Energie : votre facture EDF pourrait bientôt flamber de 6%

facture électricité
© Alexi TAUZIN - Fotolia.com

La hausse de la facture d'électricité pourrait atteindre très exactement 5,9% à partir du 1er juin en raison de l'augmentation des cours sur les marchés de gros. Le surcoût serait de 85 euros par an pour un foyer qui se chauffe à l'électricité. Le gouvernement n'a pas encore rendu sa décision.

C’est une très mauvaise nouvelle qui se trame pour des millions de ménages. Mais aussi pour le gouvernement qui avait annoncé, face à la fronde des Gilets jaunes, un gel des tarifs d’électricité jusqu’au printemps. Le tarif réglementé pourrait en effet grimper de 5,9% à partir du 1er juin pour les 25 millions de foyers abonnés au tarif bleu d'EDF et également pour plus de trois millions de petits professionnels.

Selon le calcul effectué par Les Echos, cette hausse représenterait un surcoût d’environ 85 euros par an pour un foyer chauffé à l'électricité. Elle atteindrait 25 euros pour les ménages se chauffant avec une autre énergie.

La décision n’est pas encore actée, mais c’est ce que vient de préconiser la commission de régulation de l'énergie (CRE). Une recommandation qui s’explique, selon le gendarme du secteur, par l’augmentation des prix de l’électricité sur les marchés de gros.

La CRE, qui reçoit aujourd’hui les associations de consommateurs et les opérateurs d’électricité, selon les informations d’Europe 1, doit rendre une proposition finale à l’exécutif dans les jours à venir. Ce dernier aura trois mois pour dire s’il l’accepte ou pas. En cas de refus, les fournisseurs auraient tout le loisir d’attaquer la décision devant le Conseil d’Etat, avec le risque que les consommateurs se voient imposer un rattrapage.

Un casse-tête pour le gouvernement qui pourrait atténuer la revalorisation des tarifs en réduisant (un peu) les taxes (CSPE, TVA, CTA…). Celles-ci représentent tout de même 37% de la facture. Une solution qui a quand même un gros inconvénient : faire rentrer moins d’argent dans les caisses de l’Etat. Et qui pourrait encore défavoriser EDF par rapport aux opérateurs alternatifs, qui pratiquent des tarifs remisés par rapport au tarif réglementé.

Partager cet article :

© cbanque.com / MB / Janvier 2019