Accueil > Placements > Retraite

Le Plan d'Épargne Retraite Populaire (PERP)

Le PERP a été créé lors de la réforme des retraites en 2003 par l'article 108 de la loi 2003-775 (dite loi Fillon) du 21 août 2003. Le fonctionnement de ce Plan d'Épargne Retraite Populaire a ensuite été précisé par plusieurs textes et par la loi portant réforme des retraites de 2010.

A noter : à sa création par la loi de 2003, le contrat s'appelait PEIR pour Plan d'Épargne Individuel pour la Retraite. Il a été renommé PERP pour Plan d'Épargne Retraite Populaire par le décret 2004-346 du 21 avril 2004.

Le fonctionnement du PERP

Le plan d'épargne retraite populaire a pour but d'obtenir une rente viagère personnelle en complément de sa retraite. Ce plan constitue une retraite par capitalisation (par opposition à la retraite par répartition des régimes obligatoires d'assurance-vieillesse).

Techniquement, le plan peut prendre 3 formes différentes :
• contrat de rente viagère différée : acquisition directe de droits à une rente qui est différée,
• contrat en unité de rente : acquisition de points de rente qui seront transformés en une rente,
contrat multi-supports : constitution d'une épargne qui sera à terme convertie en rente viagère. C'est la forme de plan la plus courante, que l'on trouve dans les réseaux bancaires et d'assurances. Ce type de contrat est très proche d'une assurance-vie multi-supports. On y retrouvera les mêmes principes pour les frais sur versements, les frais annuels de gestion, les différents fonds ou profils d'investissement...

Le plan peut être souscrit auprès d'une compagnie d'assurance, d'une institution de prévoyance ou d'un organisme mutualiste.

Une sortie en rente. La sortie du plan est effectuée majoritairement sous forme de rente viagère. Le taux technique étant obligatoirement à 0% (voir les principes de calcul d'une rente viagère). Les tables de mortalité utilisées peuvent être celles en vigueur au moment de la conversion du capital en rente ou celles en vigueur lors du versement des cotisations. (Cette dernière méthode est plus favorable aux assurés mais n'est utilisée que dans de rares contrats).

La rente est mise en place obligatoirement en même temps que la retraite de base de votre régime d'assurance-vieillesse (à la date de liquidation de la pension).

Une sortie anticipée reste possible (par versement d’un capital ou d’une rente) en cas de situations exceptionnelles : fin de droits à l'assurance chômage ; liquidation judiciaire entrainant une cessation d'activité non salariée ; invalidité de deuxième ou troisième catégories.

Une sortie en capital possible. La réforme des retraites de 2010 permet désormais aux détenteurs de PERP de récupérer jusqu'à 20% du capital acquis, au moment de leur départ à la retraite.

Précédemment, la Loi 2006-872 du 13 juillet 2006 portant engagement national pour le logement, par son article 35, avait déjà introduit une possibilité de sortie en capital. Pour cela, il faut que le capital soit destiné à la première acquisition d'une résidence principale par le retraité. Ce capital est soumis à l'impôt sur les revenus mais peut (sur demande de son bénéficiaire) être réparti sur 5 années.

Déduction fiscale des versements. Les versements effectués sur un PERP sont déductibles des revenus dans la limite de 10 % du revenu professionnel (ou de 10% du Plafond Annuel de Sécurité Sociale ou PASS en cas de faible revenu ou d'absence de revenu) de l'année précédente. Le revenu professionnel étant lui-même limité à 8 fois le PASS. (Pour 2011, le PASS est de 35.352 euros)

Ce plafond de déduction est commun à tous les dispositifs d'épargne retraite : régime "loi Madelin", régime "Préfon", abondement de l'employeur dans un PERCO, etc...

Si toutes les cotisations d'épargne retraite versées sur une année sont inférieures à ce plafond, le montant non utilisé du plafond peut être utilisé au cours de l'une des 3 années suivantes.

En revanche, les rentes tirées du Perp sont soumis à l’impôt sur le revenu et aux prélèvements au moment de leur versement. La partie versée sous forme de capital, devrait bénéficier d'un barème d'atténuation de 15.

Garantie optionnelle. La rente viagère peut éventuellement être réversible au conjoint ou à un bénéficiaire préalablement désigné.

Le contrat peut aussi prévoir des dispositions en cas de décès ou d'invalidité de l'assuré pendant son adhésion mais avant la mise en place de sa rente.

Une association de contrôle. La loi fait intervenir dans la gestion de chaque PERP, une association ayant la qualité de Groupement d'Épargne Retraite Populaire (ou GERP). Cette association a pour but de surveiller l'organisme d'assurance gestionnaire et d'informer les participants au plan d'épargne retraite populaire. Bien entendu, cette association doit être (en partie bien souvent) indépendante de l'organisme d'assurance gestionnaire. L'association doit mettre en place un comité de surveillance de ce plan et organiser la consultation de l'assemblée des participants. L'association est dotée de larges pouvoirs pouvant aller jusqu'au changement de gestionnaire du plan. Ce dispositif a été inspiré par les associations d'épargnants existants dans l'Assurance-vie.

Un dispositif sécurisé. Les fonds récoltés par les adhérents au PERP sont cantonnés, c'est à dire qu'ils sont distingués au point de vue comptable et juridique des autres contrats d'assurances de l'organisme gestionnaire. Ils sont insaisissables, même en cas de faillite du gestionnaire.

Les PERP et les associations de groupement d'épargne retraite populaire sont supervisés par la Commission de contrôle des assurances, des mutuelles et des institutions de prévoyance (CCAMIP).

Sécurisation progressive des fonds. Le décret prévoit une limitation du risque de perte en imposant que la part des capitaux investis en unité de compte soit limitée en fonction de la durée restante jusqu'au terme du PERP.

Ces limites sont les suivantes : Entre 10 et 20 ans : 60 % ; Entre 5 et 10 ans : 35 % ; Entre 2 et 5 ans : 20 % ; Moins de 2 ans : 10 % ;

Toutefois, cette règle peut être dérogée, sur demande écrite (et aux risques et périls) de l'assuré.

Limitation des frais de transfert. Le montant de l'indemnité de transfert vers un autre organisme est au maximum de 5 % de la valeur transférée. Elle est nulle pour une adhésion supérieure à 10 ans.

Perp ou Assurance-vie ?

Suivant votre situation, vous aurez intérêt à souscrire un PERP ou une Assurance-vie. Pour le Perp, fiscalité allégée lors de la phase d'épargne mais sortie en rente obligatoire. Pour l'Assurance-Vie, possibilité de sortir en rente ou en capital (ou de transmettre un capital), fiscalité allégée à la sortie.

  Assurance-vie Perp
Versements Pas de déduction possible Déductibles du revenu imposable dans la limite d'un plafond
Sortie en rente Possible. Seule une part de la rente est soumise à l'impôt sur le revenu (suivant l'âge de mise en place de la rente).
L'assuré choisit la date de mise en service de la rente
Obligatoire. La rente est soumise à l'impôt sur le revenu de la même manière qu'une retraite.
La date de mise en service de la rente correspond à celle de sa retraite.
Sortie en capital Possible. Imposable de manière dégressive suivant l'âge du contrat. Abattements fiscaux.
Sortie possible par rachat programmé
Possible jusqu'à 20%
Avance Possible suivant les contrats Impossible
En cas de décès (pendant la phase d'épargne) Le capital est transmis au bénéficiaire désigné. Imposition suivant l'âge du défunt et de la date de souscription. Optionnellement, le contrat peut prévoir une rente viagère à une personne désignée ou une rente temporaire d'éducation.
Changement d'assureur Impossible. Il faut fermer puis ouvrir un nouveau contrat. Possible.

Simulez votre Plan d'Épargne Retraite Populaire

Pour effectuer la simulation d'un PERP en multi-supports, procédez en 2 étapes :

Première étape. Constitution de la phase d'épargne, utilisez le formulaire de calcul de l'assurance-vie. Comme la durée du placement est à long terme, il est préférable d'effectuer la simulation en euros constants et de ne retenir qu'un taux d'intérêt annuel hors inflation (par exemple 2 à 3% pour un placement uniquement dans un fonds en euros, un peu plus dans un fonds en unité de compte).

Deuxième étape. Transformation du capital acquis en rente viagère. Voir notre formulaire de calcul de rente viagère.

A voir aussi :

Les modalités de déduction fiscale des cotisations versés dans le décret n° 2004-1546 du 30 décembre 2004.

Le fonctionnement du PERP précisé par décret 2004-342 du 21 avril 2004 et l'arrêté du 22 avril 2004.

© cbanque.com / FV / 2005 (maj décembre 2010) - Droits réservés.