Budget de l'Etat : des recettes fiscales plus élevées que prévu en 2015

  • cBanque avec AFP
  • ,
Minefi
CC amerune / Flickr

Le déficit budgétaire de l'Etat français s'est réduit en novembre par rapport à son niveau de l'an dernier, passant à -82,8 milliards d'euros contre -90,8 milliards fin novembre 2014, a annoncé vendredi le ministère des Finances. Parmi les explications : des dépenses en baisse mais aussi des recettes fiscales supérieures aux objectifs.

Cette amélioration s'explique à la fois par un recul des dépenses (-3,5 milliards d'euros sur un an) et une hausse des recettes, grâce entre autres à une augmentation de 2,3% sur un an des rentrées de TVA, précise Bercy. La publication de ce résultat intervient alors que le gouvernement a annoncé jeudi, sur la base de résultats provisoires, avoir ramené le déficit du budget de l'Etat sur l'ensemble de l'année 2015 à -70,5 milliards d'euros.

Déficit : « Le niveau le plus bas depuis 2008 »

« C'est le niveau le plus bas depuis 2008 », s'est félicité le ministre des Finances Michel Sapin, rappelant que ce chiffre était inférieur de quatre milliards à l'objectif initial du gouvernement, et de 15 milliards par rapport au déficit 2014. En novembre, les dépenses de l'Etat ont atteint 339,9 milliards d'euros contre 343,4 milliards en novembre 2014, et sont « cohérentes » avec les objectifs de la loi de finances rectificative pour 2015, souligne le ministère.

Les recettes du budget général se sont quant à elles établies à 261,6 milliards d'euros contre 256,3 milliards fin novembre 2014. Soit une hausse de 5,3 milliards. « L'exécution provisoire du budget de l'État », rendue publique jeudi, prévoit un niveau de recettes fiscales en 2015 supérieur de 1,4 milliard aux objectifs, souligne par ailleurs Bercy. La baisse des recettes de l'impôt sur les sociétés, lié principalement à la montée en charge du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE), a ainsi été compensée par une hausse du produit de la TVA, selon le ministère.

Partager cet article :
Par la rédaction avec AFP

Reproduction interdite.