Jeune conducteur : 6 trucs pour faire des économies sur votre assurance auto

permis de conduire
© Paolese - Fotolia.com

Avec un risque d'accident plus élevé, les conducteurs « novices » sont sanctionnés par une sur-tarification. Voici 6 astuces pour l’éviter !

Les tarifs des assurances auto pour les jeunes conducteurs s'envolent souvent. Les assureurs estiment en effet qu’ils ont quatre fois plus de chances de provoquer un accident qu’un automobiliste expérimenté. De ce fait, les compagnies d’assurances appliquent souvent des tarifs plus élevés pour les novices. Comment éviter une telle sur-tarification ? Quels sont les moyens de réaliser des économies ?

Qui sont les jeunes conducteurs ?

Il s'agit des personnes ayant obtenu leur permis depuis moins de 3 ans, quel que soit leur âge. Dans ce cas, l'assureur peut appliquer une surprime. Idem, quand vous n'avez jamais été assuré, même si vous avez votre permis depuis plus de 3 ans.

1-Passer son permis en conduite accompagnée

La grande majorité des assureurs applique une réduction pour tous les jeunes conducteurs ayant eu leur permis via la conduite accompagnée. Cette ristourne est généralement comprise entre 25% et 50% de la surprime. Certaines compagnies vont même jusqu’à une annulation totale de la majoration, permettant au jeune conducteur de bénéficier du même tarif qu’un conducteur expérimenté.

2-Opter pour une formule au tiers

Moins protectrice que la formule tous risques, le tiers reste tout de même une alternative pertinente pour les jeunes conducteurs. En effet, cette option profite d’un tarif moins élevé. Il convient de rester vigilant quant au niveau de garantie proposé (bris de glace, franchises, plafonds d’indemnisation...). Le tiers est recommandé essentiellement pour des véhicules anciens et dont la valeur est limitée. Dans le cas contraire, il est préconisé de s’orienter vers une formule tous risques.

3-Choisir minutieusement son véhicule

Le coût d’une assurance auto varie non seulement en fonction de l’ancienneté du permis du conducteur, mais également selon le type de véhicule assuré. Pour réduire la facture, les jeunes conducteurs doivent ainsi privilégier :

  • Un véhicule âgé de plus de 5 ans.
  • Un kilométrage de plus de 100 000 km afin d’opter sans conséquence pour une formule au tiers.
  • Une motorisation peu puissante. En effet, les assureurs refusent parfois de prendre en charge les grosses cylindrées au vu du risque d’accident.

Lire aussi : ce que vous devez savoir avant de souscrire une assurance auto

4-Comparer les contrats d’assurance

Pour déterminer leurs tarifs, les assureurs se basent souvent sur des critères et des analyses différentes. La politique commerciale peut également avoir une forte influence sur les prix pratiqués. Il n’est pas rare d’obtenir pour un même véhicule, un même conducteur et des garanties équivalentes, des tarifications allant du simple au triple d’une compagnie à l’autre. Demander plusieurs devis est un bon moyen de profiter du meilleur prix.

5-Opter pour la compagnie d’assurances de ses parents

Avant de faire le tour des assurances, tout jeune conducteur peut solliciter l’assureur auto de ses parents. En plus de simplifier la démarche, ce choix peut permettre de bénéficier d’avantages tarifaires. En effet, dans l’optique de fidéliser leurs clients, certaines compagnies d’assurances n’hésitent pas à proposer une réduction allant jusqu’à 10% pour les enfants de leurs assurés.

6-Payer selon sa conduite

Des assureurs souhaitant se démarquer de leurs concurrents proposent des formules innovantes qui peuvent avoir un réel intérêt pour les jeunes conducteurs :

  • Le « pay as you drive » : le titulaire de l’assurance auto paie sa cotisation en fonction du nombre réel de kilomètres parcourus.
  • Le « pay how you drive » : le jeune conducteur se voit récompensé ou pénalisé par une modification du prix de son assurance en fonction de son style de conduite (respect du code de la route, vitesse…).

Ces systèmes fonctionnent grâce à l’installation d’un boitier annexe dans le véhicule ou via le téléchargement d'une application sur le smartphone du jeune conducteur.

Le point sur la réglementation

Si une sinistralité plus importante permet aux assureurs de pratiquer des tarifs plus élevés pour les jeunes conducteurs, l’Etat a tout de même imposé des limites à ne pas franchir. Ainsi, au maximum, un conducteur reste considéré comme novice pendant les 3 années suivant l'obtention de son permis. Les tarifs prohibitifs ont également été limités à une augmentation de 100% de la prime de référence. Au terme d’une année sans sinistre responsable, cette sur-tarification doit être réduite obligatoirement à 50%.

Partager cet article :

© cbanque.com / EB / Juin 2019

Commentaires

Soyez le premier à réagir à cette actualité !

Ajouter un commentaire

Me prévenir en cas de nouveau commentaire