Paiements : le cash fait de la résistance

Billets de 10 euros en rouge
© bofotolux - Fotolia.com

Contrairement à une idée de plus en plus répandue, l’usage des espèces pour les paiements du quotidien n’est pas en déclin dans la zone euro, comme le montre une étude de la BCE. Et ce malgré la préférence des Européens pour la carte bancaire.

On l’annonce de plus en plus souvent : l’avènement d’une société sans argent liquide, où tous les paiements seraient devenus électroniques. Un futur généralement illustré par l’exemple de la Suède ou de la Norvège, où l’usage du cash a effectivement été ramené à la portion congrue. Dans le même temps, l’offensive contre les espèces est bien réel, qu’elle soit le fait des Etats, qui souhaitent limiter leur usage pour lutter contre la fraude sociale, le blanchiment ou le financement du terrorisme, ou des banques, qui font la promotion de la carte, beaucoup plus rentable pour elles.

Poutant, la cashless society n’est sans doute pas pour demain. Une récente étude de la Banque centrale européenne (1) le montre : le cash fait mieux que résister. « (...) L’usage des espèces en point de vente reste très répandu dans la plupart des pays européens », indique la BCE, qui remet en cause « l’idée d’une accélération du remplacement du cash par des moyens de paiement cashless. »

Le Sud et l’Est contre le Nord

Selon les estimations de la BCE, le cash domine toujours largement les paiements effectués en points de vente physiques (commerces, restaurants, stations essence, etc.) : il est impliqué en 2016 dans 79% des achats, contre 19% pour la carte bancaire. Les paiements en espèces dominent également en valeur : ils représentent 54% des sommes dépensées par les ressortissant(e)s de la zone euro, contre 39% pour la carte.

Le cash résiste particulièrement bien dans deux zones géographiques : l’Europe centrale (Allemagne, Autriche et Slovénie) et du Sud (Grèce, Chypre, Malte), où son usage dépasse les 80%. Sans surprise, les pays du Nord ont eux déjà opéré leur transition vers le cashless : aux Pays-Bas, en Estonie ou en Finlande, les espèces représentent moins de 54% des paiements.

En France, le cash limité aux petits montants

La France, elle, est en position intermédiaire, avec 68% des paiements du quotidien effectués en cash. Elle se distingue toutefois par un usage concentré sur les paiements de petit montant. L’argent liquide ne représente ainsi que 28% des montants payés, un chiffre parmi les plus bas de la zone euro, tout juste supérieur à celui des Pays-Bas (27%).

D’autres chiffres indiquent que le seuil de passage à la carte est plus bas en France qu’ailleurs. Le montant moyen d’un paiement en cash dans l’Hexagone est le plus bas de la zone euro, à égalité avec le Portugal : 7,50 euros, contre 12,40 euros en moyenne générale. Et seulement 3% des paiements de 100 euros et plus se font en liquide. C’est là encore le plus faible chiffre de la zone euro, très loin de la Grèce (26%).

Les Français sont aussi les Européens qui emportent le moins d’espèces avec eux : 32 euros en moyenne, contre 65 euros dans la zone euro. Logique : ils ne retirent que 29 euros en moyenne à chaque passage au DAB, contre 109 euros par exemple pour les Allemands. Enfin, ils sont moins enclins que leurs voisins à faire des réserves de cash : seuls 15% d’entre eux gardent de l’argent liquide chez eux, contre près d’un quart des Européens

Une absence de choix ?

Au-delà du constat, la BCE cherche des éléments d’explication à la résistance du cash. Car il y a un paradoxe : « Lorsqu’on interroge les consommateurs sur leurs moyens de paiement préférés, une large part déclare préférer la carte, alors même qu’ils utilisent plus souvent le cash », constate l’étude. La carte est notamment plébiscitée par 66% des Français.

La BCE fait cette hypothèse : si les ressortissants de la zone euro utilisent à ce point le cash, c’est sans doute parce qu’ils n’ont pas le choix. Les deux tiers des paiements en points de vente physique, en effet, sont d’un montant inférieur à 15 euros, un seuil en dessous duquel les commerçants n’acceptent pas toujours la carte. Et la même proportion d’achats se fait dans des petits commerces, pas toujours équipés de terminaux de paiement. D’où cette conclusion de la BCE : « On peut supposer que dans des pays où l’acceptation de la carte est encore faible, l’usage du cash diminuera quand l’infrastructure de paiement par carte s’améliorera ».

(1) « The use of cash by households in the euro area », publiée en novembre 2017.

Partager cet article :

© cbanque.com / VM / Mars 2018

Commentaires

Publié le 8 mars 2018 à 18h26 - #1Compte anonyme

En cas de crise bancaire grave, rien de tel que du cash, on a vu
l 'exemple relativement récent de la Grèce avec comptes bloqués et retraits limités. Ils aimeraient bien les banquiers ...mais non !

Trouvez-vous ce commentaire utile ?144
Publié le 9 mars 2018 à 13h37 - #2jaicruvoir
  • Homme

Je paye le plus possible en cash.
Car le système bancaire est virtuelle et qu'en cas de crise à la Chypre il ne restera que le Cash pour survivre

Trouvez-vous ce commentaire utile ?82
Publié le 9 mars 2018 à 16h19 - #4Francis92
  • Homme
  • Le plessis robinson

Remarquable la conclusion de la BCE ! D'ailleurs quand il ne pleuvera plus je rangerai mon parapluie....

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10
Publié le 9 mars 2018 à 17h21 - #5Français B julienne
  • Homme
  • France

On ne peut plus retirer de l'argent liquide en France:
Les agences bancaires refusent les sommes demandées au niveau des guichets et imposent le distributeur automatique dont la coupure maximale est de 50€.de ce fait les français ne disposent plus ,illégalement ,de billet de100,200et500€.
Tracfin aide les banques à nous faire passer pour des délinquants lorsque nous osons retirer 3,4ou 5000€ en liquide et nous demander ce que nous voulons en faire!Il y a une volonté manifeste de tarir le liquide
Afin de supprimer toute vie privée (surveillance par la carte) et d' inactiver la carte si nous ne sommes
pas d'accord avec le système dictatorial français et européen avec des cartes non sécurisées par ailleurs.Le off shore ne ressort pas du peuple mais de nos soit disant élites.
Il y a le roi soleil,(élysée) la petite et haute noblesse politicards), les courtisans ( nombreux journalistes)et le peuple qui paye le train de vie exhorbitant des précédents et les jeux de Rome (artistes ,sportifs) pour occuper le peuple et les faux sondages pour manipuler leurs esprits.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?161
Publié le 12 mars 2018 à 11h56 - #6manuthetall
  • Homme
  • Lille

Certains s'insurgent de la "surveillance" par l’état et les banques.
Certains se révoltent de la fraude fiscale "massive" en France (Chiffre très relatif si l'on compare aux autres pays européens).
Ce sont en plus souvent les mêmes.
Il faut savoir ce que l'on veut.
l'erradication de la fraude passe par du contrôle.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?11
Publié le 14 mars 2018 à 07h20 - #7Compte anonyme

Pou moi le cash c est la liberté, ça m inssuporte totalement que mon banquier soit au courant de toute ma vie rien qu en voyant mon compte bancaire, mes déplacements, mes achats, je ne vois pas pourquoi, également, je devrais lui dire ce que je compte faire d une grosse somme lorsque j en ai besoin, j estime que vu tout les frais et autres que tout les petits porteurs comme moi payons, nous n avons pas à nous justifier . L argent sur mon compte m appartient, c est le fruit de mon travail et j en fais ce que je veux , une fois que la banque s est grassement payé dessus. Je n admets pas toutes ces obligations et contraintes bancaires qui sont pour moi une atteinte à ma liberté et à ma vie privée. Je ne comprends pas toutes ces personnes qui n ont même pas de quoi payer ne serait ce qu un café en liquide ......comment peut on être aussi crédule vis à vis des banques .......

Trouvez-vous ce commentaire utile ?42
Publié le 18 mars 2018 à 15h18 - #8roucasse

Je rejoins le commentaire de manuthetall. Le français est contradictoire, je rajouterais même qu'il est bien ignorant. Beaucoup de gens ne veulent pas payer par carte pour ne pas donner d'informations aux banquiers. Pourtant nous laissons bien plus d'informations avec notre téléphone portable. On peut connaître tous nos déplacements (le tueur Lelandais s'est fait trahir par le bornage de son portable), téléchargements, historique de navigation et même mots de passe pour les plus fous. Si on vous le vole, c'est certainement plus problématique.
La disparition de l'argent liquide serait une aubaine. Vous avez déjà entendu parler d'un dealer qui prend la carte bancaire ? Plus de liquide et c'est la disparition du trafic de drogue. La fin du travail au noir. Les fraudeurs démasqués. Fini le cumul emploi au noir et allocations. La fraude à la TVA, c'est 10 milliards d'euros chaque année en France. La fin de l'argent liquide, c'est des rentrées d'argent de plusieurs dizaines de milliards pour la France. Fini l'injustice où seules les personnes honnêtes subissent les hausses d'impôts.
Enfin, certains refusent les cartes bancaires car elles ont un coût. Ne croyez-vous pas que le liquide a un coût pour les entreprises et les banques ? Compter, sécuriser l'argent et le faire transporter dans des fourgons blindés coûtent des fortunes. Tout cela, beaucoup n'en n'ont pas conscience. Les français ne vont pas plus loin que le bout de leur nez. C'est triste car c'est bien à cause de ça que notre pays va droit dans le mur.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?13
Publié le 19 mars 2018 à 16h10 - #9Compte anonyme

manuthetall et roucasse, votre idée de combattre la fraude fiscale est noble mais désolé de vous dire que les grands fraudeurs exercent leurs talents hors de France dans les paradis fiscaux. Le travers de quelques uns devraient conduire a suspecter tout le monde. Eh bien non ! J' estime que
j' ai le droit de disposer de mon argent comme bon me semble !
Vive le cash !

Trouvez-vous ce commentaire utile ?20
Publié le 19 mars 2018 à 16h55 - #10manuthetall
  • Homme
  • Lille

il ne faut pas confondre optimisation fiscale et fraude fiscale.
Faire reprendre tes plafonds par tonton Henri, avec paiement au black, c'est de la fraude.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 20 mars 2018 à 09h49 - #11Compte anonyme

Ah oui, optimisation fiscale, Cahuzac en Suisse et à Singapour, il optimisait. Laisser moi rire, faites la chasse aux gros plutôt que d'EMMM. les petits, vous serez crédibles.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10
Publié le 20 mars 2018 à 11h53 - #12manuthetall
  • Homme
  • Lille

tu cites des exemples de fraudes, qu'il faut chasser sans faiblir.
Gros, Petits.. les gros des uns sont les petits des autres.
donc pas de distinction.
Pour l'optimisation fiscale, il est urgent d'avoir une action coordonnée au niveau EU, pour limiter les abus à la Google, McDO, Apple...

Trouvez-vous ce commentaire utile ?01
Publié le 26 mars 2018 à 10h50 - #13moimoi007

Vive le cash et pour longtemps

Trouvez-vous ce commentaire utile ?

Ajouter un commentaire