Assurance auto : ce que vous devez savoir avant de souscrire

embouteillages
© ARTENS - Fotolia.com

Assurance au tiers, tous risques, options, franchises… Il est parfois difficile de s’y retrouver avant de choisir une protection pour son véhicule. Explications !

Qu’il s’agisse d’une voiture, d’une moto ou d’un scooter, assurer son véhicule est une obligation légale. Au-delà de cette seule obligation, l’assurance auto permet de protéger le véhicule, le conducteur, les passagers et les tiers. Elle joue donc un rôle capital. Pour bien choisir son assurance auto, il est nécessaire d’en comprendre les composantes.

Assurance auto au tiers ou tous risques : quelles différences ?

Le premier critère distinctif d’un contrat d’assurance auto est sa formule au tiers ou tous risques. Ces contrats sont parfois confondus, mais présentent pourtant des différences importantes.

La formule dite « au tiers » correspond à l’assurance minimale obligatoire pour circuler selon l’article L. 211-1 du code des assurances. La responsabilité civile de l’assuré ainsi que des autres conducteurs du véhicule est ainsi garantie. Le tiers couvre les dommages matériels et corporels qui peuvent survenir durant la conduite ou le stationnement du véhicule. Seuls les dommages causés aux tiers, c’est-à-dire aux autres personnes que l’assuré, sont couverts par cette formule d’assurance. Concrètement, en cas d’accident responsable, les dommages corporels subis par autrui et les dommages matériels au véhicule tiers sont couverts par l’assurance. En revanche, le conducteur lui-même, son véhicule et ses passagers ne le sont pas.

L’assurance auto tous risques est une formule plus onéreuse que l’assurance au tiers. En effet, ses garanties sont plus étendues. En cas d’accident responsable, le conducteur, son véhicule et ses passagers sont ainsi couverts pour les dommages corporels et matériels, ce qui n’est pas le cas dans une assurance au tiers. Par ailleurs, en cas d’accident non-responsable, si la personne à l’origine n’est pas identifiée, un contrat tous risques couvre également l’ensemble des dommages. Les dommages liés à des catastrophes naturelles ou à des attentats sont aussi couverts. La formule tous risques est donc plus complète et plus protectrice : elle est aussi appelée « multirisques ».

Quelles sont les options possibles sur un contrat d’assurance auto ?

Des variantes aux formules classiques du tiers et du tous risques existent. « Tiers + », « Tous risques optimale », « Tous risques plénitude »… Les dénominations varient d’une compagnie d’assurances à l’autre. En réalité, il s’agit de déclinaisons des deux types d’assurances auto comprenant en supplément des garanties de base un certain nombre d’options. Pour ne citer que les options les plus courantes :

  • Les garanties vol, incendie, explosion, bris de glace, etc. ;
  • La garantie du conducteur pour les dommages corporels (frais liés aux soins notamment) ;
  • L’assistance en cas de panne. Cette option regroupe une grande diversité de garanties : assistance à plus de 50 kilomètres du domicile, à 0 kilomètre, prêt d’un véhicule, remorquage… ;
  • La protection juridique. En cas de différent lié au véhicule assuré, cette garantie peut permettre d’obtenir des conseils juridiques voire une prise en charge des frais d’action en justice.

Attention, il convient d’être attentif et d’étudier en détail les garanties proposées par un assureur ainsi que les éventuelles clauses d’exclusion.

L'assurance est obligatoire

Pour conduire un véhicule, il faut l'assurer et avoir son permis. C'est une obligation légale. A défaut, vous risquez une amende pouvant aller jusqu’à 3 750 euros. Ce n'est pas tout. Vous pouvez aussi écoper d'une suspension de permis de conduire de trois ans. Outre la confiscation du véhicule, vous risquez également d'être condamné à des peines complémentaires comme l’obligation d’accomplir un stage de sensibilisation à la sécurité routière. Et ce sera bien sûr à vous de le payer !

Quid de la franchise ?

Les garanties d’une assurance auto sont généralement soumises à une franchise. Ainsi, lors de la mise en jeu de l’assurance, ce montant reste à la charge de l’assuré. Les franchises varient selon le type de sinistre et sont fixées directement dans le contrat souscrit. Le mode de calcul est variable est peut être notamment une somme fixe en euros (par exemple 350 euros ), un pourcentage du montant de l'indemnisation ou une combinaison d'un montant fixe et d'un pourcentage. Un montant de franchise élevé permet de faire diminuer le tarif de l’assurance auto. En revanche, l’assuré devra s’acquitter d’un montant plus important lors des sinistres. Il est important de trouver le bon équilibre en demandant plusieurs devis.

Le calcul de la cotisation

Le montant de la prime, c'est à dire la cotisation que vous allez devoir débourser pour être assuré dépend non seulement des garanties proposées, mais aussi de divers critères liés au véhicule assuré ou au conducteur : que ce soit le prix du véhicule, son usage (à des fins professionnelles ou personnelles), la zone géographique où il est couramment amené à circuler, les sinistres passés, l'âge du conducteur et l'ancienneté de son permis... « Le montant de la prime d’assurance intègre obligatoirement un coefficient de réduction / majoration, appelé couramment bonus / malus , qui permet notamment aux conducteurs n’ayant pas eu d’accident pendant les 12 mois, précédant de 2 mois l’échéance annuelle du contrat d’obtenir une réduction de la cotisation », selon le site Assurance Banque Epargne Info Service.

Partager cet article :

© cbanque.com / EB / Mai 2019

Commentaires

Me prévenir en cas de nouveau commentaire
Publié le 19 mai 2019 à 10h40 - #1Sp84
  • Femme

Il faudrait peut-être se renseigner avant d'écrire un article comme ça...depuis quand le conducteur n'est-il pas couvert avec une garantie au tiers ? C nouveau ?
Ah oui les infos viennent d'une banque qui n'est donc pas un assureur !! Chacun son métier

Trouvez-vous ce commentaire utile ?

Ajouter un commentaire