Immobilier : les loyers moyens 2013 de 1.289 villes désormais publics sur le site web de Clameur

  • Par
Immeubles à Antony dans les Hauts-de-Seine
Immeubles à Antony (92)

Clameur, l’observatoire des loyers tenu par un conglomérat d’acteurs du marché immobilier, ouvre au grand public sa base de données, qui permet de connaître les loyers moyens de chaque région, chaque département et de près de 1.300 communes ou agglomérations. Un outil utile pour les particuliers à l’heure de la mise en œuvre de l’encadrement des loyers.

Clameur (1) est un observatoire des loyers créé en 1998 non pas par l’Etat mais par un ensemble d’acteurs du marché. Parmi les membres actuels figurent des groupements de propriétaires et de professionnels (FFB, FPI, Unis, UNPI, Plurience, etc.), des promoteurs (Nexity, Bouygues, etc.), des sociétés d’investissement (Gecina, Icade, etc.) ainsi que des réseaux d’agences et de gestionnaires de biens (Foncia, SeLoger, Century 21, etc.). En résumé, la majeure partie des acteurs phares du marché immobilier.

La semaine passée, Clameur a annoncé l’ouverture au grand public de l’accès aux données détaillées de son observatoire sur 1.289 villes et sur l’ensemble des régions françaises. Jusqu’à présent, ces informations étaient réservées aux membres, les internautes devant se contenter d’analyses conjoncturelles, de données globales et des loyers de l’année précédente au niveau local.

Des données actualisées chaque mois en juin 2014

Les particuliers disposent désormais d’un important niveau de détail. Exemple avec Tassin-la-Demi-Lune, petite cité de l’agglomération lyonnaise. Les particuliers peuvent désormais accéder à une page dédiée à la ville (2) répertoriant le niveau moyen des loyers hors charges et son évolution annuelle (11,7 euros du m2, -0,6%), la durée moyenne d’occupation des logements (52 mois), la surface moyenne (63,2 m2), l’évolution du loyer lors d’une relocation (+2,7%), etc. Ces données portent sur les locations de marché, donc sur les baux signés en 2013.

Sur les pages régions, les données sont plus globales mais elles permettent de cerner les évolutions sur le long terme et de comparer les loyers selon le type de logement : studios, 2 pièces, etc. Les données détaillées sur les départements ne sont en revanche pas encore accessibles au public. Mais Clameur annonce dans le communiqué diffusé la semaine passée que de nouveaux indicateurs seront disponibles à partir de juin 2014, et actualisés chaque mois : loyers, état du portefeuille des biens disponibles à la location et délai de réalisation des affaires pour chaque ville.

Clameur, un instrument de pression pour les professionnels

Quel est l’intérêt, pour ces professionnels de l’immobilier, de rendre publiques des données autrefois réservées à quelques initiés ? Les représentants du groupement ont annoncé cette ouverture le 10 septembre dernier lors d’une conférence de presse qui leur a permis de réaffirmer leur désapprobation de l’encadrement des loyers décidé dans le cadre de la loi Alur portée par Cécile Duflot.

Lire : Immobilier : les professionnels montent leur propre observatoire des loyers

Clameur permet à ces professionnels de disposer d’un outil de comparaison des données qui seront publiées par les observatoires de loyers dont la création est prévue par la loi Alur. Ainsi, le 10 septembre dernier, le groupement Clameur contestait la « flambée des loyers » mise en avant par la ministre du Logement. Selon Clameur, les loyers de marché ont augmenté à un rythme légèrement moindre à l’inflation depuis 2006.

Un simulateur plus performant en région parisienne

Ce rapport de force a une incidence positive pour les particuliers. Les locataires et les propriétaires disposent désormais de données fiables pour établir un loyer ou pour comparer les tarifs. Car à ce jour, seuls les franciliens disposent d’un simulateur de calcul des loyers en ligne, sur le site web de l’Observatoire des loyers de l’agglomération parisienne (Olap), une association créée en 1987. Ce site (3) offre même un niveau de détail supérieur à celui de Clameur. En entrant une commune, un nombre de pièces et une surface, le simulateur de l’Olap calcule le tarif médian (4) au m2, le loyer mensuel qui correspond et la médiane majorée de 20%, future limite de fixation d’un loyer si la loi Alur est adoptée en l'état.

Un privilège pour l’heure réservé aux habitants d’Ile-de-France. En province, certaines agences départementales pour l’information sur le logement (Adil) publient un tableau de bord des loyers sur leur site web mais cela n’a rien de systématique.

(1) Acronyme pour « Connaître les loyers et analyser les marchés sur les espaces urbains et ruraux ».

(2) Les pages dédiées aux communes sont accessibles dans « Connaître sa ville » dans « Les tendances des villes ».

(3) www.observatoire-des-loyers.fr

(4) Le loyer médian est celui au milieu d’un ensemble de loyers donné. 50% sont supérieurs, 50% sont inférieurs. Dans des zones où il existe quelques loyers très hauts ou quelques loyers très bas, l’indicateur médian est plus indicatif que la moyenne.

Partager cet article :

© cbanque.com / BL / Décembre 2013