Argent : le billet de 500 euros vit ses dernières heures en France

  • cBanque avec AFP
  • ,
Une caisse enregistreuse
© sp4764 - Fotolia.com

Les banques centrales de la zone euro cesseront comme prévu en janvier d'émettre des billets de 500 euros, coupure vue d'un mauvais œil par les autorités qui considèrent qu'elle facilite les activités illégales, mais l'Allemagne et l'Autriche bénéficieront d'un délai supplémentaire.

« À partir du 27 janvier 2019, 17 des 19 banques centrales nationales de la zone euro n'émettront plus de coupures de 500 euros », indique la Banque centrale européenne (BCE) sur son site internet. Afin d'assurer « une transition harmonieuse et pour des raisons logistiques », la Banque fédérale d'Allemagne et la Banque nationale d'Autriche continueront toutefois d'émettre cette coupure jusqu'au 26 avril inclus, précise l'institution monétaire européenne.

La Banque centrale européenne avait décidé en mai 2016 d'arrêter de produire ce type de billet et avait programmé la fin de leur émission aux alentours de la fin 2018. L'institution monétaire avait alors expliqué tenir compte des « inquiétudes quant au fait que ce billet puisse faciliter les activités illicites ». Leur mauvaise réputation a même valu aux grosses coupures de couleur pourpre d'être surnommées « billets Ben Laden ». Cette décision n'en avait pas moins été très critiquée dans un certain nombre de pays, tout particulièrement en Allemagne où les ménages restent attachés à l'utilisation des pièces et billets.

Des coupures échangeables sans limite de temps

Les coupures de 500 euros actuellement en circulation resteront « légales et pourront par conséquent continuer à être utilisées comme moyens de paiement », a précisé la BCE. En outre, elles garderont de manière permanente leur valeur et pourront être échangées auprès des banques centrales de la zone euro sans limite de temps.

Légèrement plus grands que leurs petits frères, les billets de 500 euros représentent actuellement à peine 2,4% du nombre de billets en euros en circulation mais un peu plus de 20% de leur valeur cumulée, soit environ 261 milliards d'euros, selon les dernières statistiques de la BCE. Au total, près de 521 millions de coupures de ce type étaient en circulation en novembre dernier. En pratique, les derniers billets de 500 ont été fabriqués en 2014. Depuis, la demande est couverte par les billets en circulation et en stock.

Partager cet article :
Par la rédaction avec AFP

Reproduction interdite.