Prêt participatif : plateformes et Caisse des dépôts testent la blockchain

Un chariot et du code informatique
© enzozo - Fotolia.com

L’association Financement participatif France (FPF) et la Caisse des dépôts ont annoncé travailler à la mise en place d’une infrastructure blockchain afin de faciliter l’échange de minibons, nouveau support de prêt aux PME créé en 2016.

Depuis le 1er octobre dernier, les bons de caisse ont été remplacés par les minibons sur le marché des prêts participatifs. Suite à la publication du décret fixant de nouveaux seuils d’investissement pour le crowdfunding, le ministre de l’Economie de l’époque, Michel Sapin, évoquait une réflexion concernant les conditions dans lesquelles « les minibons peuvent être émis et transmis en utilisant la blockchain ». La blockchain, ou « chaîne de blocs » selon la terminologie officielle française, est un registre de transactions numériques, qui est notamment utilisé pour gérer, sécuriser et tracer les échanges de cybermonnaies, comme le Bitcoin.

Dans un communiqué commun, la Caisse des dépôts et l’association rassemblant la plupart des plateformes en exercice, la FPF, annoncent travailler à la mise en place d’une infrastructure blockchain dédiée à la gestion de prêts aux PME. Ces échanges dématérialisés seront notamment testés par les plateformes Credit.fr, Enerfip, Lumo et Unilend, associées à ce projet depuis septembre 2016 à en croire le communiqué.

A terme, cette architecture blockchain doit « permettre aux utilisateurs d’émettre, de souscrire et d’échanger les minibons sur un marché secondaire ». La Caisse des dépôts souligne par ailleurs que ce projet a pour ambition de « contribuer à l’élaboration des conditions réglementaires de l’usage de la blockchain dans l’écosystème financier français en partenariat avec le régulateur ».

Partager cet article :

© cbanque.com / BL / Juin 2017