Comment payer son électricité moins cher (et sans aucun risque)

  • Par Julien BROSSARD
  • ,
  • 15 commentaires
  • Article Partenaire
Ampoule allumée sur une pile de pièces
© patpitchaya - stock.adobe.com

Les tarifs réglementés de l’électricité vont augmenter de plus de 7% en 2019. Il existe toutefois de nombreuses offres alternatives, qui affichent la promesse d'une énergie moins chère et plus verte.

Une hausse de 5,9% le 1er juin dernier ; une autre à venir de 1,25% le 1er août : les foyers qui paient leur électricité au « tarif bleu » d’EDF ne sont pas à la fête actuellement. Après avoir été gelé fin 2018, au plus fort de la crise des Gilets jaunes, le tarif réglementé de l’électricité, fixé par les pouvoirs publics, est en cours de rattrapage. Au final, il devrait augmenter de plus de 7% en 2019. L’équivalent d’une centaine d’euros sur un an pour un foyer se chauffant à l’électricité.

Logiquement, dans ce contexte, vous êtes nombreux à vous poser la question : le moment ne serait-il pas venu de migrer vers une offre alternative ? Depuis 2007 en effet, le marché français de l’électricité en France a été progressivement dérégulé. Et la disparition du monopole d’Electricité de France (EDF) a entraîné l’émergence d’une myriade de nouveaux fournisseurs : près d’une trentaine actuellement. EDF elle-même s’est mise à la page et propose également - en plus des tarifs réglementés - des « offres de marché », au prix fixé librement, par contrat, et non plus par les pouvoirs publics.

7,8 millions de foyers, sur les 32,7 millions équipés de l’électricité, ont ainsi déjà sauté le pas et sont sortis des « tarifs bleus ». Et leur flux progresse : 129 000 clients par mois sont passés chez les fournisseurs alternatifs en 2018, contre 110 000 en 2017 et 73 000 en 2016.

Quelques offres phares des fournisseurs alternatifs

Total Direct Energie - Produit de la fusion, en avril 2019, de Direct Energie et de Total Spring, Total Direct Energie est aujourd’hui un des principaux concurrents d’EDF. Son offre se découpe en 3 :

  • la formule online : 10% d’économie par rapport au tarif réglementé hors taxes ;
  • la formule classique : 5% de réduction, et la possibilité de faire un point annuel avec un expert ;
  • la formule verte : 2% de réduction, avec une électricité 100% d’origine éolienne et solaire.

ENI - Géant italien de l’énergie, ENI est présent en France sous sa marque depuis 2012. Il propose une large gamme d’offres :

  • Webeo : offre 100% web, avec une promesse d’économie de 35% en heures creuses, par rapport au tarif heures pleines d’ENI, lui-même aligné sur le tarif réglementé mais bloqué pendant un an ;
  • Astucio Eco, avec un prix HT bloqué pendant 3 ans, uniquement révisable à la baisse ;
  • Astucio Eco Protection + déménagement, qui inclut une assistance chaudière, plomberie et électricité intérieur ;
  • Astucio Planète, avec un prix HT bloqué pendant 3 ans, uniquement révisable à la baisse, et une électricité 100% verte.

Vattenfall - Le leader du marché de l’énergie en Suède a lancé son offre à destination des particuliers depuis octobre 2018, avec une double promesse écologique et tarifaire : une électricité neutre en carbone, et un prix 10% moins cher que le tarif réglementé hors taxes.

Engie - Engie, anciennement Gaz de France, s’est aussi mis à l’électricité, à la faveur de l’ouverture du marché. L'offre Elec Weekend+ permet de bénéficier d’une extension à l'ensemble du weekend, du vendredi minuit au dimanche minuit, du tarif heures creuses, réduit de 30% par rapport au tarif heures pleines d'Engie.

Changer de fournisseur ? Pas très compliqué !

La question de quitter les tarifs réglementés se pose d’autant plus que la démarche est très simple. Plus même que de changer d’opérateur téléphonique ! La procédure est gratuite et c’est votre nouveau fournisseur qui se charge de résilier l’ancien contrat. Et il n’est pas nécessaire de changer ou de modifier le compteur : il n’y a donc pas de coupures d’alimentation.

Au final, il suffit, pour changer, de fournir son numéro de PDL (« point de livraison ») à 14 chiffres, figurant sur votre facture d’électricité. Dans le cadre d’un déménagement, on vous demandera également l’adresse complète du logement, ou le nom de l’ancien occupant. Enfin, si votre compteur n’est pas un modèle Linky communicant, vous devrez relever l’index du compteur. Et c’est tout ! Une fois votre demande prise en compte, le changement peut se faire sans délai.

Toujours possible de revenir en arrière

Autre interrogation légitime : une fois qu’on est passé à la concurrence, peut-on revenir au tarif bleu d’EDF ? La réponse est oui. Il suffit d’en faire la demande à EDF, ou à l’entreprise locale d’électricité (ELD) qui fait office de fournisseur historique dans votre région.

Une exception, toutefois, si la puissance souscrite dépasse 15 kVa avec l’option base du tarif bleu. Depuis un arrêté de 2010, les puissances de 18 à 36 kVA ne sont plus disponibles pour les clients résidentiels. Elles ne concernaient que de très grands logements chauffés à l’électricité.

Quelles sont les économies possibles ?

Changer, c’est bien, mais est-ce vraiment intéressant financièrement ? Les offres de marché sont-elles vraiment moins chères que le « tarif bleu » ? La réponse demande forcément à être nuancée, en fonction des caractéristiques de l’offre de marché souscrite… Mais en règle générale, cette réponse est positive.

La commission de régulation de l’énergie (CRE), organisme indépendant chargé de surveiller le marché de l’électricité et du gaz, a ainsi calculé qu’à Paris, en mars 2018, le prix de l’offre de marché la moins chère, parmi celles indexées sur le tarif réglementé, était inférieur de 7%, TTC au tarif réglementé lui-même pour un client moyen au tarif base. La ristourne était même de 8% pour un client moyen au tarif heures pleines/heures creuses.

Toutes les offres de marché se valent-elles ?

Fin 2018, la CRE a dénombré près de 60 offres de marché. Le plus difficile, au final, c'est de choisir pour laquelle opter ! Cela dépend d’abord de votre objectif. Souhaitez-vous, avant tout, payer le moins cher possible ? Gagner en souplesse ? Ou privilégier une électricité plus propre, car issue du solaire ou de l’éolien ?

Autre critère de différenciation : le type de tarification. Certaines offres, en effet, restent indexées sur l’évolution du tarif réglementé, tout en proposant une remise par rapport à celui-ci. D’autres proposent un tarif fixe sur plusieurs années. D’autres, enfin, sont révisables à intervalles réguliers. Pas évident de s’y retrouver.

Enfin, il y a le fournisseur. Préférez-vous faire confiance à un grand acteur du secteur de l’énergie, comme Total ou Engie ? A un fournisseur historique étranger, comme Vattenfall (Suède) ou ENI (Italie) ? A un acteur low cost, comme Leclerc ou Cdiscount ? Ou êtes-vous prêts à faire confiance à un acteur émergent, spécialisé par exemple, dans l’électricité verte ? Vous avez le choix.

Partager cet article :

© cbanque.com / JB / Juillet 2019

Commentaires

Me prévenir en cas de nouveau commentaire
Publié le 19 juillet 2019 à 07h34 - #1Petit louis
  • Homme
  • 67 ans

A présent, on attend un article sur ''comment payer le gaz moins cher ''...car pour celui-ci, les tarifs réglementés cessent en 2023 !!!
Merci.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 19 juillet 2019 à 13h04 - #2rocky

Que Choisir organise un appel d'offre groupé tous les 2 ans pour avoir des offres très compétitives avec le volume. J'en suis très satisfait depuis 4 ans maintenant.
Cherchez Énergie moins chère ensemble dans Google...
En plus les contrats sont validés par les juristes de Que Choisir, pas de clause abusive...

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10
Publié le 19 juillet 2019 à 14h09 - #3Arnold
  • Homme

Bonjour
combien de réduction avez vous obtenu par rapport au tarif réglementé ??

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10
Publié le 19 juillet 2019 à 14h38 - #4Petit louis
  • Homme
  • 67 ans

Merci Rocky !
Mais, j'ai frangin qui a choisi l'option que tu as indiquée, et qui me dit qu'il faut être un bon de l'Internet.
Donc, à quand une démarche aussi simple que celle indiquée pour l'électricité dans l'article ci-dessus?...
A suivre, donc.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 19 juillet 2019 à 16h57 - #5ClaudeCfe
  • Homme
  • CORRÈZE
  • 73 ans

Le mieux, c'est le marché au moins disant élu par Que Choisir. Je le suis .depuis plusieurs années et je fais des économies sans aucun souci pratique ou contractuel.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 19 juillet 2019 à 17h10 - #6CB
  • Femme
  • Franche-Comté
  • 60 ans

Tous les ans, un peu avant la date anniversaire de mon contrat électricité et avant que mon fournisseur n'augmente son tarif je vais sur le site d'information du médiateur national de l'énergie. J'y trouve tous les outils nécessaires pour comparer les nouvelles offres et préparer le contrat suivant. Mais sincèrement, bien rodée au système je peux vous dire q' il n'y a pas lourd à gagner. Tout juste de quoi freiner un peu des quatre fers en souscrivant une offre à prix fixe pour être tranquille à peine 1 an auprès des nouveaux venus qui cherchent à se frayer une place. Conseil : laissez tomber les offres indexées car si le tarif réglementé grimpe ces offres grimpent aussi en cours de contrat. Je me suis faite avoir cette année on ne m'y reprendra plus. C'est sûr, on rêverait d'une plus franche concurrence comme pour la téléphonie mobile. Au fait, avez-vous remarqué que sur votre facture totale les taxes diverses et variées représentent désormais pas moins de 37,92% ?. Et ça va encore augmenter au mois d'août !.
@Bourbe d'Alsace : Sur le site dont je parle vous pouvez comparer les offres électricité et gaz et y souscrire en ligne. Il n'est plus nécessaire aujourd'hui de se rendre en boutique pour changer de fournisseur. La concurrence elle se dématérialise comme bientôt tout le reste d'ailleurs.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?70
Publié le 19 juillet 2019 à 18h45 - #7Boube

En Alsace, pas de concurrence. On est obligé de rester chez EDF. On dirait qu'on est en Allemagne et pas en France

Trouvez-vous ce commentaire utile ?23
Publié le 22 juillet 2019 à 08h26 - #8Bri05
  • Homme
  • 05100 Briancon

A Briancon, Hautes-Alpes, impossible de choisir son fournisseur d'électricité ou de souscrire aux offres groupées. L'ELD local, EDSB, protège son marché par des contraintes techniques mais via une de ses filiales EDSB l'Agence propose des offres aux particuliers de toute la France. Silence du médiateur national de l'énergie.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10
Publié le 22 juillet 2019 à 14h24 - #9Service com. du médiateur national de l'énergie

Bonjour Bri05,
Le médiateur national de l'énergie a déjà exprimé son regret que la concurrence ne soit pas répartie uniformément sur tout le territoire français. Il s’agit d’une décision commerciale qui dépend uniquement des fournisseurs alternatifs puisque techniquement ils ont la possibilité de vendre leurs offres dans tous les départements français.
Service de communication du médiateur national de l'énergie

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 22 juillet 2019 à 17h35 - #10Bri05
  • Homme
  • 05100 Briancon

A l'attention du service com du médiateur
A Briancon, Edsb est producteur, distributeur et fournisseur. Le fournisseur alternatif Vattenfall que j'ai contacté m'a répondu ceci
--------
Malheureusement, il est impossible à notre niveau de demander un agrément avec EDSB afin de fournir de l'énergie sur votre commune.
------
Donc, Edsb bloquerait il la concurrence en refusant un agrément à la distribution de l'électricité qu'il produit (moins de 10% de la consommation annuelle de la ville de Briancon) par des alternatifs.
J'ai eu des réponses similaires d'autres fournisseurs et des organisations de consommateurs pour les achats groupés.
Briancon est un territoire de montagne donc avec des factures d'énergie importantes pour les résidents dont nombreux sont en précarité énergétique. Une réelle concurrence permettrait d'alléger les factures.
Le rôle du médiateur n'est il pas de faire respecter le libre choix de son fournisseur d'énergie sur TOUT le territoire pour chaque citoyen.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 25 juillet 2019 à 11h24 - #11BJD
  • Sud est
  • 69 ans

Personne pose la question du pourquoi le tarif réglementé EDF augmente, c'est une arnaque organisée par justement le système liberal de l' Europe Allemande qui gruge les Français sur ce terrain: ouvrir la concurrence pour avoir le prix le plus bas au consommateur, qui s'est traduit, pour abat le nucléaire Français vive l'intermitence vent et solaire, le charbon Allemand et les Gaz Norvégien et Russe.
Avec un prix des plus bas EDF sous pression Europe à du vendre 25% de sa production nucléaire aux producteurs alternatifs (42€/Mwh) (a partir de 2013) le marché Européen de capacité de gros fait exploser les prix du à pregnance des puissances installées intermittentes compensées par le charbon et le gaz maintenant et la montée des taxes sur le co², donc les fournisseurs alternatifs ne sont plus compétitifs. Ils viennent d'obtenir pour EDF ces 7% d'augmentation, et c'est pas tout aussi la montée à 30% de la mère nourricière nucléaire à revendre aux Français toujours à 42€/Mwh.....c'est de la concurrence fictive mais bien une atteinte a l'institution EDF pour la priver des moyens essentiels d'investissements et un racket en ordre des clients. Bénéfices qui vont aux institutions privées garantes comme on le voit de l'écologie et de l'économie.
La peur fallacieuse du nucléaire en France est organisée , mais pas du tout pour les objectifs climats...pour nous faire payer l'addition et nous soumettre davantage avec 3PIB de dettes ....et une dépendance à 72% des énergie fossiles on a besoin de se serrer les coudes pas de se faire dilapider.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?01
Publié le 25 juillet 2019 à 11h27 - #12Service com. du médiateur national de l'énergie

A l'attention de Bri05
Ce n’est pas impossible mais nécessite des démarches pour souscrire un contrat d’acheminement distribution avec ESDB et des investissements pour connecter les systèmes d’information que les fournisseurs alternatifs ne souhaitent pas généralement pas entreprendre sur le marché des particuliers.
La problématique d’absence de concurrence effective sur certains territoires relève de la Commission de régulation de l’énergie, qui veille notamment au bon fonctionnement des marchés au bénéfice des consommateurs finals. Vous pouvez la contacter sur Twitter. Le médiateur national de l’énergie a quant à lui pour missions d’informer les consommateurs d’énergie sur leurs droits et de résoudre à l’amiable leurs litiges avec les entreprises du secteur de l’énergie.
cordialement,
Service de communication du médiateur national de l'énergie

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10
Publié le 16 août 2019 à 22h23 - #13Domingo

Bonjour,
vous écrivez: "Et il n’est pas nécessaire de changer ou de modifier le compteur "
Or il faut savoir qu'un changement de fournisseur implique automatiquement le remplacement du compteur par un Linky. Merci pour tous les citoyens opposés à ce compteur qui vont être trompés par vos affirmations!

Trouvez-vous ce commentaire utile ?01
Publié le 16 août 2019 à 23h16 - #14Arnold
  • Homme

Pff n'importe quoi... Aucun changement de compteur à prévoir
Ensuite le linky ne pose aucun soucis en dehors des personnes hyper sensibles. Pour les autres c'est surtout dans la tête le problème

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10
Publié le 19 août 2019 à 11h14 - #15Petit louis
  • Homme
  • 67 ans

Pour Olivier Masset, directeur régional de ERDF Grenoble, le compteur communicant a été introduit par l'UE ''pour faciliter l'ouverture des marchés''.
En fait ,tout le reste c'est pipeau !!!
Sur les besoins vitaux de la population, on ne peut spéculer impunément !
Rétablissement du monopole public du gaz, de l' électricité, de l'eau...

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10

Ajouter un commentaire