Retraite complémentaire : pourquoi il faut vérifier scrupuleusement son relevé de carrière

Cotisations retraite sur un bulletin de salaire
© HJBC - stock.adobe.com

Vous avez reçu un « relevé de situation individuelle » de la part de l’Assurance retraite, d’Agirc-Arrco ou de la Sécurité sociale des indépendants ? Ne le jetez surtout pas après l’avoir parcouru d’un œil ! Voici pourquoi.

Quand vous êtes trentenaire ou quarantenaire, la retraite reste un oasis lointain, voire un mirage, de peur que les multiples réformes ne compromettent votre future pension… Tous les sondages et consultations récentes illustrent l’inquiétude que génère la retraite pour les personnes actives. Dans ce contexte, que faire du « relevé de situation individuelle » ? Un document listant l’ensemble de vos activités passées, mais où vous ne découvrez aucune simulation ni aucune explication sur le calcul de votre future pension…

Où et comment trouver votre relevé de carrière ?

Le « relevé de situation individuelle », ou « RIS », est envoyé à l’ensemble des Français ayant cotisé à partir de leur 35 ans, puis tous les 5 ans jusqu’à 50 ans. Il est remplacé par une information plus détaillée à partir de 55 ans.

Rien ne vous oblige toutefois à attendre ces anniversaires : « Ces informations sont disponibles à tout moment sur le site Info-retraite… mais peu de personnes le savent ! » souligne Valérie Batigne, présidente fondatrice du cabinet d’expertise Sapiendo Retraite.

Info-retraite : une connexion facile avec France Connect

Les informations personnalisées disponibles sur info-retraite.fr sont mises à jour chaque année (entre janvier et juin) dès votre première cotisation. Vous pouvez créer votre espace personnel en vous connectant à l’aide de FranceConnect, donc avec vos identifiants Impots.gouv, La Poste ou Ameli… Vous aurez alors uniquement besoin de votre numéro de Sécurité sociale.

Des informations détaillées sont aussi disponibles sur les sites de l’Assurance retraite, d’Agirc-Arrco, etc. Mais seul Info-retraite permet d’avoir une vue d'ensemble sur les régimes de base et complémentaire.

Ce qu’il faut regarder et vérifier sur votre relevé

« On s’intéresse peu à ce document, à tort », regrette Valérie Batigne. « Il faut le garder, et surtout le lire et le comprendre ! Il s’agit du résumé de votre carrière professionnelle, tous régimes confondus, y compris pour un agriculteur, un commerçant… Un feuillet est consacré à chaque régime : l’un pour le régime de base des salariés, un autre pour la retraite complémentaire, etc. » Plus concrètement, si vous avez été salarié du privé pendant toute votre carrière, un feuillet est consacré à l’Assurance retraite (la Cnav), le régime de base. Un deuxième feuillet décompte vos points Agirc-Arrco, les régimes Agirc (pour les cadres) et Arrco (l’ensemble des salariés du privé) ayant fusionné en 2019. Une dernière feuille, avec l’entête « Info retraite », vous offre une synthèse de l’ensemble de vos droits : la retraite de base, exprimée en trimestres, et la complémentaire, en points.

Valérie Batigne, de Sapiendo Retraite, livre un premier conseil : « Vérifiez que toutes vos expériences professionnelles figurent bien sur ce document. En théorie, tout y est, mais on nous rapporte régulièrement des oublis. Vérifiez par exemple qu’il y ait bien 4 trimestres chaque année… S’il en manque, autant s’en occuper dès à présent en envoyant des justificatifs à l’Assurance retraite. Ou en effectuant si besoin des démarches auprès d’un ancien employeur. »

Ce document permet aussi d’identifier un manque provenant d’un régime complémentaire particulier. Un exemple, détaillé par Agirc-Arrco : « Si avant de rentrer dans la vie active, vous avez fait des petits boulots, ces petits boulots vous ont peut-être permis d'obtenir des droits dans d’autres régimes, par exemple au régime agricole des salariés (MSA) si vous avez fait quelques travaux agricoles saisonniers, ou des points Ircantec si vous avez donné des cours ou si vous avez été pion dans un collège ou un lycée. » Sauf erreur administrative, ces expériences et les points et trimestres correspondant doivent figurer dans votre relevé de carrière.

Régimes général et complémentaire : quelle différence ?

La complémentaire n'a rien à voir avec l’épargne retraite (PER, Perp, Madelin…), qui répond à une logique de capitalisation personnelle ! La retraite par répartition se découpe en deux familles : le régime de base (Assurance retraite, MSA, Sécurité sociale des indépendants) et le régime complémentaire (Agirc, Arrco, Ircantec, Cipav, ex-RSI…). Le mode de calcul dans ces deux régimes sont différents.

Pour la retraite de base, le nombre de trimestres validés (4 maximum par an) permet de déterminer un taux, lequel sera appliqué au salaire annuel moyen de vos 25 meilleures années. Quelques éléments complémentaires, tels que le nombre d’enfants, peuvent ensuite majorer ce montant de base.

Pour la retraite complémentaire, au régime Agirc-Arrco dans le cas des salariés du privé, chaque expérience vous permet d’accumuler des points, lesquels ont une valeur directement convertible en euros : « En théorie, il suffit de multiplier le nombre de points par la valeur du point », explique Valérie Batigne. « Ainsi pour un point Agirc-Arrco à 1,271 [valeur en novembre 2019, NDLR], si vous avez 1 000 points, vous avez droit à une retraite de 1 271 euros par an pour le régime complémentaire. Le point, c’est une rente annuelle et viagère, en euros brut avant charges et impôts ! Mais il faut être conscient que la valeur du point peut varier. »

Comment traduire votre relevé en droits à la retraite ?

« Il manque effectivement sur le relevé de situation individuelle une traduction en euros », concède la fondatrice de Sapiendo Retraite. La solution ? Utiliser un simulateur en ligne. Soit celui proposé par Info-retraite, soit l’un des nombreux simulateurs d’acteurs indépendants, qui proposent le plus souvent une optimisation de la retraite suite à cette démarche.

Le simulateur Info-retraite réclame quelques informations complémentaires : situation familiale, activité actuelle, niveau de salaire… Il vous soumet ensuite une estimation de l’évolution de vos revenus, avec divers scénarios (revenus stables au fil des ans, augmentation progressive, etc.). Vous obtenez alors un montant de retraite mensuel plus ou moins important selon l’âge de départ sélectionné, entre 62 et 67 ans, l’actuelle échéance pour le taux plein automatique. Vous découvrez finalement une estimation de pension brute, convertible en net, et le pourcentage versé d’une part par les régimes de base, et d’autre part par les complémentaires.

Cette simulation vous permet aussi de connaître le nombre de trimestres de cotisation nécessaires pour obtenir la retraite à taux plein. Sur ce point, votre relevé de carrière permet d’identifier les années où vous avez insuffisamment cotisé pour que 4 trimestres soient validés. Une information importante puisque ces années incomplètes ouvrent la porte à un rachat de trimestres, avant votre départ à la retraite, afin d’optimiser votre pension.

Un entretien gratuit à 45 ans, une estimation indicative à 55 ans

A 55, 60 et 65 ans, vous ne recevez plus un simple relevé de situation mais une « estimation indicative globale », qui récapitule les droits acquis via l’ensemble des régimes et qui comporte une estimation de votre pension.

Par ailleurs, dès 45 ans, vous pouvez solliciter un « entretien d’information retraite » gratuit auprès de votre caisse de rattachement, afin de faire un point personnalisé.

La réforme des retraites va-t-elle rendre ce relevé caduc ?

La réforme des retraites actuellement menée par le gouvernement et pilotée par Jean-Paul Delevoye va-t-elle remettre en cause l’ensemble du système actuel ? Impossible de le savoir, puisque Matignon répète lui-même à l’envi que « rien n’est tranché » ! La principale volonté du gouvernement ne fait toutefois pas mystère : créer un système universel pour remplacer les multiples régimes actuellement en vigueur.

Dès lors, le relevé de carrière peut-il être jeté aux oubliettes ? Surtout pas, coupe Valérie Batigne : « Il y aura nécessairement une photographie des droits à la veille de la réforme. Et ces droits seront alors convertis en euros, avant d’être convertis en points dans le nouveau système. Donc autant être vigilant avant la réforme ! Même s’il devrait être toujours possible de signaler un oubli une fois la réforme des retraites en vigueur. » Et afin d’éviter un départ en retraite chaotique, à la recherche de justificatifs perdus à l’image de Gérard Depardieu dans le film Mammuth, elle livre un dernier conseil : « Gardez tous vos justificatifs de revenus : dans l’idéal il ne faut rien jeter et numériser l’ensemble. »

Partager cet article :

© cbanque.com / MoneyVox / BL / Novembre 2019

Commentaires

Me prévenir en cas de nouveau commentaire
Publié le 15 novembre 2019 à 10h38 - #1Tomas466
  • Homme
  • Bretagne
  • 40 ans

Pour précision, les auto-entrepreneurs et micro-entrepreneurs exerçant une profession libérale (conseils, traducteurs, développeurs, etc.) ont tout intérêt à demander leur relevé individuel de carrière et à le regarder de très près : ils s'apercevront probablement que la Cipav, leur caisse de retraite obligatoire, tronque leurs points de retraite complémentaire sans vergogne du fait d'une interprétation erronée des textes. Et dans certains cas il n'y a tout simplement plus aucune indication de points obtenus à partir de l'année 2016 ! Une action en justice auprès du pôle social du tribunal de son domicile est alors nécessaire pour obtenir une requalification de ses points qui, dans certains cas, peut être massive (un micro-entrepreneur à Bobigny est ainsi passé de 20 à 372 points après décision favorable du juge !). Un cabinet d'avocats parisiens s'est spécialisé et propose une action de masse pour un montant réduit, on la trouvera facilement via son moteur de recherche préféré.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?62
Publié le 15 novembre 2019 à 13h21 - #2HHB

Je fais partie de ceux qui ont demandé un relevé en ligne pour vérifier, malgré mon « jeune » âge, que tout était en ordre. Or tout n'est pas en ordre, notamment la prise en compte des années d'apprentissage. Elles ne sont pas indiquées sur le relevé et les contacts que j'ai eu avec la CNAV aboutissent tous à la même directive : attendez le moment du calcul du montant de la retraite pour faire valoir vos réclamations. Super utile…

Trouvez-vous ce commentaire utile ?40
Publié le 15 novembre 2019 à 13h44 - #3clara1949
  • Femme
  • Basse-Normandie
  • 70 ans

Le problème est que lorsqu'on arrive à la retraite, je me demande comment la retraite est calculée car tout est flou. Par exemple, on m'avait dit si vous prenez votre retraite à 60 ans, vous aurez 310 euro par mois, si vous la prenez à 65 ans, vous aurez 410 euro (environ) et bien j'ai bêtement attendu mes 65 ans et j'ai eu en fin de compte 310 euros. Alors si vous le pouvez, prenez votre retraite dès que possible et n'attendez pas comme moi de vous faire gruger. Il faudrait des organismes comme aux USA que vous payez mais qui regardent et qui décortiquent ce auquel vous avez droit. Encore un métier à faire. J'ajoute que je n'ai travaillé que 17 ans et c'est la raison pour laquelle ma retraite est si faible.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?20
Publié le 15 novembre 2019 à 16h51 - #4Pierre-Louis
  • Homme
  • Dordogne ( 24 )
  • 61 ans

Il me semble en effet navrant que le tableau que l'on reçoit soit issu d'une " boîte noire " !
J'ai passé pas mal de temps sur le dernier document reçu ( j'ai 61 ans ) et malgré la connaissance des textes, des coefficients de revalorisation annuels et un niveau mathématique conséquent, je suis parvenu à retrouver les résultats qui m'ont été transmis pour certaines années, mais pas pour toutes, alors que les sommes ou les durées cotisées chaque année correspondent parfaitement à ce qui figure dans ce récapitulatif !
J'aurais bien aimé trouver par moi-même les résultats qui m'ont été transmis.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?30
Publié le 15 novembre 2019 à 20h04 - #5Chani
  • Gard
  • 67 ans

1) bien détailler le RIS envoyé par la CNAV. Pour cela prendre ses BS année après année et contrôler que chaque montant porté au RIS pour une période (soit à fin décembre, soit à la fin du contrat en cours d'année) correspond au total des cotisations vieillesse cotisées portées au BS(attention il y a des plafonds).
Parfois une boite qui a fermé a "oublié" de verser les cotisations et elles peuvent donc être absentes sur le RIS.
2) vérifier que toutes les formations pro menées pendant les périodes de chômage sont indiquées, elles procurent des trimestres.
3) reconstituer tout son parcours et vérifier que les relevés des complémentaires n'ont oublié aucune période.
C'est laborieux mais bien m'en a pris j'ai relevé un nombre incalculables d'oublis et je pense que si je ne l'avais pas fait j'aurais perdu pas loin d'1/5eme de ma retraite totale.
Le site de la CFDT consacré à la retraite est une aide précieuse.
bon courage.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10
Publié le 15 novembre 2019 à 21h33 - #6Marieange
  • Femme
  • Nice
  • 61 ans

Bonsoir
Pour répondre à Clara1949 il existe un organisme qui fait un contrôle et correction de votre carrière c est Neoviaretraite.fr un ami à moi est passé par eux et neovia lui a récupéré 250 par mois

Trouvez-vous ce commentaire utile ?21
Publié le 16 novembre 2019 à 07h32 - #7Mon péi ça le gayar !
  • Homme
  • 974
  • 58 ans

@marieange : combien coûte la prestation neovia svp?
Mon RIS ne mentionne pas ma période de service national que j’ai effectué en tant que VAT coopération . G transmis à la Cgss mon attestation il y a plus d’un an mais je ne vois aucun correctif en ligne.
Comment faire ?

Trouvez-vous ce commentaire utile ?20
Publié le 16 novembre 2019 à 09h53 - #8Compte anonyme

Ne vous attendez pas à une grosse retraite complémentaire. Depuis 10ans que je la touche je viens d'être augmenté de 59 centimes.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10
Publié le 16 novembre 2019 à 18h30 - #9toby01854
  • Homme

Moi j'ai pas pu fournir l'année 1984/85 ,ayant perdu les feuilles de paie de l'époque,l'entreprise est fermé , malgré que la sécu a des versements ,l'arrco ne reconnaît rien . Au final une année de perdu ,c'est un cercle vicieux je trouve bizarre l'arrco devrait s'aligner sur la sécu .J'ai laissé tombé car toutes mes démarches sont restées sans effets

Trouvez-vous ce commentaire utile ?20
Publié le 17 novembre 2019 à 09h29 - #10Compte anonyme

Il me manque des trimestres j ai fait le nécessaire auprès de la cnav en leur envoyant toute mes fiches de paies des trimestres manquant il m ont tout renvoyé en me disant qu il fallait que j attende mes 60 ans j en est 51 que pour l instant il traiter les dossiers des personnes qui aller être en retraitr

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10
Publié le 17 novembre 2019 à 12h39 - #11prune
  • Femme
  • Paris
  • 74 ans

J'ai pris ma retraite au 1er janvier 2017. Ma carrière a été très compliquée à reconstituer, de nombreux employeurs, de très nombreux CDD, des périodes de chômage et fin de carrière en CDI. Garder impérativement toutes ses feuilles de salaire et les justificatifs des paiements des périodes de chômage indemnisées et des périodes non indemnisées et garder aussi les attestations des employeurs, les contrats, etc. Les périodes indemnisées sont comptabilisées en trimestres pour la retraite de base (Cnav) et en points pour la complémentaire. Les périodes non indemnisées donnent droit à des trimestres pour la retraite de base dans une certaine limite. Pôle emploi prétend ne pas garder d'archives au-delà de 10 ans. Vérifier systématiquement la prise en compte des oublis par les caisses. Pour ma part, un oubli régularisé engendrait de nouvelles erreurs ou oublis sur des périodes qui avaient été bien répertoriées. Il peut être intéressant de faire appel à une société spécialisée pour reconstituer une carrière. Cela a un coût (3.000 €, pour moi). Le faire suffisamment tôt car ces sociétés n'ont plus la main sur notre carrière une fois la liquidation de la retraite demandée. Ce fût aussi mon cas. Je me suis donc débrouillée seule, et après un premier rendez-vous à la Cnav et avec ma caisse de retraite complémentaire, je n'ai pas réussi à obtenir de nouveau rendez-vous après réintégration des périodes oubliées, ni de nouveau justificatif détaillé de ma carrière reconstituée. Vérifier aussi lorsque vous avez travaillé dans certaines branches professionnelles qui donnent droit à une retraite supplémentaire le calcul du versement unique que l'on vous propose lorsque vous n'avez pas travaillé assez longtemps dans ce secteur. Ce versement unique représente certes une belle somme sur le moment mais qui vous dit que vous n'auriez pas eu droit et intérêt à un versement mensuel de cette retraite "spéciale" toute votre vie.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10
Publié le 17 novembre 2019 à 14h45 - #12clara1949
  • Femme
  • Basse-Normandie
  • 70 ans

Je réponds à Mériage : merci de votre réaction. J'ignorais l'existence de ce genre d'organisme. Je vais me mettre en contact avec eux, on ne sait jamais, cela fait 5 ans que je reçois ma retraite. J'avais calculé ce que toucherait mon époux à la retraite, apparemment c'était le bon calcul puisque je ne m'étais trompée que de 50 francs. Il faut voir car avec la retraite, il y a deux poids, deux mesures. une de mes amies a été institutrice pendant 17 ans, elle touche 850 euros par mois alors que pour la même période, je touche un peu plus de 300 euros. Il est vrai que mon salaire était moindre mais quand même. Même elle trouve que ce n'est pas juste.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 18 novembre 2019 à 10h01 - #13Manu SIFP
  • Homme
  • Alsace
  • 42 ans

Je me rends compte dans ce relevé de carriere qu'on se fait bien avoir quel que soit le gouvernement.
100 euros de salaire brut me rapportait 0,50 point arrco en 2002-2003, puis 0,46 point en 2006, puis 0,42 en 2009, puis 0,40 en 2016, puis 0,38 en 2017 et 0,37 point en 2018...
Dans 25 ans en fin de carriere, j'arriverai à combien (0,10 ou 0,15 point) ?
Du grand nimporte quoi.
Nous sommes une generation sacrifiee et je suis prêt a parier que nous vivrons en plus moins longtemps que nos parents (avec tout ce qu'on avale- ce qu'on stresse...)
L'esperance de vie baisse déjà aux Etats Unis...
Pfff

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10

Ajouter un commentaire