de laquelle l'ordre ne doit plus être passé. L'ordre n'est exécuté qu'à l'intérieur de la plage déterminée par le client qui fixe le cours minimal à ne pas dépasser pour une vente (et maximal pour un achat).

Cet ordre peut être exécuté partiellement, voire pas du tout, si le cours sort des limites.

Illustration avec une action achetée à 20 € et qui cote maintenant 40 €. En passant un ordre de vente à plage de déclenchement à 38 / 36 €, l’investisseur a un ordre de vente qui se déclenche à partir de 38 €, mais n'est exécuté que jusqu'à un cours de 36 €. Au dessous de ce seuil, l'ordre est annulé et le client conserve ses titres. Cela peut être judicieux si les cours reviennent à 38 € pour repartir à la hausse. En revanche, si la baisse se poursuit bien en dessous de 36 €, les titres n’étant pas vendus, le client risque de devoir supporter une moins value latente plus ou moins longtemps.

Les ordres stratégiques

Les ordres stratégiques sont destinés aux investisseurs soucieux d’assurer une gestion dynamique de leur portefeuille d’actions. Certains courtiers ont ainsi mis en place des « ordres tactiques » ou « ordres intelligents », pour permettre une plus grande réactivité des investisseurs particuliers.

L'ordre triple

L’ordre triple est composé de trois ordres envoyés successivement sur le marché. Le premier ordre exécuté conditionne l'envoi automatique des deux autres ordres.

Un client désire acheter 50 actions BNP Paribas qui cotent 50 euros. Il va fixer un ordre d'achat à cours limité à 50 euros. Il souhaite, si son ordre est exécuté revendre les actions BNP suivant deux hypothèses :

  • à cours limité si l'action atteint les 53 euros. Il aura ainsi réalisé une plus-value de 6 % ;
  • à seuil de déclenchement à 48 euros pour limiter la moins-value à 4 % s'il s'avère qu'il a fait une mauvaise anticipation.

Le client va donc passer un ordre triple.

L'ordre alternatif

L’ordre alternatif comprend deux ordres envoyés en même temps sur le marché. L'exécution d'un des ordres annule automatiquement le second.

Une personne possède des actions Vivendi qui cotent 25 euros. Il les a achetées 18 euros. Elle envisage deux scénarios de vente : le premier si l'action Vivendi monte à 29 euros (vente au cours limite de 29 euros).

Le second si le titre descend sous les 22 euros (vente à seuil de déclenchement à 22 euros). Dans ce second cas, la plus-value sera plus faible, mais, elle se protègera contre une baisse plus importante du cours de l'action Vivendi.

L'ordre séquentiel

L’ordre séquentiel correspond à deux ordres de sens opposés qui sont passés. Le second ordre est envoyé sur le marché lorsque le premier ordre a été totalement exécuté.

Un investisseur anticipe la baisse du cours d’une action, il saisie un ordre de vente à seuil de déclenchement à 27 euros. Lorsque la totalité de la vente est exécutée, un achat à 24 euros est automatiquement présenté sur le marché.

Deux ordres en sens opposé vont être enregistrés.

Sans être d'une extrême complexité, la technicité des ordres de bourse associée à leur nombre croissant, est devenue un atout de gestion attractif pour l’investisseur. L’utilisation optimale de ces ordres implique cependant que l’investisseur en ait une bonne maitrise.

Voir également sur le site : le compte-titres et le PEA, l'actualité de la Bourse de Paris.

© cbanque.com 2010-2018 / Thierry Duclos / Page à jour le / Droits réservés